TOUS LES CHEMINS MÈNENT À LA COIFFURE

Par avec le soutien de L’Oréal Produits professionnels et de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure, publié le 06 Decembre 2019
5 min

Vous avez trouvé votre métier et il s’exercera ciseaux, brosse ou pinceau en main ? Bonne nouvelle, les chemins sont multiples, du CAP au niveau bac+2, pour aboutir au beau métier artisanal de la coiffure. Deux voies possibles : l’apprentissage, via un Centre de formation (CFA) et la filière scolaire, en lycée professionnel, avec stages à la clé. Pour établir votre plan de carrière ou vous perfectionner si vous avez déjà exercé, c’est par ici !

• Je me lance après la troisième

Vous rejoindrez ainsi les 9 000 jeunes ayant fait le choix de décrocher, en deux ans, un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) « Métiers de la coiffure », un diplôme qui vous préparera à votre futur métier, comme 52,7 % d’apprentis (chiffres 2017–2018). Bon à savoir : en général, les apprentis en CAP passent une semaine en entreprise et une semaine en CFA, une organisation à moduler en concertation avec votre maître d’apprentissage. Il est le maillon fort de votre parcours, celui qui vous permet d’apprendre au quotidien et sur le terrain votre futur métier. Et bonne nouvelle : s’il vous faut un peu plus de temps pour déployer vos ailes, vous pouvez préparer le CAP en trois ans. Vos ambitions ont grandi en même temps que votre formation ? Avant de plonger dans le grand bain du monde du travail, au sein d’un lycée professionnel, vous pouvez envisager un brevet professionnel (BP) en deux ans à l’issue de votre CAP, et dès 2020, un Bac Pro en intégrant une première professionnelle ou opter pour une MC (Mention Complémentaire), qui forme de futurs spécialistes de la coupe et de la couleur. Dans ces filières, de nombreux stages vous permettront de vous « faire la main ».

• J’ai le niveau bac

À vous la formation continue ou en apprentissage pour décrocher votre Brevet professionnel (BP) ! Plus de 220 établissements proposent cette formation en alternance à plus de 6 500 jeunes en apprentissage (39,2 % des apprentis, chiffres 2017–2018) et 1 500 en contrat de professionnalisation (88 % des effectifs en contrat de professionnalisation, chiffres 2018). Trouvez celui qui vous formera en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation et faites vos preuves ! À l’issue de cette solide formation, vous maîtriserez toutes les techniques de soins capillaires, vous pourrez conseiller la clientèle et assurer la gestion administrative et financière d’un salon (développement, gestion du personnel) et, qui sait, devenir un jour votre propre patron ?

• J’ai mon BP ou mon bac pro et/ou déjà 5 ans d’expérience

Votre objectif : assurer la gestion d’un salon de coiffure et enseigner à des apprentis, bref, évoluer au plus près de vos capacités. Vous avez plus de 19 ans, êtes titulaire d’un BP ou pouvez justifier de cinq ans d’expérience dans la coiffure ? Préparez, en deux ans, un Brevet de Maîtrise (BM), délivré par la Chambre des métiers.Vous avez décroché un bac à caractère scientifique ou technique ? Filez vous inscrire en BTS Métiers de la coiffure. Bon à savoir :pour devenir manager de salon ou monter sa propre affaire, le BP coiffure, BM coiffeur ou BTS métiers de la coiffure sont indispensables. Et pour être vraiment complet, sachez qu’il existe le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Responsable de salon de coiffure, accessible aux titulaires d’un diplôme de niveau 4 ou après trois ans d’expérience aux titulaires d’un diplôme de niveau 3. Une fois toutes ces cartes en main, l’avenir vous appartient. Alors, vous l’avez votre plan ?

• Je vote pour l’apprentissage

Ça tombe bien, la coiffure est le deuxième secteur artisanal formant des apprentis en CFA et la majorité des futurs coiffeurs choisissent cette voie. Maillon essentiel de la profession et voie royale, cette formation attire chaque année 17 000 apprentis (bientôt vous ?) qui acquièrent un savoir-faire permettant aux chefs d’entreprise d’avoir l’assurance de collaborateurs qualifiés. Preuve aussi que les lignes sont en train de bouger, en même temps que les mentalités, les contrats d’apprentissage ont été récemment réformés (début 2019). Contrats assouplis, relèvement de l’âge maximal, aide aux entreprises, aménagement de la durée du contrat, évolution de la rémunération des apprentis – plus favorable que dans les autres secteurs d’apprentissage… du gagnant-gagnant !

• Et le salaire, alors ?

Autre atout non négligeable, quel que soit votre parcours de formation, la coiffure offre à ceux qui la pratiquent au quotidien une rémunération plus favorable que dans les autres secteurs, et ce, dès la phase d’apprentissage – de 441,15 euros et 1749,40 euros brut mensuels, selon que vous êtes jeune apprenti ou coiffeur en CDI.

Articles les plus lus

A la Une Métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !