Newsletter

Exit Dauphine : l'IAE de Paris reste fidèle à Paris 1

Étienne Gless
Publié le
Envoyer cet article à un ami
DR
DR

Clap de fin pour le projet de rapprochement à Dauphine. L'IAE (Institut d'administration des entreprises) de Paris signe une nouvelle convention de rattachement à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour cinq ans. Résolu à tourner la page de la crise institutionnelle, son directeur veut se concentrer sur les projets de développement.

 

"Quand on est bloqué dans une situation institutionnelle on ne pense qu'à ça. Mais j'ai signé avec le président de l'université Paris 1 le rattachement de notre IAE (Institut d'administration des entreprises) pour cinq ans. Les affaires institutionnelles sont réglées. On repart de l'avant !" Jean-Pierre Helfer, directeur de l'IAE de Paris, ne cache pas sa volonté évidente de tourner définitivement la page de la crise institutionnelle qu'a traversée l'école de management universitaire ces dernières années. D'autant qu'en termes d'activités, l'établissement se porte bien : les candidatures sont en hausse de 40 % sur un an en M1 (730 dossiers à la session 2013, plus de 1.000 en 2014). Côté finances, l'IAE réalise des excédents mis en réserve qui représentent un quart de son budget (8,5 millions d'euros).

Selon Jean-Pierre Helfer, le rattachement à Dauphine aurait pu tourner à l'absorption

Nommé en avril 2013 pour succéder à Christine Pochet, Jean-Pierre Helfer avait déjà dirigé l'IAE au seuil des années 2000 et avait pour mission de trouver une solution "rapide" après l'échec du projet de rattachement de l'établissement public à l'université Paris Dauphine.

Un choix qui avait beaucoup surpris à l'époque. Historiquement l'IAE, créé en 1956, a toujours été rattaché à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le choix de se rapprocher de la rivale Dauphine n'avait pas manqué d'agiter la communauté. Séduisant sur le papier, le projet aurait permis aux deux poids lourds de la gestion d'afficher une puissance de feu imposante : 11.000 étudiants et 400 enseignants-chercheurs. Mais selon Jean-Pierre Helfer, à l'examen, le rattachement à Dauphine aurait pu tourner à l'absorption en raison des nombreuses activités communes. "Avoir un IAE de pure gestion rattaché à un établissement [Dauphine] pluridisciplinaire mais très fortement coloré gestion ce n'était pas si simple."

Projets de développement tous azimuts

La perspective de quitter la Sorbonne enterrée, l'IAE de Paris compte bien "remettre les gaz". Nouveaux programmes, nouvelles chaires, nouveau fonds de dotation... Les projets de développement pour la rentrée 2014 ne manquent pas.

L'IAE de Paris lancera trois nouveaux diplômes : un master en marketing et management de la marque, un master finance - parcours conseiller expert banque de réseau, et un diplôme universitaire en management transversal des risques. Ce à quoi s'ajoute l'extension de la licence Distrisup (L3), qui sera prolongée par un master (M1 et M2). 

Deux nouvelles chaires en finance ouvriront en septembre, en plus des quatre existantes. La signature avec un grand groupe bancaire fin août doit apporter un investissement qualifié de "significatif". Sachant que, "en général, dans nos chaires, les montants vont de 100 à 200.000 euros par an sur trois ans", indique Jean-Pierre Helfer.

Le directeur de l'IAE de Paris a également annoncé sa volonté de développer le "blended learning" en partenariat avec l'Institut français de gestion (IFG). Une plate-forme sera donc lancée afin de diffuser plusieurs modules de gestion en formation continue. "Les MOOC ne sont pas notre tasse de thé mais on se rend compte qu'il est utile d'avoir 50 à 60 % de distanciel dans nos formations continues diplomantes", justifie Jean-Pierre Helfer.

Enfin, un fonds de dotation accueillera des financements privés. Objectif : accroître la dimension internationale de l'IAE en attirant plus d'étudiants étrangers, notamment européens, en formation initiale par le biais de l'apprentissage.  

"Au total, le retour... pardon le maintien ! [sic] de l'IAE à Paris 1 signifie que demain, nous serons l'un des trois acteurs d'un pôle public universitaire de formation et de recherche dans le domaine du management", conclut Jean-Pierre Helfer dans un lapsus. La nouvelle convention de rattachement prévoit en effet de réunir l'IAE de Paris, l'École de management de la Sorbonne (nom de l'UFR de gestion de l'université) et le centre de formation continue Panthéon-Sorbonne. "On fait tous du management. Si l'on ajoute les uns et les autres, on arrive à plus de 120 enseignants-chercheurs en sciences de gestion, 5.000 étudiants, 150 doctorants, 15 à 20 thèses par an. Et un nombre de publications élevées", vante Jean-Pierre Helfer. Chacun conservera son autonomie propre mais une marque ombrelle sera créée. Le projet de rattachement à Dauphine est bien mort et enterré.


Étienne Gless | Publié le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
bernard.

bon vent..

Etudiant.

Bien. Devrais-je choisir l'Ecole de Management de la Sorbonne ou l'IAE de Paris pour mon master?

Claude.

Bien joué Président Helfer. J'ai totalement la foi dans le branding "Sorbonne", "Sorbonne Graduate Business School" et "IAE France".