Passé d’un IUT à GEM par Passerelle, Charles nous raconte son job dans la Défense

Par L'Etudiant Fab, publié le 22 Mars 2021
6 min

A priori, vous ne voyez peut-être pas le lien entre un IUT, une grande école de commerce et un poste dans l’univers très particulier de la Défense. Eh bien, nous allons vous montrer comment le concours Passerelle a transformé le parcours professionnel de Charles, diplômé en 2019 de Grenoble École de Management et de l’IRIS, l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques.

« Je voulais rendre mon parcours plus pragmatique »

Actuellement Strategic Marketing manager chez Bertin Technologies, une entreprise spécialisée dans la maîtrise des technologies de pointe et d’environnements exigeants (santé, nucléaire, aérospatial, défense et sécurité), Charles a un parcours pour le moins atypique ! Friand de disciplines comme la géostratégie ou les relations internationales, il débute son cursus post-bac par une première année au sein de l’Université de Genève. « Malheureusement, j’ai échoué durant cette première année, alors j’ai voulu rendre mon parcours plus pragmatique en intégrant l’IUT d’Annecy en DUT Gestion des entreprises et administrations, entre 2013 et 2015  », nous raconte-t-il. De cette formation très concrète, Charles retient l’apprentissage du fonctionnement global d’une entreprise et de la manière dont tous les services s’imbriquent.

« Le concours Passerelle est accessible à quiconque s’en donne les moyens »

En parallèle, Charles prépare le concours Passerelle avec d’autres étudiants de l’IUT. « Nous avions aussi quelques cours pour nous aider à préparer certaines épreuves comme la note de synthèse. Au final, je dirais que le concours est accessible à quiconque s’en donne les moyens. Il s’agit avant tout d’adopter la bonne méthode pour chaque épreuve », conseille-t-il. En entretien, le jeune homme met en lumière son parcours et explique ses ambitions professionnelles. Lors de son passage au sein de Grenoble École de Management (GEM), le feeling passe plutôt bien et Charles repère une formation unique qui pourrait l’intéresser. « J’ai choisi GEM car je m’y suis senti bien, que l’école était bien classée, et aussi pour le double diplôme proposé avec l’IRIS  », se souvient-il. Dans un coin de sa tête, Charles garde donc cette option dans ses choix favoris pour sa dernière année de master.

Un parcours à la carte

En première année du Programme Grande École, Charles suit un cycle centré sur l’innovation pédagogique. Puis en deuxième année, il opte pour un parcours associatif, durant lequel il devient président de l’Association de journalisme et de littérature de GEM. « J’ai toujours été attiré par l’écriture et le débat d’idées. L’association a été une super école de management appliqué. On se retrouve à confier des tâches à des gens, à devoir créer un mouvement collectif  », explique-t-il. C’est pendant sa troisième année de césure, durant laquelle il effectue un stage dans une entreprise de défense, que ses premières intuitions se confirment. C’est pourquoi il postule en dernière année au double diplôme GEM + IRIS, qu’il suit en alternance au sein de l’entreprise qui l’a embauché par la suite en CDI. « Au total, j’ai cumulé presque deux ans et demi d’expérience professionnelle durant tout mon parcours dans le supérieur », note le jeune homme. Un vrai plus !

Les apports d’un double cursus

Durant son année à l’IRIS, Charles suit le parcours Défense, sécurité et gestion de crise. Tous les ans, des places sont réservées aux étudiants de GEM qui peuvent y candidater. L’école de commerce suit ensuite à distance l’étudiant afin de vérifier que tout se passe bien pour lui au sein de l’IRIS. « Et à la fin, on passe le grand oral et les épreuves de langues comme tous les étudiants de GEM », explique Charles. Durant cette année à l’IRIS, le jeune homme se forme aux enjeux de défense, aux relations internationales et apprend le fonctionnement des armées, des industriels du secteur, ou encore de la programmation étatique. « Le dernier bloc était consacré à la mise en pratique des techniques comme l’analyse géopolitique, la gestion de crise ou la veille stratégique », se souvient-il. Au final, Charles nous explique avoir acquis à la fois «  les aspects très culturels de la Défense via l’IRIS et avoir appris à les mettre en mouvement grâce aux techniques de management ou à l’analyse stratégique enseignées au sein de GEM. Apporter cette vision entrepreneuriale et de marché a été un grand atout dans mon embauche. »

« Un esprit décalé »

Bien loin des parcours que l’on imagine d’ordinaire dévolus aux étudiants des grandes écoles de commerce, Charles est même devenu officier de réserve. « C’est très intéressant, car le management, d’un point de vue militaire, est extrêmement différent de la culture GEM, puisqu’il est très hiérarchisé. Je crois que les méthodes apprises en école de commerce me permettent d’avoir un esprit décalé et un fonctionnement différent qui peut être apprécié de mes supérieurs, et bien servir la mission », conclut Charles.

Comme lui, d’autres jeunes ont donné un tournant à leur parcours professionnel grâce au concours Passerelle. Ouvert à tous, il permet à une pluralité de profils d’intégrer une Grande École de commerce après un BTS, un IUT ou une licence. Pour en savoir plus, c’est par ici.