Les trésors cachés des universités : Montpellier 1, lorsque la science côtoie l’art

Pauline Capmas-Delarue
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Tableaux contenus dans la salle des Actes du musée d'Anatomie, faculté de médecine de l'université Montpellier 1.
Tableaux contenus dans la salle des Actes du musée d'Anatomie, faculté de médecine de l'université Montpellier 1.
À l’université Montpellier 1, l’art et la science se mêlent pour offrir au lieu un héritage très ancien, constitué principalement de collections d’œuvres scientifiques.

Tous ne s'en rendent sûrement pas compte, mais les personnels et étudiants de l’université Montpellier 1 fréquentent un campus qui recèle des objets parfois atypiques… Parmi les bâtiments historiques de la faculté de médecine se trouve en effet le plus ancien musée de Montpellier : le musée Atger, du nom de Xavier Atger, collectionneur qui lui donna près de 1.000 dessins et 5.000 estampes pendant la première moitié du XIXe siècle.
La gestion et la conservation de l'établissement sont assurées par la bibliothèque universitaire de médecine. L’école française y côtoie les écoles italienne et flamande, avec des artistes variés, tels que Fragonard, Raymond Lafage, Rubens ou encore Giambattista Tiepolo, pour n'en citer que quelques-uns.
Autre élément remarquable de l’université, sa collection de portraits peints et de bustes sculptés représentant d’éminents chirurgiens et professeurs de médecine, qui s’est constituée depuis l’époque médiévale et a été classée monument historique en 2005. Cette collection meuble la faculté de médecine, agrémentant, par exemple, la salle du Conseil et la salle des Actes.

D’importantes collections de médecine et pharmacie

Cire de Fontana : une césarienne - Conservatoire d'anatomie, faculté de médecine de l'université Montpellier 1Quant aux curieux désireux de connaître tous les détails de la morphologie humaine ou encore les techniques de césarienne, le musée d’anatomie est fait pour eux – âmes sensibles s’abstenir ! Créé en 1892, il a été un outil pédagogique précieux pour plusieurs générations d’étudiants, et renferme des collections qui remontent à l’époque de la Révolution. Celles-ci sont issues de dissections réalisées par des professeurs de médecine et chirurgiens, et de donations variées, comme les moulages en cire de l'artiste florentin Felice Fontana, cédées à Montpellier par Chaptal en 1803. Le musée est ouvert au public depuis 2008.
Sur le campus se trouvent aussi les collections du droguier de pharmacie, autrefois rassemblées au sein de l’école de pharmacie, reconvertie en musée depuis 1972. Le droguier présente aujourd'hui une collection d’environ 10.000 drogues, dont les premières datent du début du XIXe siècle, ce qui en fait le second droguier de France. Enfin, la bibliothèque rassemble 950 manuscrits, dont 650 datant de l'époque médiévale.

L'écorché de Lamy - Conservatoire d'anatomie, faculté de médecine de l'université Montpellier 1Ce patrimoine important est à la charge de l’université Montpellier 1. Celle-ci ne l’exploite pas véritablement, puisque la majeure partie des collections fait partie du mobilier de la faculté, sauf lors de la location de salles pour des colloques et symposiums organisés par des organismes extérieurs.
À l'occasion des Journées du patrimoine, la faculté ouvre ses portes, organisant des visites, des conférences, des animations et des projections. 4.000 visiteurs sont attendus pendant ces deux jours.


Pauline Capmas-Delarue | Publié le