Newsletter

Brexit : le gouvernement britannique apporte une première réponse à ses universités

Aurore Abdoul-Maninroudine
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le Brexit change la donne pour l'enseignement supérieur et la recherche britannique.
Le gouvernement britannique rassure les étudiants européens. // ©  Eric TSCHAEN/REA
Droits d'inscription, bourses, prêts étudiants... Le gouvernement britannique a clarifié, mardi 11 octobre 2016, les règles post-Brexit s'appliquant aux étudiants européens inscrits dans les universités anglaises et galloises. Bonne nouvelle : rien ne change... du moins à court terme. L'incertitude demeure pour les universités écossaises et d'Irlande du Nord.

Le gouvernement britannique a répondu, à court terme du moins, aux demandes pressantes des universités britanniques, qui réclamaient depuis plusieurs semaines des précisions sur le statut de leurs futurs étudiants européens.

Jo Johnson, le secrétaire d'État britannique pour les universités et la science, a annoncé mardi 11 octobre 2016 que les règles relatives aux droits de scolarité, prêts d'études et bourses resteront inchangées pour les étudiants européens s'inscrivant dans une fac anglaise en 2016 ou à la rentrée 2017. Une règle qui s'appliquera également dans les universités du pays de Galles. Les gouvernements écossais et d'Irlande du Nord n'ont, pour leur part, pas encore confirmé s'ils adopteraient également cette position.

Une décision saluée par Julia Goodfellow, la présidente de Universities UK, qui rassemble l'ensemble des universités britanniques. "C'est une bonne chose que le gouvernement reconnaisse la valeur des étudiants européens et qu'il leur garantisse un accès aux différentes aides financières", a-t-elle souligné dans un communiqué de presse publié mardi 11 octobre 2016. De son côté, l'EUA (European University Association) a également estimé que l'annonce du gouvernement britannique apportait aux étudiants "la visibilité nécessaire". Les deux organisations pressent par ailleurs "les leaders écossais et d'Irlande du Nord de donner des assurances aux étudiants européens".

Maintien d'un statut dérogatoire pour les étudiants européens

Plus précisément, les étudiants européens inscrits pour l'année 2016-2017 ou l'année 2017-2018 ont désormais la garantie de continuer à payer les mêmes droits d'inscription que les Britanniques, qui bénéficient du "home fee status", pendant toute la durée de leur premier cycle. Et ce, même après que le Royaume-Uni aura quitté l'Union européenne. Ce statut dérogatoire permet aux étudiants européens d'éviter le barème des droits d'inscription appliqué aux internationaux : ces derniers peuvent payer jusqu'à 18.000 £ (près de 20.000 €) par an au niveau "undergraduate".

De la même manière, les règles régissant l'accès aux bourses et prêts étudiants ne seront pas modifiées pour ceux qui s'inscrivent dans une université britannique cette année ou à la rentrée 2017. Là encore, afin de donner de la visibilité à long terme aux étudiants, les critères auxquels ils sont soumis resteront les mêmes durant toute la durée de leur formation.


Aurore Abdoul-Maninroudine | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires