1. Dans notre métier, il n’y a pas de routine !
Accueil

Dans notre métier, il n’y a pas de routine !

Robots, cartes à puce et usage de technologies innovantes font de Joël Besnier et de son frère Nicolas, respectivement 41 ans et 39 ans, des artisans de pointe. Leur entreprise, implantée à Chateaubourg en Bretagne, conçoit et fabrique du matériel électronique et informatique. Étonnant ? Pas tant que cela.

Envoyer cet article à un ami
 // © FNCPA
// © FNCPA

(FNPCA - En partenariat avec l'Artisanat)

Qui peut imaginer que la fabrication de cartes à puce est une activité artisanale ? Et pourtant, l’entreprise BG Ingénierie, créée par le père de Joël et Nicolas Besnier en 1999, fait bien partie de la filière.

« On assimile systématiquement l’artisanat à des métiers tels que charcutier ou tailleur de pierre, pointe Joël Besnier. Mais ce secteur recouvre bien d’autres réalités. » Outre la fabrication de badges ou de cartes à puce en tout genre, et notamment entièrement personnalisés, l’entreprise réalise des machines de test pour les passeports biométriques. Et fait à présent partie des leaders mondiaux dans ce domaine.

Contrairement à des géants comme Bull ou Oberthur Technologies, elle conçoit des séries limitées. Originalité : elle invente en interne des procédés révolutionnaires qu’elle autofinance intégralement.

Au départ, Joël ne souhaitait pas reprendre le flambeau. « Je suis parti en Grande-Bretagne pour travailler dans les télécoms », se souvient-il. Puis, il rejoint, de même que Nicolas, l’entreprise familiale à la fin de ses études. Quand, en 2010, le père prend la décision de partir en retraite, lui et son frère n’hésitent plus. Pendant que Joël se charge du commercial, Nicolas, passionné de technologies comme son père, s’occupe de la partie technique. Tous deux sont cogérants. Grâce à leur complémentarité, ils accèdent à de nouveaux marchés. La renommée de l’entreprise dépasse aujourd’hui largement les frontières françaises. BG Ingénierie travaille dans plus de 50 pays et compte 16 salariés.

« Ce qui m’intéresse, témoigne Joël Besnier, c’est de pouvoir parler anglais dans les salons à l’étranger ou avec les clients. J’apprécie aussi beaucoup la gestion humaine de l’entreprise. » L’entrepreneur constate qu’il y a très peu de concurrence dans le secteur. « C’est un marché de niche, note-t-il. Quand un client veut effectuer un test de torsion pour un type de carte, il fait une recherche sur le Web et tombe tout de suite sur BG Ingénierie. » Attention pour autant de ne pas se reposer sur ses lauriers ! « Il faut regarder ce qui se fait ailleurs, poursuit-il. Le monde des cartes à puce évolue en permanence. Dans quinze ou vingt ans, il n’y en aura même plus. C’est pourquoi la veille technologique et la diversification sont indispensables. Nous nous tournons de plus en plus vers les objets connectés. Aujourd’hui, ce marché est en pleine explosion. C’est génial car dans notre métier, il n’y a pas de routine ! »