Peut-on faire l’amour pendant ses règles ?

Faire l'amour pendant ses règles, vaste question ! Même s'il n’existe aucune contre-indication, certaines personnes ressentent un blocage, qu’il soit culturel, psychologique ou physique. Explications et témoignages.

Certains apprécient plus que d'autres de faire l'amour pendant les règles…
Certains apprécient plus que d'autres de faire l'amour pendant les règles… // ©  Pollux

Une barrière culturelle 

"Je trouve ça sale !", s'exclame Maëva, 22 ans, qui n'arrive pas à s'imaginer mêler plaisir sexuel et flux menstruel. Si la jeune femme est réticente, c'est avant tout parce que le tabou des règles persiste encore aujourd'hui en France. Longtemps dénigrées car incomprises du corps médical, les menstruations ont été sujettes à diverses théories farfelues. Dans l'Antiquité, on jugeait le sang menstruel sale et impur, tout comme la femme réglée. Les rapports sexuels étaient proscrits et l'homme qui s'y risquait était susceptible d'attraper une maladie ou une malédiction. 

Des croyances qui ont imprégné nos esprits au fil des siècles, alors même que le mystère des règles a été "élucidé" au début du XXe siècle. De plus, nombre de religions interdisent le rapprochement des corps en période de menstruations. Aujourd'hui encore, le sang menstruel n'est pas considéré comme un fluide naturel au même titre que le sperme ou la cyprine (sécrétion vaginale). Beaucoup de personnes le perçoivent comme un intrus susceptible d'engendrer du dégoût. 

Quand les hommes refusent 

Julie, 25 ans, ne fait pas partie des 44 % de Françaises* qui éprouvent de la gêne pendant leurs menstruations : "Je suis à l'aise avec le sujet et j'aimerais beaucoup faire l'amour quand je suis réglée. Seulement, mon copain n'a pas l'air partant. Il ne me cherche pas pendant cette période", confie-t-elle. 

Si aucun chiffre n'indique combien d'hommes sont freinés à l'idée d'avoir un rapport sexuel pendant les règles, il est fréquent de constater leur réticence. Une réticence qui s'explique : le sang menstruel ne leur est pas familier. Ils ne grandissent pas avec, ne l'apprivoisent pas. C'est sans dire que les hommes imaginent fréquemment que ce sang est source de "douleur". "On a trop vu les filles pliées en deux au collège et au lycée pour penser que les règles sont un merveilleux moment ! Je ne voudrais pas perturber ma copine et je crois – à tort – que je vais avoir mal aussi, comme si c'était contagieux", témoigne Jérémy, 24 ans. 

Et s'il suffisait d'en parler librement ? Et si les hommes décidaient d'exprimer leurs craintes et les femmes leur désir ? Car chacun semble penser à la place de l'autre. Quand on lit que seule une femme sur quatre* ose en discuter avec son compagnon, on conclut aisément que certains couples n'envisagent pas de faire l'amour alors même qu'en échangeant sur le sujet, ils ne s'en priveraient pas. 

Ils aiment ça et ne s'en cachent pas !

"À partir du moment où Yann m'a dit qu'il n'y voyait pas d'inconvénient, nous avons fait l'amour. Certes, ce n'est pas le cas tous les mois car parfois, je suis vraiment fatiguée, mais nous partons du principe que mes règles ne dictent pas notre vie sexuelle", explique Camille, 28 ans. En couple depuis trois ans, ces deux-là font plutôt l'amour dans la douche ou optent pour une serviette éponge afin de protéger le matelas. "C'est la seule chose qui nous dérangeait, poursuit la jeune femme. L'idée de tacher la literie ! On s'accommode. Et je dois préciser que le sang des règles est un excellent lubrifiant, c'est très plaisant". 

Bertrand, lui, n'est pas gêné à l'idée de faire l'amour pendant les règles. Cependant, il préfère quand sa copine porte un tampon. Ainsi, ils profitent d'un rapport fait de "préliminaires". Le plaisir est au rendez-vous. Rappelons-le : la pénétration n'est pas une fin en soi. "Nous jouons autrement, raconte-t-il. C'est une façon de vivre la sexualité sous une autre forme."

* Étude Hygiene Matters réalisée par le Groupe SCA en 2016 et publiée en 2017

En toute sécurité
S'il n'existe aucune contre-indication à faire l'amour pendant vos règles, notez que le risque de contracter une hépatite ou le sida est trois à cinq fois supérieur à cette période du cycle. Le sang peut en effet favoriser la transmission de l'infection. Il est donc essentiel de se protéger avec un préservatif lorsque l'on ne connaît pas l'état de santé de son partenaire. Le sexe oral est également dans ce cas à proscrire. De plus, les règles ne sont pas un moyen de contraception : on peut tomber enceinte durant cette période.
Pour en savoir plus : "La petite encyclopédie des règles", First Éditions
sexo Santé

Pour aller plus loin

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires