Issa Doumbia : "Savoir improviser m’aide beaucoup"

L’acteur, à l’affiche dernièrement de "La Colle", une comédie qui nous ramène sur les bancs du lycée, revient sur ses premières fois, lui qui était déjà champion d’improvisation théâtrale à 19 ans !

Issa pourrait prétendre au titre de "mec le plus sympa du monde".
Issa pourrait prétendre au titre de "mec le plus sympa du monde". // ©  C8


La première fois que... j'ai été collé

La toute première fois, ce devait être pour bavardage, je crois. Mais je n'ai pas été beaucoup collé : j'étais un petit malin, j'échappais toujours à la punition !

La première fois que... j'ai eu un crush à l'école

Franchement, je ne me souviens plus. J'étais surtout le bon pote, qui jouait les intermédiaires. Je ne me suis mis que très tard avec une fille. Mes grandes sœurs m'expliquaient qu'il fallait choisir LA bonne fille, bien réfléchir, et tout... Cela n'avait rien d'évident pour moi.

La première fois que... j'ai eu le déclic pour le métier d'acteur

J'ai commencé le théâtre à 11 ans, et à 19 ans, j'ai remporté un championnat d'improvisation théâtrale. J'ai entendu le public scander mon nom et j'ai trouvé ça fou. Je savais que c'était ce que je voulais faire de ma vie.

Aujourd'hui encore, certains réalisateurs me laissent improviser et dans mon spectacle, j'improvise aussi beaucoup. Cela m'aide énormément, notamment si nous sommes bloqués sur une scène sur un tournage, je peux trouver une idée.

La première fois que... j'ai passé un casting

Ah, ça c'est très drôle. C'était un casting pour être chroniqueur radio, et je tombe sur mon pote, Alban Ivanov : nous ne nous étions pas concertés ! Il fallait proposer des idées de chronique. En discutant dans la salle d'attente, on s'aperçoit que l'on avait eu la même idée !

Finalement, on a passé le casting ensemble, en improvisant un truc sur le programme télé du soir. Le lendemain, la radio nous a rappelés pour nous dire qu'on était pris, pas en tant que chroniqueurs, mais comme présentateurs de l'émission.

La première fois que... j'ai été reconnu dans la rue

C'était grâce aux vidéos de Mamadou Seydou Coulibaly [son personnage de "Beur sur la ville", film de 2011, qu'il a décliné ensuite en vidéos]. J'allais à la laverie et une bande de collégiens m'a reconnu. Ils ont crié, ils m'ont fait la fête ! Maintenant, ça m'arrive plus souvent, et ça se passe bien ! Sauf quand les gens sont très tactiles : je ne le suis pas du tout.

La première fois que... j'ai dépensé ma paye

Je devais avoir 18 ans, je faisais le ménage dans une entreprise. J'ai acheté des platines vinyles : j'aimais trop ça, je voulais même devenir DJ à un moment.

La première fois que... j'ai eu une galère pro

Un de mes tournages de film était très chaud : il y avait des embrouilles tout le temps. J'aime quand il y a une bonne ambiance sur les tournages, qu'on rigole, alors que là, je n'ai vraiment pas apprécié ces quelques semaines...

La première fois que... je me suis vu à l'écran

Ce n'est pas ma première fois, mais c'est plus marrant ! J'étais assis dans un café, dos à la télé. Je m'aperçois qu'un mec ne cesse de regarder la télé puis de me fixer, et que d'autres gens font pareil... Je me retourne : il y avait un épisode de "Nos chers voisins" à l'écran, avec ma tête en gros plan (rires). Ça a qué-blo tout le café !

Audiovisuel - cinéma

Pour aller plus loin

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires