Les accréditations internationales : un gage de qualité ?
Violaine Cherrier
Publié le 22.01.2020

En octobre dernier, Montpellier Business School devenait la 14e école de management française post-classe préparatoire – et la 91e dans le monde – à obtenir la triple accréditation EQUIS, AACSB et AMBA, intégrant ainsi le cercle mondial très restreint des 1% de business schools "triple couronnées". Quelles portes ce "Saint Graal" ouvre-t-il véritablement aux étudiants et étudiantes ?

EQUIS (European Quality Improvement System), AMBA (Association of Masters of Business Administration), AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business)… Pourquoi les écoles de management, en particulier françaises, courent-elles après les accréditations internationales, voire même la triple accréditation ? "Parce que dans un environnement concurrentiel, on se doit de détenir l’ensemble des accréditations possibles pour montrer à nos futurs étudiants que nous disposons des meilleurs gages de qualité académique mais aussi au niveau de la recherche", explique Bruno Ducasse, directeur général de Montpellier Business School (MBS).

Palmares-des-ecoles-de-commerce-postbac-en-4-ou-5-ansDécouvrez tous les résultats de notre classement des grandes écoles de commerce 2020 

Que recouvrent ces labels ?

Chaque label possède son propre système d’évaluation. AMBA accrédite des programmes de type MBA, MBM ou DBA. EQUIS et AACSB certifient quant à eux la qualité de l’établissement lui-même. "Vis-à-vis de l’environnement externe, ces labels amènent un certain prestige, note Julie Perrin-Halot, directrice qualité, planification stratégique et internationalisation à Grenoble Ecole de Management (GEM). Mais leur processus d’obtention nous pousse en interne à inscrire l’école dans une dynamique d’amélioration continue."

À noter que GEM a été la première école en France à dédier une équipe transverse à ces accréditations, en lien direct avec le comité exécutif de l’école. 
Lire aussi : Accréditations internationales : un graal pour les écoles de commerce ?

Une porte d’entrée pour les étudiants étrangers…

L’un des premiers avantages de ces accréditations : dynamiser la visibilité et la notoriété de l’école à l’international en la faisant considérablement remonter dans les classements. Et sur ce point, la France est l’un des pays comptant le plus d’écoles avec la triple couronne ! "C’est une véritable valeur ajoutée pour attirer les meilleurs étudiants étrangers, confirme Bruno Ducasse, car depuis certains pays comme la Chine, il est difficile de différencier les business schools françaises, voire européennes."

… Et vers l’international !

Mais ces labels offrent surtout une véritable reconnaissance favorisant l’obtention de partenariats avec des institutions internationales : universités, écoles, laboratoires de recherche… La porte ouverte à un double cursus, à des stages à l’étranger et à une première approche du multiculturalisme. Un atout considérable pour tout étudiant en quête d’une carrière internationale.

"Le classement reste le critère le plus important pour les étudiants comme pour leurs parents, observe Julie Perrin-Halot. Mais, les accréditations occupent de plus en plus une place de choix dans la décision finale car elles apportent au diplôme une valeur reconnue dans le monde entier. AMBA notamment travaille sur les réseaux alumni et sur leur capacité à offrir des opportunités de mobilité aux jeunes diplômés."

Lire aussi : Découvrez notre classement général des écoles de commerce post-bac en 4 ou 5 ans 2019-2020

Comment distinguer les écoles qui ont la triple couronne ?

Si les accréditations internationales permettent de faire la différence aux yeux des étudiants étrangers, quid des élèves de classe préparatoire en France ? Sur quels critères établir leur choix ? Plus que les labels eux-mêmes, ce sont surtout les relations internationales et les spécificités de chaque école qui comptent, comme le précisent Julie Perrin-Halot et l’AACSB : "Chaque école doit avoir sa mission pour se différencier et renforcer sa qualité." Pour Montpellier BS par exemple, sa forte culture tournée vers l’égalité des chances et l’insertion sociale ; pour GEM, le management des technologies et de l’innovation (MTI).

"Attention à ne pas perdre de vue notre priorité : former, rappelle Bruno Ducasse. En ce sens, les labels nous permettent de progresser, de vérifier que la pédagogie reste au centre de nos préoccupations et de mesurer constamment que nous sommes toujours en phase avec nos axes stratégiques."

En 2020, la France devrait compter une 15e école avec la triple couronne : ICN Business School, qui a obtenu cette année le renouvellement de ses accréditations Equis et AMBA, et qui a fait de l’AACSB son objectif de l’année prochaine.

Liste des écoles de management françaises triple accréditées en 2019[1]

HEC Paris, Audencia Nantes (Nantes), EDHEC (Lille, Nice), emlyon (Lyon), ESCP Business School (Paris, Berlin, Londres, Turin, Madrid), Grenoble École de management (Grenoble), IESEG School of Management (Lille, Paris), INSEAD (Fontainebleau), KEDGE Business School (Marseille, Bordeaux), Neoma Business School (Reims, Rouen), SKEMA Business School (Paris, Lille, Sophia Antipolis), Toulouse Business School (Toulouse), Rennes School of Business (Rennes), Montpellier Business School (Montpellier).