Newsletter

Exclusif : les diplômés d’écoles de commerce jugent leurs écoles

Baptiste Legout
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Ecoles de commerce : Grenoble EM, Rennes SB, Neoma, Toulouse BS
Les diplômés d'écoles de commerce sont, globalement, de plus en plus satisfaits de leur formation. // ©  Grenoble EM /  Rennes SB /  Neoma /  Toulouse BS
TABLEAU INTERACTIF – Pour la cinquième année consécutive, EducPros a interrogé les jeunes diplômés d’écoles de commerce, à l'occasion de son palmarès. Si ces derniers sont globalement très satisfaits de leur formation, ils ne se sentent pas assez bien accompagnés dans leurs projets personnel et professionnel.

Malgré l’envolée des frais de scolarité, les étudiants des grandes écoles de commerce délivrant un grade de master sont de plus en plus satisfaits de leur formation. Cette année, ils ont attribué une note moyenne de 4,2 sur 5 à leur satisfaction générale, contre 4,1 en 2016 et 2015. 94 % des alumni interrogés se déclarent par ailleurs prêts à conseiller leur école aux lycéens et aux élèves de classes préparatoires.

L’ouverture à l'international est particulièrement mise en avant, avec une note de 4,4 (4,3 en 2016 et 4,2 en 2015). En effet, toutes les écoles ont améliorant ces dernières années leurs relations internationales, en généralisant le départ à l’étranger sous forme d'échange dans de bonnes universités, en développant l’enseignement en langue anglaise et en recrutant de nouveaux professeurs et élèves en provenance des quatre coins du monde, le tout afin de proposer une "internationalisation at home", sur mesure, pour les jeunes Français.

Signe que les efforts des établissements ont payé : des 37 écoles ayant participé à notre palmarès, une seule obtient une note inférieure à 4 sur 5 sur cet item, contre quatre l’année dernière. A contrario, 15 décrochent une note de 4,5 ou plus.

Ce que pensent les diplômés de 2013 et 2016 de leur école

Dans le tableau ci-dessous, pour vous aider à situer chaque école par rapport à l'ensemble des écoles supérieures de commerce, nous avons indiqué par un trait rouge la note moyenne pour chaque critère.

Le cadre de vie des études, premier critère pour les anciens

Le cadre de vie des études s’affiche souvent comme un critère important de motivation pour rejoindre une grande école. Comme le révèle notre enquête, les étudiants ne sont pas déçus sur ce point. Les trois indicateurs les mieux notés après l’ouverture internationale concernent leur environnement. Les satisfactions relatives aux relations entre étudiants (4,3 en 2017 contre 4,2 en 2016 et 2015), à la qualité de la vie associative (4,2 cette année contre respectivement 4,1 et 4 les années précédentes) et à la qualité des locaux (4,2 en 2017 contre 4 en 2016 et 2015) sont en effet en hausse.

Avec des pédagogies de plus en plus axées vers les projets, l’associatif et le travail de groupe, il n’est pas étonnant que ces éléments aient plus marqué les anciens que le niveau de leurs cours et de leurs professeurs (noté "seulement" 4 sur 5 en 2017). Résultat ? Les jeunes diplômés se sentent mieux préparés à la vie professionnelle et de plus en plus apte à affronter le monde du travail (4,1 en 2017 contre 3,9 les années précédentes.)

Vie professionnelle : les anciens ne se sentent pas bien accompagnés

En revanche, les alumni en attendaient plus de leur formation en matière d’accompagnement et de proximité avec le monde professionnel. Une promesse pourtant souvent tenue par les écoles, certaines en faisant même un élément différenciant pour attirer les candidats. Les jeunes diplômés trouvent les relations avec les entreprises peu convaincantes et déplorent la qualité du réseau des anciens, un des deux items à la note la plus basse de notre enquête, avec 3,8 sur 5.

Le second critère à avoir obtenu cette "mauvaise" évaluation est l’"accompagnement au projet personnel". Cet élément peine réellement à convaincre : en 2017, les étudiants de seulement huit écoles lui ont attribué une note égale ou supérieure à 4 sur 5. L’encadrement, en général, déçoit légèrement lui aussi, avec une note moyenne de 4. Même si les anciens restent très satisfaits de leur cursus, ils en attendaient plus en la matière.

Certaines écoles sortent du lot

Sans grande surprise, les disparités entre établissements restent naturellement assez importantes. Un point important à avoir en tête en regardant les résultats de chaque établissement : plus une école est réputée, plus les attentes sont grandes. Il est ainsi plus pertinent de juger une école sur ses points forts et ses points faibles par rapport à elle-même et à la moyenne que de comparer deux établissements.

Plusieurs business schools, cependant, s’illustrent tout particulièrement cette année en obtenant une note égale ou supérieure à la moyenne pour chacune des questions que nous avons posée à ses anciens. Il s’agit d’Audencia Nantes, de l’Edhec, de l’Essca, de l’Essec, de Grenoble EM, d’HEC, de l’Iéseg et de Skema.

Méthodologie

Pendant l'été 2017, l'Etudiant-EducPros, en partenariat avec la junior entreprise de l'Ensai (École nationale de la statistique et de l'analyse de l'information), a envoyé un questionnaire aux diplômés des grandes écoles de commerce (promotions 2013 et 2016) pour les interroger sur leur insertion et leur satisfaction. Chaque ancien a ainsi noté sa formation sur une échelle de 0 à 5, sur une dizaine d'indicateurs.

ESCP Europe a fait le choix, cette année, de ne pas répondre à notre enquête. Les notes qui lui sont octroyées dans le présent tableau sont celles de l’édition précédente.

Retrouvez tous les résultats du palmarès des grandes écoles de commerce de l'Etudiant.


Baptiste Legout | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
MANGIN.

Quelle est la taille de l'échantillon global, et par école?