Les universités américaines confrontées à la modernisation de leur système informatique

Hélène Labriet-Gross
Publié le
Envoyer cet article à un ami
La Flatiron School - New York - Etats-Unis // ©J.Gourdon
Selon l'enquête de Unit4, 81 % des universités sondées affirment avoir investi dans les nouvelles technologies au cours des deux dernières années. // ©  J. Gourdon
REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Pour rester attractives envers leurs étudiants et absorber la généralisation des EdTech, les universités américaines doivent investir dans leurs systèmes informatiques. C'est ce pour quoi plaide Unit4, éditeur de logiciels néerlandais, qui s'attaque depuis plusieurs années au marché de l'éducation.

Au cours des deux dernières années, 73 % des universités sondées ont amélioré leur infrastructure informatique. C'est l'un des résultats de l'enquête menée par Unit4 auprès de 150 décideurs de l'enseignement supérieur américain. L'éditeur de logiciels néerlandais, qui s'intéresse depuis plusieurs années au secteur de l'éducation, relève que 81 % des sondés déclarent avoir investi dans les nouvelles technologies. L'objectif ? "Aider leurs étudiants à réussir leurs études", note l'enquête, mais aussi et surtout les garder au sein de l'établissement durant toute la durée de leur formation, avoue une majorité des sondés.

Système d'alerte et analyse des données

Parmi les services technologiques développés, 60 % des universités sondées ont mis en place un système d'alertes automatiques afin d'identifier les élèves en échec scolaire et les aider à surmonter leurs difficultés. Pour simplifier le quotidien de leurs étudiants, 62 % ont récemment remis à jour leur portail d'accueil en ligne ou ont développé des applications mobiles. À l'université de Davis en Californie, une application permet de demander une aide financière facilement.

En revanche, les nouvelles technologies, comme les chatbots ou l'intelligence artificielle, sont loin de recueillir tous les suffrages : seuls 6 % des interrogés déclarent utiliser ces ressources.

Un fossé numérique à combler

Si l'enquête de Unit4 souligne les efforts menés par les établissements, elle révèle aussi certains usages datés, un quart des établissements disposant du même ERP (système de gestion intégré) depuis plus de quinze ans. "Le manque d'investissement technologique dans l'enseignement supérieur a causé une fracture numérique importante entre les étudiants et les établissements", souligne Unit4, qui voit là un formidable marché pour proposer et diffuser ses produits.


Hélène Labriet-Gross | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Yves Epelboin.

Quand on sait l'investissement humain que représente un changement d'ERP on comprend que les universités s'y lancent avec prudence. Selon les discussions que j'ai eu avec des collègues américains c'est, pour le seul SIE, plusieurs années et plusieurs dizaines d'hommes/femmes. Il y a de quoi réfléchir.