Newsletter

La plate-forme EdTechX Holdings entre au Nasdaq

Florian Dacheux
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Introduit au Nasdaq le 5 octobre 2018, EdTechX Holdings vise l'acquisition de sociétés valorisées entre "100 et 600 millions de dollars".
Introduit au Nasdaq le 5 octobre 2018, EdTechX Holdings vise l'acquisition de sociétés valorisées entre "100 et 600 millions de dollars". // ©  Ibis Capital
Le marché mondial des EdTech franchit une nouvelle étape avec l’introduction d’EdTechX Holdings au Nasdaq, vendredi 5 octobre 2018. La plateforme vise l’acquisition d’entreprises européennes et asiatiques, valorisées entre 100 et 600 millions de dollars, dans le secteur de l’éducation et de la formation continue.

C'est une première sur le marché mondial de l’éducation. En réussissant, vendredi 5 octobre 2018, son entrée en Bourse au Nasdaq à New York, EdTechX Holdings, nouvel acteur mondial de l’éducation et de la formation, devient la première SPAC dédiée au secteur.

La SPAC [Special Purpose Acquisition Company] permet un accès permanent au marché des capitaux et des investissements pouvant aller jusqu’à dix fois les fonds levés au moment de l’introduction en Bourse : de quoi saisir rapidement les opportunités d’acquisition. Autre avantage de ce véhicule d’acquisition : il permet d’avoir une vision industrielle de long terme sans être soumis, comme c’est le cas pour les fonds d’investissements, à des impératifs de sortie à cinq ou sept ans.

Accélérer la croissance des entreprises du secteur

Cofondée et dirigée par le Français Benjamin Vedrenne-Cloquet, spécialiste des technologies de l’éducation, la société souhaite réaliser ses premières acquisitions, d’une valeur de 100 à 600 millions de dollars, au cours des dix-huit prochains mois avec, dans son viseur, des entreprises européennes – situées notamment en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, en Scandinavie et en Asie.

"Notre introduction au Nasdaq donne à EdtechX Holdings et aux équipes dirigeantes des entreprises souhaitant rejoindre notre plate-forme un accès illimité aux ressources financières pour bâtir des champions mondiaux, déclare Benjamin Vedrenne-Cloquet. Notre équipe y ajoute une connaissance fine des opportunités de croissance externe et des leviers technologiques disponibles sur le marché."

Lire aussi. Où va l'argent des capital risqueurs qui investissent dans les EdTech ?

En investissant auparavant dans les start-up du secteur via la banque d’investissement spécialisée dans l’éducation Ibis Capital, Benjamin Vedrenne-Cloquet n'en est pas à son coup d'essai. Ce spécialiste des technologies de l’éducation est également à l'origine d’un des principaux événements mondiaux du secteur, EdTechX. À 41 ans, il devient ainsi le plus jeune directeur général français à la tête d’une société du Nasdaq et le troisième dirigeant fondateur français à y réussir l’introduction de son entreprise, après Pierre Omidyar (eBay) en 1998 et Jean-Baptiste Rudelle (Criteo) en 2013.

EdTechX Holdings est également épaulée par un comité consultatif où siège l'ex-conseiller spécial de Barack Obama à la Maison Blanche, Richard Culatta, qui a dirigé les initiatives EdTech du département de l'Éducation américain.

EdTechX Holdings compte d’ores et déjà deux investisseurs avec IBIS Capital et Azimut, un groupe financier européen de plus de 60 milliards de dollars d’actifs. Ceux-ci annoncent leur intention d’investir 20 millions dans la structure.

9 milliards de dollars investis dans les EdTech en 2017

Cette introduction en Bourse intervient dans un contexte de forte accélération des investissements pour les EdTech. Au niveau mondial, 2017 a constitué une année record : près de 9 milliards de dollars ont été investis dans les entreprises du secteur dans 122 pays, selon le cabinet Metaari.

Dans un premier temps, EdTechX Holdings compte cibler des sociétés privées bien implantées sur leur secteur (du niveau scolaire à la formation en entreprise), à la croissance soutenue, à la profitabilité établie et pionnières dans le secteur du numérique.

"L’éducation et la formation continue sont à l’économie du savoir ce que le pétrole et l’électricité ont été à l’économie industrielle, poursuit Benjamin Vedrenne-Cloquet. Investir dans les EdTech, c’est investir dans l’énergie du 21e siècle."


Florian Dacheux | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires