1. Groupes de luxe recherchent artisans désespérément
Décryptage

Groupes de luxe recherchent artisans désespérément

Envoyer cet article à un ami

Alors que le marché est saturé de candidats pour des postes en marketing, les métiers de l'artisanat attirent peu. Ils sont pourtant centraux pour les marques, explique Anne-Laure Robert dans son ouvrage “Les Métiers du luxe”.

Maroquiniers, joailliers en tête, les ateliers de fabrication manquent de bras pour répondre à la demande. La maison Hermès reconnaît que ses besoins en recrutement portent en priorité sur ces fonctions, ainsi que sur celles liées à la vente. “Les deux jambes motrices d'Hermès sont l'artisanat et la vente qui sont les deux métiers dans lesquels nos besoins en recrutement sont les plus importants pour accompagner notre croissance, répondre aux besoins d'augmentation de nos capacités de production et servir nos clients dans le respect de nos valeurs d'excellence”, concède Augustin de Champeaux, DRH Groupe Hermès International avant d'ajouter tout de même que “toutes nos filières métiers bénéficient de notre croissance et nous recrutons également dans l'ensemble de nos métiers”.

Pour en savoir plus, découvrez nos fiches sur les métiers d'art

Revaloriser les “métiers de la main”

L'artisanat tente depuis quelques années de regagner ses lettres de noblesse. Les jeunes se sont détournés de ces métiers qu'ils jugent archaïques et socialement peu valorisants. Le Comité Colbert travaille pour changer cette image. Les maisons du luxe ouvrent leurs portes aux jeunes en âge de s'orienter et mettent en lumière les artisans afin d'éveiller des vocations pour ces métiers de qualité. “En 2015, 700 collégiens ont découvert les métiers du luxe et les formations pour y accéder en compagnie d'artisans grâce à la mobilisation de 14 maisons et de sept métiers différents aux Arts décoratifs”, explique Élisabeth Ponsolle des Portes, déléguée générale du Comité Colbert. En outre, depuis 2006, sur proposition du Comité Colbert, des artisans sont nommés maîtres d'art ou reçoivent l'insigne de l'ordre des Arts et des Lettres. De quoi valoriser ces savoir-faire uniques.

Les métiers de l'artisanat sont parfois aussi appelés “métiers de la main” car ils font appel à l'intelligence de la main, à l'excellence du geste. Sous ce terme sont rassemblés des métiers très médiatisés comme les petites mains des ateliers de couture et d'autres domaines auxquels on ne pense pas toujours comme l'art floral ou la cristallerie.

Un long apprentissage qui en rebute beaucoup

Si ces métiers parviennent peu à peu à faire rêver à travers les reportages et les journées portes ouvertes, il n'en reste pas moins qu'ils demandent un long apprentissage. Et sont donc synonymes d'un début de carrière studieux et laborieux avec un niveau de salaire bas. Ce n'est qu'au bout d'une dizaine d'années qu'un artisan commencera à bien vivre de son art.

Cela peut sembler long comme parcours, surtout lorsque l'on sort tout juste de l'adolescence. Mais si vous êtes passionné, les heures passées à votre établi vous “rapporteront” un autre type de richesse : une meilleure dextérité, une montée en compétence pour progresser au niveau des gestes difficiles, etc. Ainsi, vous vous rapprocherez de la perfection que recherche en permanence tout maître d'art.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
“Les Métiers du luxe”,
par Anne-Laure Robert.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Embouteillage de candidats dans le management et le marketing du luxe Groupes de luxe recherchent artisans désespérément Des opportunités de carrière méconnues dans la vente