Newsletter

Mooc en 2015, la love story Apple, des vidéos pour les nuls : l'innovation made in USA

De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'innovation made in USA
L'innovation made in USA

REVUE DE PRESSE - ÉTATS-UNIS. Attribution de crédits, vidéos plus pro, formats de cours à la carte... Les Mooc vont continuer d'évoluer en 2015. Également dans la presse américaine, l'influence considérable de la firme Apple sur les campus, et l'idée originale de Penn State pour inciter les professeurs à utiliser la vidéo dans leurs cours.

MOOC : bilan 2014, perspectives 2015

Les Mooc continuent de bien se porter, comme le rapporte EdSurge : 18 millions de personnes ont suivi des Mooc en 2014, et on compte plus de 2.500 Mooc sur les principales plateformes. L'informatique, le business et les "humanités" sont les trois domaines les plus représentés dans les catalogues.

Les tendances pour 2015 ? L'attribution de crédits, en partenariat avec des universités. Le passage à une qualité de production supérieure, plus proche des standards de la télévision. L'élargissement des producteurs de Mooc (entreprises, ONG, associations, institutions publiques...), en particulier via la plateforme open source Open edX. Et enfin, l'abandon progressif des formats "classiques" des Mooc (avec des dates de début, de fin, de remise des travaux) pour des modèles de plus en plus à la demande et au fil de l'eau.

À lire sur EdSurge.com

Entre les étudiants américains et Apple, la love story continue

Les étudiants américains adorent Apple, constate une étude du cabinet StudentMonitor menée auprès de 1.200 jeunes, commentée dans le "Chronicle of Higher Education". Lorsqu'on demande à des étudiants de citer la première marque qui leur vient à l'esprit, un quart répondent Apple. Et s'ils devaient acheter un ordinateur, 55% des sondés opteraient pour un MacBook. En outre, lorsqu'on leur demande ce qui est le plus "branché" sur un campus (objet, activité, style...), l'Iphone arrive en première position. L'étude analyse aussi d'autres comportements des étudiants américains : ils ont totalement (92%) intégré les écrans pour leur prise de notes et leurs lectures, utilisent Twitter modérément (26% des sondés y sont actifs) mais beaucoup Facebook (90%) et Instagram (64%).

À lire sur The Chronicle of Higher Education

À Penn State, la vidéo pour les nuls

L'université de Penn State a ouvert un studio où l'on peut enregistrer des vidéos de manière ultrasimplifiée. Tout ce que la personne doit faire, c'est insérer une clé USB, puis appuyer sur un seul et unique bouton d'enregistrement. Pas besoin de régler la caméra, le micro, d'allumer des projecteurs, d'exporter ou de compresser son fichier : tout est fait automatiquement. Le "One Button Studio" permet à des professeurs (ou des étudiants) d'intégrer facilement des petites vidéos dans leurs exposés ou leurs cours. Objectif de l'université : aller au-delà des réticences des professeurs vis-à-vis de la technologie de l'enregistrement, notamment pour développer des classes inversées. Plusieurs professeurs qui n'avaient jamais utilisé la vidéo auparavant se sont laissé séduire par cette technologie très intuitive.

À lire sur Campus Technology


De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Pierre Monclos.

Je réagis sur : " l'abandon progressif des formats "classiques" des Mooc (avec des dates de début, de fin, de remise des travaux) pour des modèles de plus en plus à la demande et au fil de l'eau." Il me semble qu'au contraire les MOOC avec des dates de début et de fin ont en 2014 rencontré des nombres de participants records. Les raisons qui selon moi expliquent cela : l'attrait pour des événements synchrones (ex : visioconférences animées par les experts, effervescence sur les réseaux sociaux), le souhait de se caler sur un rythme (deadline permettant de se motiver à respecter le rythme préconisé, corrections entre pairs etc.) et l'envie d'appartenir à un groupe (promotion d'apprenants, meetup...). Sans structure temporelle est-on encore dans un MOOC ? N'est-ce pas plutôt du e-e-learning plus classique ?