1. Reprendre une entreprise : les clés de la réussite
Accueil

Reprendre une entreprise : les clés de la réussite

Même si elle présente moins de risques que la création d’entreprise, la reprise exige de construire un projet solide et de le préparer minutieusement. Suivez le guide.

Envoyer cet article à un ami
 // © FNCPA
// © FNCPA

(FNPCA - En partenariat avec l'Artisanat)

La reprise d’entreprise est un super-plan : la structure existe déjà, son concept a fait ses preuves. En outre, clientèle, équipe, locaux, savoir-faire, notoriété et business, tout est en place. On peut donc démarrer rapidement et se rémunérer plus vite que dans une création classique. Autre avantage : l’entreprise offre de meilleures garanties à un organisme bancaire. La procédure est donc moins exigeante en termes d’apport financier personnel. Attention toutefois ! La reprise comporte de nombreux avantages mais nécessite un état d’esprit et une capacité à relever les défis similaires à la création ex nihilo.


Mettre les chances de son côté

Un projet parfaitement ficelé et une organisation au cordeau garantissent la réussite du projet. C’est avant tout parce que le repreneur sait ce qu’il veut faire, donc ce qu’il cherche, qu’il trouve la bonne affaire à reprendre. Pour mener à bien l’opération, il faut compter au moins 12 mois de préparation, parfois plus, pour identifier l’entreprise, observer de près les offres, envisager les solutions de développement, etc. Au préalable, sachez quels sont les objectifs que vous poursuivez et vos contraintes personnelles. Autre question-clé : est-ce que votre entourage adhère au projet ?

Objectif poursuivi ?

Une fois ces aspects mis au clair, démarrez par la construction du projet entrepreneurial. Acheter une entreprise n’est qu’un biais pour réaliser vos objectifs. Toutes les décisions vont se prendre en fonction : taille de l’entreprise à reprendre, localisation, investissement potentiel, etc. Le business plan est l’outil idéal pour formaliser votre projet : quel est le produit ou le service proposé ? Pour quels clients ? Avec quels moyens ? À quel coût ? etc. Le business plan campe le décor et vous prépare à mener votre recherche, à vous poser les bonnes questions et à faire l’état des lieux quand vous aurez repéré les entreprises à acheter. Grâce à ce document, vous pourrez aussi vérifier que le projet de rachat vous permettra de rembourser les emprunts à souscrire.

Repérer l’entreprise

Une fois le projet établi, il faut donc trouver l’entreprise à racheter. Les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) vous aident à les identifier, par le biais notamment de la base de données nationale de reprise d'affaires artisanales (www.bnoa.net/) qui compte des centaines d’entreprises à reprendre. Une fois l’entreprise repérée, soyez vigilant. Objectif : vous prémunir contre les déconvenues. Pour cela, il faut réaliser un audit financier, social ou fiscal complet. Même la clientèle doit être passée au crible. Le repreneur doit y consacrer beaucoup de temps.

Faire le diagnostic

Avant même de parler prix, une véritable analyse de fond est à mener. Cette phase de diagnostic et d’audit doit permettre de tout savoir sur l’entreprise. On doit aussi s’assurer qu’il n’existe aucun contentieux. Par ailleurs, sachez que nombre de subventions, prêts aidés, soutiens en tous genres existent mais sont souvent difficiles à identifier. Pour vous aider à les repérer et à mener à bien l’expertise, sollicitez l’aide de spécialistes via la CMA de votre secteur, qui propose des dispositifs en faveur de la reprise d’entreprise. À vous de jouer !