Producteur(trice)

Audiovisuel, cinéma
Niveau d'études nécessaire
bac+2
Salaire moyen
variable
Sommaire du secteur

Description

Secteur Audiovisuel, cinéma
Niveau d’études minimal Bac+2
Bac conseillé Général, STMG
Alternance Oui
Sélectivité des études Moyenne à forte
Insertion professionnelle Difficile
Salaire débutant brut mensuel   Au pourcentage

Pas de producteur, pas d’argent pour le film ! Ce professionnel a la lourde charge de trouver des financements pour réaliser un long-métrage. Aides de l’État, prêts bancaires, partenariats avec des chaînes de télévision… Les solutions sont nombreuses et, très souvent, le producteur investit lui-même une partie de son argent dans le projet. Il a donc son mot à dire sur la création : il peut par exemple demander au réalisateur de modifier la fin du scénario s’il juge qu’elle ne correspond pas aux attentes des spectateurs.

Pendant la préparation et le tournage du film, le producteur passe le relais au directeur de production : c’est lui qui va définir, en fonction du budget, les besoins en personnels, négocier les rémunérations, participer au choix des prestataires (location de matériel, de lieux, hébergement et restauration), etc.

À ses côtés, l’assistant de production, sorte de "supercomptable", contrôle chaque dépense et s’assure qu’il n’y a pas d'écart entre le budget prévisionnel et le coût réel du film.

Ses compétences

Négocier, financer, accompagner.

Sa formation

Un BTS métiers de l’audiovisuel option gestion de production, une école spécialisée, un bachelor (bac+3) production proposé par l’ISCPA), la licence pro gestion de la production audiovisuelle des Gobelins, l'école de l'image, voire une école de commerce, un master pro production audiovisuelle à l’INA Sup ou un master pro production et métiers de la réalisation à Aix-Marseille Université.

Les jeunes diplômés commencent généralement au poste d’assistant à la production avant de se voir confier plus de responsabilités.

 

Autres témoignages