Newsletter

Parcoursup : l'intégration de Sciences po Paris en 2020 remise en cause ?

Pauline Bluteau
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences Po fait partie des formations hors Parcoursup qui devront y entrer au plus tard le 1er janvier 2020.
L'intégration de Sciences po Paris dans Parcoursup fait des vagues en interne. // ©  Sciences po
Prétextant la préparation d’un nouveau concours d’admission, Sciences po Paris, qui a déjà bénéficié d'un report d'un an pour intégrer Parcoursup, veut négocier d'un moratoire jusqu'à 2021.

"D’ici à 2020, toutes les formations du premier cycle de l’enseignement supérieur seront disponibles sur Parcoursup." Si plus de 600 formations, principalement sous tutelle du ministère de la Culture, ont obtenu une dérogation pour reporter leur entrée sur la plateforme en 2019, le MESRI, contacté par EducPros le 19 mars, a été clair sur l'impossibilité d'un report supplémentaire.

Pourtant, selon plusieurs membres du conseil de Sciences po Paris, l'institut parisien serait actuellement en négociation avec la Rue Descartes pour repousser son intégration dans Parcoursup à 2021, voire à plus tard.

Un nouveau concours en préparation

L’une des principales raisons : la mise en place d’un nouveau concours d’admission au sein des IEP, qui ne devrait être appliqué qu'à partir de 2021, en même temps que la réforme du bac et du lycée.

Actuellement, seul le réseau des sept IEP (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse) a mutualisé son concours d’entrée, pour les autres les épreuves d’admission sont propres à chaque établissement.

"On ne sait pas encore si on ajoute un entretien oral, si on propose plusieurs épreuves écrites en fonction des spécialités de chaque candidat ou si on se base uniquement sur le dossier… Les modalités n’ont pas été strictement définies pour le moment", assure Jean Petaux, directeur de la communication de l’IEP de Bordeaux.

"Nous sommes encore en pleine réflexion, mais nous devrions donner toutes les informations nécessaires aux futurs candidats très prochainement", indique, pour sa part, Renaud Payre, directeur de l’IEP de Lyon.

S’adapter au calendrier de Parcoursup

Or, parallèlement à la réforme, les IEP ont un autre dossier d'envergure à traiter : leur entrée sur Parcoursup, avec, comme conséquence directe, la nécessité de repenser leur procédure d'admission pour se conformer aux exigences de la plate-forme. "Il faudra donner les résultats d’admission bien plus tôt, dès le mois de mai. Nous devons donc trouver des épreuves adaptées à ce nouvel agenda", souligne Jean Petaux.

"Pour simplifier la procédure, l'idée serait de limiter l’impact des épreuves écrites et de miser à la fois sur l’examen du dossier et l’oral de motivation", ajoute Arthur Moinet, étudiant et membre du conseil d'administration au sein de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) à Sciences po Paris.

Bien que le chantier soit engagé depuis l'été dernier, tous les IEP n'affichent pas le même optimisme. À Lyon, "il reste quelques détails techniques à régler, indique Renaud Payre, le président de l'IEP, mais la date du concours commun sera probablement avancée au 18 avril 2020."

À Bordeaux et à Grenoble, en revanche, un léger vent de panique semble gagner les équipes. "Notre niveau d’information à ce sujet est quasi nul, alors que c’est une réforme technique de grande ampleur qui nous attend. On aimerait connaître plus en détail le cahier des charges ; c’est ce qui nous inquiète le plus", reconnaît Marie-Julie Bernard, directrice d’études de l'IEP Grenoble.

La question incertaine de Sciences po Paris

Quant à l’établissement parisien, l’entrée sur Parcoursup n'est, selon Arthur Moinet, pas à l'ordre du jour, même si la direction assure être "concentrée sur l’intégration en 2020" et travailler "étroitement avec les services du ministère à cet effet".

"C’est compliqué pour la direction de s’adapter. Les responsables ne sont pas tout à fait sûrs d’eux non plus, c’est pour ça qu’ils ne veulent pas communiquer", observe l'étudiant qui précise que l’IEP pourrait décider d’intégrer Parcoursup en 2020, mais seulement à titre indicatif ; ce qui lui permettrait de garder la main sur son recrutement.

"L’institut tient à son indépendance et veut rester une école sélective, abonde Théo Guéret, vice-président étudiant au conseil de l’Institut. Toutefois, Frédéric Mion [directeur de l’IEP de Paris, NDLR] me l’a dit lui-même : "On rentrera sur Parcoursup, mais quand ? On ne sait pas encore.'"

L’obligation de se conformer à la loi

Quant à savoir si Sciences po Paris pourra obtenir cette dérogation, les avis divergent. "Il y a quand même un cadre légal à respecter, l’IEP ne pourra pas reculer éternellement son entrée sur Parcoursup", prévient Côme Agostini, président de l'organisation étudiante Nova et membre du conseil de l'institut.

Pour l’IEP de Bordeaux, la probabilité est très forte : "Je ne serais pas surpris qu’ils y parviennent, mais pourquoi Paris obtiendrait un traitement différent des autres ? Dans ce cas, Bordeaux suivra Paris", prévient Jean Petaux.

Une réflexion que ne partage pas l'IEP de Lyon : "Nous avons déjà réussi à obtenir une dérogation pour 2020. Maintenant, il faut se ranger à la loi : on sera sur Parcoursup l’année prochaine quoiqu’il arrive", prévient le président.

Ira, ira pas ? Pour l'heure, un arrêté du MESRI, dont EducPros a pris connaissance, doit être publié dans les prochains jours pour valider le report d’entrée de plusieurs formations sur Parcoursup l’année prochaine. Et Sciences po Paris y apparaît en toutes lettres.


Pauline Bluteau | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Barbry.

Quid des IEP de Lille et Toulouse ? Si le concours est avancé en avril quel sera le programme d'histoire à réviser ? Celui de première ou de terminale ? Quand sera t on fixé ?