Orientation postbac

Retrouvez tous nos dossiers, articles et contenus sur la thématique Orientation postbac

Tous les articles avec le tag Orientation postbac

Un accès aux filières en tension de l'université pour les bacheliers méritants Université Paris-Descartes : la licence de psychologie fait partie des filières à capacité limitée. // © Camille Stromboni
Université Paris-Descartes : la licence de psychologie fait partie des filières à capacité limitée. // © Camille Stromboni
Décryptage

Un accès aux filières en tension de l'université pour les bacheliers méritants

Les "meilleurs bacheliers", c'est-à-dire les 10 % qui obtiennent les meilleurs résultats au bac dans chaque lycée, devraient bientôt disposer d'un droit d'accès supplémentaire aux filières à capacité limitée de l'université (STAPS, droit, psychologie, PACES...).

APB : 3 vrai/faux sur les coulisses de la procédure Le ministère de l'Éducation nationale dévoilera-t-il l'algorithme d'Admission-postbac ? // © giphy.com
Le ministère de l'Éducation nationale dévoilera-t-il l'algorithme d'Admission-postbac ? // © giphy.com
Décryptage

APB : 3 vrai/faux sur les coulisses de la procédure

“Loterie”, “boîte noire”, “anxiogène”... tels sont quelques-uns des qualificatifs attribués à Admission-postbac, le portail de préinscription en première année d’enseignement supérieur. L’Etudiant vous éclaire sur les côtés obscurs de la procédure.

Une école d'ingénieurs sans le bac S ? Tentez votre chance ! L'UTBM recrute chaque année des bacheliers non titulaires d'un bac S, en première année du cycle préparatoire. Ils disposent, sur les deux premières années de formation, d'un accompagnement personnalisé. // © Marc Barral Baron / UTBM
L'UTBM recrute chaque année des bacheliers non titulaires d'un bac S, en première année du cycle préparatoire. Ils disposent, sur les deux premières années de formation, d'un accompagnement personnalisé. // © Marc Barral Baron / UTBM
Décryptage

Une école d'ingénieurs sans le bac S ? Tentez votre chance !

En école d’ingénieurs, 9 étudiants sur 10 sont titulaires d’un baccalauréat scientifique. Malgré cette prédominance incontestable, les établissements s’ouvrent à d’autres profils, accueillant des bacheliers généraux d'autres séries, des bacheliers technologiques et même quelques bacs pro. L’Etudiant a recueilli le témoignage et les conseils de 4 d’entre eux. Une école d’ingénieurs sans bac S : un parcours possible… à condition d’être plus que motivé.

Plongée au cœur d’un centre de recrutement de l’armée de terre “Votre volonté, notre fierté”, 9e campagne de recrutement de l'armée de terre. // © 
“Votre volonté, notre fierté”, 9e campagne de recrutement de l'armée de terre. // © 
Reportage

Plongée au cœur d’un centre de recrutement de l’armée de terre

Pour sa 9e campagne de recrutement, “Votre volonté, notre fierté”, l’armée de terre s’est mise à l’heure du numérique : messages sur mobile, application de coaching sportif… Objectif : créer du lien avec les candidats pour parvenir à recruter cette année encore 15.000 soldats.

Les grandes écoles plébiscitées, mais mal connues Les écoles citées spontanément sont toujours les mêmes : parmi elles, HEC est évoquée dans 20 % des cas. // © HEC
Les écoles citées spontanément sont toujours les mêmes : parmi elles, HEC est évoquée dans 20 % des cas. // © HEC
Boîte à outils

Les grandes écoles plébiscitées, mais mal connues

Les grandes écoles, des formations de qualité qui assurent une bonne insertion professionnelle. C'est l'image qui ressort du sondage CGE (Conférence des grandes écoles)/TNS Sofres rendu public le 16 mars. Mais à y regarder de plus près, recruteurs en tête, il semblerait que les sondés ne les connaissent pas si bien. Décryptage.

"Métiers de garçons ?" "Métiers de filles ?" Bousculez les préjugés ! Maëlle, ingénieure sur les chantiers navals de Saint-Nazaire, manage trois équipes d’une dizaine de personnes : rien que des hommes ! Une main de fer dans un gant de velours. // © Thomas Louapre/Divergence pour l'Etudiant
Maëlle, ingénieure sur les chantiers navals de Saint-Nazaire, manage trois équipes d’une dizaine de personnes : rien que des hommes ! Une main de fer dans un gant de velours. // © Thomas Louapre/Divergence pour l'Etudiant
Enquête

"Métiers de garçons ?" "Métiers de filles ?" Bousculez les préjugés !

Le BTP et l'industrie pour les hommes, le service à la personne et la petite enfance pour les femmes… les stéréotypes ont la vie dure ! Pourtant, désormais, sur le terrain, ils sont nombreux à faire mentir ces clichés. Portraits de ces jeunes actifs qui ont écouté leur vocation, au-delà des préjugés.

Bacheliers pro : c'est le moment de tenter votre chance en BTS Ce qui est apprécié dans vos dossiers ? Votre niveau solide dans les matières professionnelles et une assez bonne connaissance du fonctionnement de l'entreprise et de ses codes. // © Franz Pfluegl - Fotolia. // © Franz Pfluegl/Fotolia
Ce qui est apprécié dans vos dossiers ? Votre niveau solide dans les matières professionnelles et une assez bonne connaissance du fonctionnement de l'entreprise et de ses codes. // © Franz Pfluegl - Fotolia. // © Franz Pfluegl/Fotolia
Boîte à outils

Bacheliers pro : c'est le moment de tenter votre chance en BTS

Des directives qui imposent de vous faire plus de places en STS (sections de techniciens supérieurs) ; des taux de réussite appelés à s'améliorer…  Bacheliers professionnels, et si vous envisagiez de poursuivre après le bac pour préparer un BTS ? Certes, la marche est haute entre le lycée pro et les études supérieures, mais vous avez à faire valoir des atouts bien à vous.

Enquête 2016 : quelles sont vos chances de réussite en licence ? 50 % des bacheliers généraux obtiennent leur licence en trois ou quatre ans, contre 16 % des bacheliers technologiques et 6 % des bacheliers professionnels. // © Camille Stromboni
50 % des bacheliers généraux obtiennent leur licence en trois ou quatre ans, contre 16 % des bacheliers technologiques et 6 % des bacheliers professionnels. // © Camille Stromboni
Décryptage

Enquête 2016 : quelles sont vos chances de réussite en licence ?

Selon les chiffres publiés en février, 28 % des étudiants inscrits en première année à l’université sont, trois ans plus tard, diplômés d’une licence. Et seuls 40 % des étudiants passent le cap de la L1 (première année de licence) du premier coup. Des indicateurs qui restent peu rassurants, même si derrière eux se cachent des réalités bien différentes.