Fiche métier : Traducteur(trice) de la fonction publique

Acteur des langues et de l’interprétariat, le traducteur de la fonction publique restitue des données techniques.
Traductrice de la fonction publique // © Adobe Stock

Comprendre un texte, un document, les échanges d’un colloque, les subtilités d’un discours et, à chaque fois, le restituer dans une autre langue, voici le travail du traducteur de la fonction publique, ce professionnel des langues et de l'interprétariat. Son obsession ? Assurer une traduction juste, sans perte d’informations.


On l'appelle aussi

Traducteur(trice) interprète


Chiffres clés

Niveau d'études
Bac+4/5
Niveau de salaires
de 1635€ à 2900€
Recrutement / Embauche
Faible
Volume d'emplois
Faible

Explorer les parcours possibles

Les questions fréquentes

Où travaille le (la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Où travaille le (la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Au sein des ministères (Économie, Justice, Emploi, Sports…), mais aussi aux Nations unies, au Centre de traduction des organes de l'Union Européenne (on en compte une centaine), bref dans toutes les instances de la fonction publique. 

Que traduit le (la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Que traduit le (la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Quelles sont ses compétences au-delà de la traduction ?

Quelles sont ses compétences au-delà de la traduction ?

Quel est le salaire du (de la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Quel est le salaire du (de la) traducteur(trice) de la fonction publique ?

Études conseillées

Formation du traducteur de la fonction publique

Pour se présenter aux concours des ministères français, à ceux de la fonction publique européenne ou des Nations unies, il faut être en théorie titulaire d’un diplôme de niveau bac + 5 après être passé, par exemple, par une licence LEA (langues étrangères appliquées) ou LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères). À l’UE, il faut avoir acquis une connaissance approfondie d'au moins deux autres langues officielles de l'Union européenne, l'une étant obligatoirement l'anglais, le français ou l'allemand.

Bac+5

Une formation en école spécialisée est courante. Citons l’ESIT (École supérieure d'interprètes et de traducteurs), l’ISIT (Institut de management et de communication interculturels) ou l’ESTRI (école supérieure de traduction et relations internationales) qui dispensent des formations pointues et reconnues. À l’université il est possible de s’orienter vers un master mention traduction et interprétation ou le DU (diplôme d’université) traduction spécialisée de Lyon 2. À noter que l’Onu a signé un partenariat avec l’ISIT et l’ESIT il y a plus de 10 ans et qu’elle recrute notamment ses traducteurs parmi les élèves de ces deux écoles.

Annuaire des formations

Découvrir les formations disponibles

C'est fait pour moi si...

  • J'ai le souci du détail
  • J'aime comprendre
  • Je sais communiquer
  • Je suis rigoureux
  • Je veux faire un métier utile

Liens utiles

Les évolutions de carrière

Traducteur(trice) de la fonction publique

Les articles en lien avec "traducteur(trice) de la fonction publique"

Les métiers du même secteur

Partagez sur les réseaux sociaux !