1. Un savoir-faire quasi unique au monde
Accueil

Un savoir-faire quasi unique au monde

Artisan haute couture, Pietro Seminelli conçoit rideaux, stores, panneaux, paravents et autres créations en tous genres. Ce maître plisseur travaille ses pièces uniques, sur mesure et à la main, dans son atelier de Normandie. Récit.

Envoyer cet article à un ami
Pietro Seminelli // © FNCPA
Pietro Seminelli // © FNCPA

(FNPCA - En partenariat avec l'Artisanat)

Beaucoup d’entre nous l’ignorent, mais le pli est aujourd'hui élevé au rang d’art grâce à Pietro Seminelli, qui sculpte les tissus comme personne. Normal. Il s’agit d’un savoir-faire d'exception quasi unique au monde. Au départ, ce maître plisseur se destinait à une carrière de décorateur-scénographe dans le théâtre. Pour y parvenir, il se forme à l’ébénisterie puis entre à l’ENSAAMA (École nationale des arts supérieurs, des arts appliqués et des métiers d’art). C’est là qu’au cours d’un examen, il transforme une table dressée pour le repas en véritable origami, l’art du pliage au Japon. « Je ne savais pas encore que j’allais travailler le pli à ce moment-là, lance Pietro Seminelli. Après cette expérience, j’ai proposé cette technique comme thème de recherche pour mon diplôme. »

Il quitte l’école avec les félicitations du jury, puis enchaîne quelques expériences avant de commencer sa carrière auprès d’un de ses anciens professeurs, Louis Bercut, scénographe à la Comédie-Française. Impressionné par ses créations, ce dernier l’incite à s’engager sur la voie de la technique du pli. L'artiste fait par la suite la rencontre de Gérard Lognon, un des derniers maîtres plisseurs de l’Hexagone, avec lequel il collabore en tant qu’indépendant.

Son parcours ne s’est pas construit en un jour. « J’ai appris mon métier sur le tas au fur et à mesure des commandes qui tombaient, raconte-t-il. Puis j’ai commencé à recruter. Mon atelier parisien comptait sept personnes, mais il était trop petit et trop cher. » Il décide alors de quitter l’Île-de-France pour la Normandie. Depuis ses débuts, Pietro Seminelli ne cesse de faire évoluer son métier de plisseur en déclinant son savoir-faire dans d’autres domaines d’application, tels que le revêtement mural, le luminaire, la passementerie ou la céramique. En 2006, il décroche le titre de maître d’art délivré par le ministère de la Culture. Depuis ses ateliers du Molay-Littry dans le Calvados, il travaille avec les architectes d’intérieur les plus prestigieux et pour les grands noms du luxe. Il a notamment habillé les boutiques Chanel à New York ou Shanghai et les musées des Arts asiatiques de Nice ou du Textile à Lyon. Après avoir été exposé chez Yohji Yamamoto l’an dernier, son travail sera prochainement à l’honneur au musée national de Tokyo. L'artiste a rouvert un atelier showroom à Paris en 2016.

www.seminelli.fr