7 bons plans pour faire son marché sans y laisser son porte-monnaie

Ras-le-bol de la trilogie pâtes, riz, patates ! Trendy vous souffle sept astuces pour manger équilibré à prix mini, en variant les plaisirs.

Manger équilibré, bon et pas cher, c'est possible grâce aux épiceries solidaires.
Manger équilibré, bon et pas cher, c'est possible grâce aux épiceries solidaires. // ©  Stephane AUDRAS/REA

Selon des études menées conjointement par le réseau Agoraé, la Fage et l'Agep (Association générale des étudiants de Paris) entre 2013 et 2015, 15 % des étudiants auraient du mal à s'alimenter correctement à Paris. Et 3 % d'entre eux ne mangeraient pas du tout à leur faim. Les étudiants fauchés sont prêts à sacrifier leur budget alimentation au détriment de leur santé. Pourtant, il existe des solutions pour avoir une alimentation équilibrée sans alourdir sa facture. 

1. Aide alimentaire participative

Présentes dans les grandes villes françaises, dont Paris, Lille et Brest, les épiceries solidaires du réseau Agoraé, initié par la Fage, sont gérées par des bénévoles et permettent à plusieurs milliers d'étudiants en galère d'acheter des produits 90 % moins chers qu'en supermarché. Avec seulement 3 à 5 €, et sous condition de vos ressources, vous pouvez faire vos courses pour toute la semaine.

 2. Récup en ligne

Avec les applis Too Good To Go et OptiMiam, vous êtes mis en relation avec des commerçants (boulangeries, sandwicheries, fast food, etc.) qui bradent leurs produits périssables avant la fin de la journée. Autre appli 100 % récup : près de chez vous, Zéro-Gâchis répertorie les produits de la grande distribution dont la date de péremption approche. De quoi vous permettre d'économiser jusqu'à 70 % de leur prix ! 

3. Glaner en chemin

La carte collaborative Falling Fruit liste les spots où il est autorisé de cueillir des fruits et légumes à l'œil dans plus de 70 pays. Idéal pour manger frais même pendant vos road-trip ! Attention tout de même, la loi française limite le ramassage des fruits et des légumes à ceux tombés au sol, après la récolte.

4. Des produits bio à l'œil 

À Paris et à Nice, l'association Les Eco Charlie récupèrent yaourts, fruits, légumes et autres aliments jetés par des magasins bio pour les redistribuer à des personnes en situation de précarité. Pour y avoir droit, il vous suffit de participer à la récolte avec les bénévoles.

5. Participer pour consommer

Inspiré d'un concept américain, les épiceries collaboratives fleurissent un peu partout en France. Elles s'appellent par exemple La Louve à Paris ou Le Lab de La Chouette à Toulouse. Sont également en projet Le Superquinquin à Lille (ouverture en 2019), Supercoop à Bordeaux (en projet), Scopeli à Nantes (ouverture fin 2018). Le principe ? En échange de 3 ou 4 heures de bénévolat chaque mois, les adhérents bénéficient d'un rabais de 20 à 40 % sur leurs courses. Pas mal !

6. Un frigo pour tous

Depuis quelque temps, des frigos installés dans la rue mettent à disposition des denrées délaissées. C'est l'idée originale que proposent les frigos solidaires pour lutter contre le gaspillage alimentaire en ville. On en trouve à Paris (dans les 12e et 18e arrondissements), à Marseille (Pointe Rouge), à Angers, d'autres en projet à Lille, Nancy ou Metz. Végétaux, produits secs ou encore emballés, vous pouvez vous servir librement. Avec un peu de chance, vous dégotterez peut-être votre pot de pâte à tartiner préférée !

7. Soupe et fête

Depuis 2012, l'association Disco Soupe organise des grandes fêtes anti-gaspillage. On cuisine en musique des soupes, salades, jus et smoothies à partir des fruits et légumes boudés par la grande distribution. En bonus : on déguste ensemble, dans la bonne humeur ! L'asso Altrimenti propose aussi des "dîners zéro déchets" et des "apéros anti-gaspi" à Paris. Des événements totalement gratuits, sous le signe de la cuisine alternative.

budget

Pour aller plus loin

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Lr.

Les frigos solidaires sont réservés aux sans-abris