1. La viande, des métiers qui recrutent à découvrir... Quel sera le vôtre ?
Partenariat

La viande, des métiers qui recrutent à découvrir... Quel sera le vôtre ?

Envoyer cet article à un ami
 // © Aldo Soares
// © Aldo Soares

De l'élevage à l'étal des bouchers en passant par la transformation des viandes, la filière de la viande, où travaillent 500 000 professionnels, offre de nombreuses opportunités de carrières et propose chaque année des milliers d’emplois, même sans diplôme. Envie de rejoindre un secteur riche et dynamique ? 5 morceaux choisis…

L’éleveur, au rythme de la nature

Travailler la terre, bichonner son troupeau en lui apportant des soins et une alimentation équilibrée… l'éleveur vit au cœur de la nature, au rythme des saisons. Il a une connaissance pointue des animaux qu’il élève, de leur anatomie et de leurs besoins. Tour à tour soigneur, nutritionniste, laboureur, conducteur de tracteur, lorsqu'il est la tête de sa propre exploitation, il est aussi un chef d'entreprise. Bref, c'est un métier multicasquette, qui requiert à la fois une passion pour les animaux et des qualités de gestionnaire.

Il existe de nombreux diplômes pour s'y préparer, du brevet professionnel au diplôme d'ingénieur agricole en passant par un CAP agricole (métiers de l’agriculture) et un BTS agricole (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole).

Le commerçant en bestiaux, pro du négoce

D'exploitation en exploitation, le commerçant en bestiaux sillonne la campagne, en quête de bétail à acheter. Impliquant une bonne connaissance des animaux et le souci de leur bien-être, ce métier de contact recouvre une grande variété d'activités : sélection pointue des animaux à acquérir pour la qualité de la viande, organisation de leur transport, respect des exigences de traçabilité, négociation commerciale en phase de vente et d’achat…

Pour l'exercer, il vous faudra obtenir un BTS agricole technico-commercial produits alimentaires et boissons, un DUT techniques de commercialisation orientation alimentaire ou encore une licence commerce et vente secteur agroalimentaire.

L'opérateur d’abattage, de transformation et de découpe, au cœur des abattoirs, un secteur en pleine modernisation

En fonction de sa qualification et de son expérience, un opérateur peut se voir confier différentes missions au sein d’un abattoir, selon l’organisation de celui-ci : il intervient sur la préparation des carcasses ; la découpe, le désossage et le parage des pièces de viandes ; la fabrication de produits élaborés ; l'étiquetage des produits ou encore l'approvisionnement des lignes de production, le tout en lien avec les services d’hygiène et vétérinaire. Au fil du temps, la gestion d'une équipe peut lui être proposée.

Cet emploi est accessible sans diplôme ni expérience professionnelle. Toutefois un CAP boucher ou un bac pro bio-industries de transformation offre davantage de possibilités d'évoluer rapidement.

L’artisan boucher, métier de savoir-faire et de contact

C'est la qualité de la viande qu'il propose qui fait sa réputation. Normal, donc, que son savoir-faire se décline dans la sélection, la découpe et la préparation des meilleurs morceaux. Mais l’artisan boucher est aussi sur le devant de la scène, dans sa boutique, lorsqu’il vend ses produits et prodigue des conseils à ses clients. Et c'est également un patron, qui gère le développement de son entreprise et manage son équipe. Bref, ce professionnel de la viande a plus d’une corde à son arc !

Le plus souvent, afin de se préparer à son métier, il a passé un CAP boucher, un bac pro boucher charcutier-traiteur, un brevet professionnel boucher ou un certificat de qualification professionnelle technicien boucher.

Le cuisinier en restauration collective, la passion du partage

Restaurants d'entreprises, cantines scolaires, hôpitaux ou maisons de retraite, mais aussi restos U !… Vous avez ou aurez forcément un jour l’occasion de goûter aux plats élaborés par un cuisinier en restauration collective, voire de le rencontrer si le lieu de production se trouve sur place. Ce professionnel doit adapter son savoir-faire de cuisinier – qualité des produits, préparation des recettes, recherche des saveurs et du goût – aux spécificités de la restauration collective : respect de normes d'hygiène très strictes, production en nombre, gestion des stocks, etc.

Un emploi accessible avec un certificat de spécialisation en restauration collective ou, après quelques années d'expérience, avec un CAP cuisine.

Découvrez plus d’informations sur laviande.fr