Fiches métiers : Ferroviaire

Vous êtes intéressé par le secteur du transport ferroviaire de voyageurs ou de marchandises ? Vous voulez connaître les métiers qui le composent ? Découvrez-les à travers nos fiches. Elles détaillent, en plus des principales missions quotidiennes et des qualités nécessaires pour les exercer, le niveau d’études requis, les formations pour y accéder et le salaire moyen des débutants. 

Métiers du secteur

Description

Le secteur ferroviaire : pourquoi pas moi ?

Le secteur ferroviaire ne cesse de recruter ! Si la SNCF est l’entreprise la plus connue et emploie la majorité des salariés de ce secteur, il existe près de 20 entreprises de transport ferroviaire en France, qui acheminent les voyageurs ou les marchandises d’un point A à un point B et emploient environ 158.000 salariés. Entre la conduite de trains, l’accueil ou la maintenance, ce secteur regroupe de nombreux métiers parfois méconnus.

Quels sont les métiers du secteur ferroviaire ?

Si le conducteur de train est le métier le plus emblématique, les conducteurs ne représentent pas la majorité des effectifs. Les métiers qui concentrent une grande partie des emplois du secteur se situent du côté du domaine technique : maintenance et exploitation du réseau, ingénierie ferroviaire, maintenance des trains, métiers commerciaux. Ces domaines recrutent des commerciaux en gare, des agents d’escale, des contrôleurs d’exploitation, des agents de la sûreté ferroviaire, des ingénieurs d’études génie électrique, des techniciens de maintenance des trains, dirigeant d’unité opérationnelle, ingénieur d’études ou de production

 

Quels sont les salaires dans les métiers ferroviaires ?

Selon la dernière étude de 2021 (chiffres 2020) de l’UTP (l’Union des transports publics ferroviaires), les salaires à l’embauche oscillent entre 1.460 € brut/mois pour les ouvriers qualifiés à 2.100 € brut pour un contrôleur d’exploitation. Un conducteur de ligne gagne environ 1.700 € brut en début de carrière, un technicien de maintenance démarre au Smic. À ce salaire s’ajoutent souvent des primes (de travail de nuit ou le WE, des primes d’astreinte, de déplacement, etc.).

 

Quelles études pour travailler dans le secteur ferroviaire ?

Il n’est pas nécessaire d’accumuler les diplômes pour entrer dans le secteur : plus de la moitié des embauches annuelles s’effectuent au niveau bac ou équivalent, de préférence en spécialité technique (électricité, mécanique, électrotechnique, automatisme). L’alternance concerne tous les métiers et permet une embauche rapide. La SNCF possède même son propre CFA (centre de formation d’apprentis) pour former aux métiers de la conduite, de la maintenance ou de la sécurité ferroviaire. Les bacs professionnels du secteur sont le bac MSPC (maintenance des systèmes de production connectés), logistique ou Mélec (métiers de l'électricité et de ses environnements connectés).

Sont également recherchés les titulaires de bac+2/3 et de diplômes comme le BTS GTLA (gestion des transports et logistique associée) pour gérer informatiquement la circulation des trains par exemple, ou MCO (management commercial opérationnel) pour exercer dans le secteur commercial ferroviaire. Les BUT QLIO (qualité, logistique industrielle et organisation) ou GIM (génie industriel et maintenance), GEII (génie électrique et informatique industrielle) dans l’organisation, la gestion de la circulation des trains et leur maintenance à des postes de gestionnaire ou de superviseur.

De nombreuses écoles d’ingénieurs permettent aussi de travailler dans le secteur, notamment avec des spécialités en génie civil, génie électrique, génie mécanique ou sécurité informatique pour occuper des postes d’ingénieur production, d’ingénieur d’études ou d’ingénieur matériel.