Newsletter

Daphne Koller (Coursera) : " Encourager le dialogue plutôt que la communication à sens unique"


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Daphne Koller, cofondatrice de Coursera
Daphne Koller, cofondatrice de Coursera

Créée il y a un an seulement, Coursera est devenue la plus importante plate-forme de MOOC au monde, fédérant quelque 80 prestigieuses universités, parmi lesquelles Stanford, Princeton ou, depuis la rentrée 2013 l'Ecole polytechnique. Cofondatrice de Coursera, Daphne Koller revient, dans une interview au magazine SFR Player, sur la création de cette plate-forme et les développements qu'elle imagine.

En tant qu'enseignante, qu'est-ce qui vous a donné envie de réinventer, avec Coursera, la façon dont les universités donnent accès à leurs cours ?

L'aventure Coursera a commencé quand j'ai été invitée par l'administration de notre université et avec plusieurs autres professeurs reconnus de Stanford, à réfléchir à la manière dont le corps enseignant pourrait faire évoluer ses rapports avec les étudiants. Et ce, en encourageant le dialogue plutôt que la communication à sens unique. J'ai donc commencé à réfléchir à cette question.

Quelques mois plus tard, alors que j'assistais à une conférence sur YouTube, j'ai été tout à coup frappée par l'idée que le cours que je donnais année après année pourrait être bien meilleur sous la forme de modules courts, d'excellente qualité, interactifs, dans un format vidéo que les étudiants pourraient regarder à leur propre rythme, au moment de la journée qui leur conviendrait le mieux. Ensuite, quand ces étudiants arriveraient en classe, je pourrais discuter avec eux plutôt que de leur réciter mon cours, nous pourrions vraiment interagir de manière active.

J'ai été frappée par l'idée que quand ces étudiants arriveraient en classe, je pourrais discuter avec eux plutôt que de leur réciter mon cours

Après Stanford, pourquoi tant d'établissements prestigieux ont-ils décidé de rejoindre Coursera ?

Je pense que les universités voient un certain nombre d'avantages à ce modèle. D'abord, il leur donne une visibilité exceptionnelle auprès d'un public global, mieux qu'aucune campagne de marketing ne pourrait le faire. Ensuite, je crois qu'on prend aujourd'hui clairement conscience du fait que le monde évolue dans la direction de la formation sur Internet. Enfin, je pense que les universités souhaitent depuis longtemps faire évoluer le rôle des professeurs et rendre l'apprentissage en classe plus actif.

Lire ou écouter l'intégralité de l'entretien.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires