Pourquoi le missionnaire n'a-t-il rien à envier à la levrette ?

On la perçoit, à tort, comme une position un peu molle et sans grain de folie, contrairement à la levrette, star de nos positions sexuelles. Et si le missionnaire était bien plus fun qu’il n’en a l’air ? Démonstration.

Pas besoin de se prendre la tête pour prendre du plaisir !
Pas besoin de se prendre la tête pour prendre du plaisir ! // ©  Pollux

Les yeux dans les yeux

Le missionnaire est une position plus portée sur le sentimental. L'un en face de l'autre, on est les yeux dans les yeux (à moins qu’il ne fasse nuit noire...). Elle rime avec amour et connexion, là où la levrette offre d'autres perspectives. Et, puisque le plaisir sexuel se joue aussi dans la tête, il est bon de faire l’amour pendant que nos regards se perdent l'un dans l'autre. Autres avantages : on s’embrasse aisément. Et quand on se dit des mots cochons, on est sûr de s’entendre.

Le missionnaire : une position abordable

Ce n’est pas parce qu’on ne fait pas l’amour en poirier, ou même à quatre pattes, que le plaisir est moins intense. Arrêtons de croire que l'extase n'est possible qu'à force d'acrobaties ! Le missionnaire est une position confortable qui procure d’innombrables sensations agréables. Puisque nous n’avons pas besoin de faire trop d'efforts, nous nous abandonnons plus facilement, contrairement à d’autres positions qui nécessitent de se concentrer sur nos abdos, notre équilibre et nos prises.

Les deux mains libres

Pendant le missionnaire, les deux partenaires sont actifs ! Fièrement allongés, nos mains parcourent le corps de l'autre (je t’attrape, je te caresse, je te griffe). Chose impossible en levrette, sauf si on a quatre bras, six mains et le double de pouvoirs magiques.

Un angle de pénétration au top

Dans cette position, il est plus facile de bouger et de choisir l’angle de pénétration qui convient le mieux. On peut lever les jambes, les étendre, les fermer ou bien mettre un coussin sous le bas du dos pour se cambrer. On peut aussi jouer avec son bassin : vers l’avant, vers l’arrière ; ce qui permet du même coup une contraction du périnée pour davantage de sensations.

Le clitoris n’est pas oublié

Le clitoris, grand oublié ? À en croire de nombreuses études, les rapports sexuels sont généralement très phallocentrés (focus : pénétration !) si bien que le gland du clitoris n’est pas stimulé. Bien sûr, cet organe clé du plaisir féminin se stimule aussi par pénétration, mais cela ne signifie pas qu’il faille ignorer sa partie externe. En missionnaire, on pratique ainsi une double stimulation (grâce aux frottements), dite aussi "pénétration assistée", qui mêle plaisir interne et plaisir externe !

sexo

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires