publié le 23 Mars 2020
4 min

Au cœur d’un secteur en perpétuel développement, les métiers commerciaux et financiers se portent bien en termes de débouchés. Pour les apprentis formés chez DIFCAM, c’est aussi la garantie d’exercer un métier appris avec passion.

Alors que 50 % de la masse salariale des banques sont consacrés à la formation professionnelle de leurs salariés contre 2 % tous secteurs confondus, les bacheliers motivés qui choisiraient cette orientation auraient tout à y gagner. En bref, c’est un secteur qui recrute et les jeunes y sont les bienvenus !

Mais attention, il ne s’agit pas seulement de faire du chiffre. Satisfaire le client et entretenir une relation de confiance avec lui fait également partie des savoir-faire nécessaires pour évoluer dans le secteur de la banque et de l’assurance. Les fameuses soft skills !

Un panel de métiers en front ou back-office

Une fois formés au sein des 15 parcours en alternance que propose le réseau DIFCAM, les diplômés ont accès à un panel de métiers en front ou back-office. Plus de la moitié des embauches concernent avant tout des postes commerciaux au profil polyvalent, mais de nombreuses autres opportunités existent.

« Actuellement, les métiers porteurs qui recrutent beaucoup se retrouvent dans la banque de détail », confirme Alain Nicolas, responsable du réseau Nord de DIFCAM et directeur du CFA Île-de-France. « Je pense notamment aux métiers à vocation commerciale tels que chargé de clientèle pour les particuliers et les professionnels, expert en gestion de patrimoine. Du côté de la banque d’investissement, ce sera surtout en région parisienne, avec des métiers autour de la gestion des risques. »

Outre une appétence pour le digital et l’esprit d’équipe, chaque métier exige dans tous les cas tact, technicité et flexibilité. Par exemple, un agent commercial en assurances, qu’il travaille au sein d’un bureau ou d’une plateforme téléphonique, connaîtra une grande variété de missions, selon la clientèle et les déplacements nécessaires. De son côté, un conseiller en gestion de patrimoine devra faire preuve de pertinence afin de s’adapter à plusieurs intervenants en externe tels que les courtiers, responsables de galeries d’art ou agents immobiliers. Ou encore : un analyste de crédit et risque bancaire peut être amené à entrer en contact avec de multiples services, d’une simple agence à la Banque de France.

Des liens forts avec le Crédit Agricole

Autre atout pour se lancer dans le grand bain ? L’employabilité à la sortie d’un parcours chez DIFCAM se vérifie chaque année par des taux importants d’intégration en CDI. Plus des deux tiers des alternants formés chez DIFCAM sont en effet recrutés en CDI à l’issue de leurs études.

Il faut dire que DIFCAM bénéficie de liens forts avec le Crédit Agricole grâce auxquels les étudiants glanent de nombreuses opportunités à Paris et en région. Tout un tissu d’entreprises de renom complète également le réseau – BNP Paribas, Banque Populaire, Caisse d’Épargne, Crédit Mutuel, Société Générale, Groupama, Macif ou encore MAIF.

« Il y a un objectif d’atteindre les 6 000 alternants au sein du groupe Crédit Agricole à l’horizon 2022, donc forcément, on sera impacté », précise Stéphanie Lupesco, responsable de projets transverses chez DIFCAM. « Oui, nous avons la chance d’appartenir à ce grand groupe, mais tout reste ouvert pour nos étudiants. » Au tour d’Alain Nicolas d’ajouter : « On leur laisse le choix, mais ce qui est sûr, c’est qu’une grande partie des postes à pourvoir viennent des entités du Crédit Agricole. »

Sans oublier les opportunités à saisir dans le cadre d’une mobilité internationale. Même si les parcours proposés par DIFCAM préparent en majeure partie aux métiers de la banque de détail, une évolution vers une carrière à l’étranger reste envisageable selon l’expérience de l’apprenti. Cela passera bien évidemment par la maîtrise d’une langue vivante.