Écoles de commerce : les formations proposant un diplôme visé plébiscitées par les étudiants

Séverine Mermilliod
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Écoles de commerce : les formations proposant un diplôme visé plébiscitées par les étudiants
// ©  Kasto / Adobe Stock
Près de 187.400 étudiants se sont orientés vers l'une des 333 écoles qui forment aux métiers du commerce, de la gestion et de la vente en 2018-2019, selon une note du SIES du ministère de l'Enseignement supérieur publiée en juillet 2020. Parmi ces étudiants, 76% sont inscrits dans une école reconnue par l'Etat et qui propose au moins un diplômé visé. En cinq ans, le nombre d'inscrits dans ces écoles progresse de 16,2%.

Parmi les 333 écoles françaises qui forment aux métiers du commerce, de la gestion et de la vente, en 2018–2019, les 105 écoles reconnues par l'Etat et qui proposent au moins un diplôme visé attirent 76% des étudiants, soit 141.800 sur 187.400 étudiants formés dans une école dédiée aux métiers du commerce, de la gestion et de la vente. Un nombre en hausse de 16,2% par rapport à 2013, nous apprend une note d'information du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche publiée au mois de juillet.

Lire aussi : SIGEM 2020 : un taux de remplissage de 97%, 8 écoles en font pas le plein

Les diplômes visés plébiscités

Et même au sein de ces écoles, ce sont les diplômes visés – qui permettent d'acquérir un niveau reconnu académique­ment et des crédits européens ECTS – qui attirent le plus les étudiants, avec plus de 8 d'entre eux sur 10 suivant ces programmes à la rentrée 2018.

Le niveau bac+5 est aussi plébiscité. En effet à la rentrée 2018, si les parcours menant à un niveau bac+3 attirent 36% d'étudiants de plus qu'en 2013, les trois quart de ceux qui préparent un diplôme visé suivent un cursus menant à un niveau bac+5 valant grade de master. Cet effectif est en progression de 3,9% entre 2017 et 2018, une hausse encore plus nette sur cinq ans de 12,5%.

Par ailleurs, 85% des étudiants inscrits dans une école de commerce privilégient la formation initiale hors apprentissage. Ainsi, les contrats d'apprentissage ne concernent encore que 5,7% d'entre eux, et la formation continue 7,3%.

Ainsi, la majorité des étudiants inscrits en école de commerce à la rentrée 2018–2019, dans une école de commerce comprenant au moins un diplôme visé par le ministère, préparent un diplôme visé, menant à un niveau bac+5 valant grade de master, et en formation initiale hors apprentissage.

Lire aussi : Grade licence : "un gage supplémentaire de qualité" pour les bachelors et BBA

Les formations RNCP restent de niche

En face, les titres inscrits au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) et les certificats d'école n'attirent respectivement que 0,3 et 1,2 étudiant sur 10. Cependant, les auteurs de la note constatent à la même période une hausse de l'intérêt pour les formations RNCP (+12,1% d'inscriptions en un an).

Cette hausse serait due, selon le ministère, aux "mesures de régulation en matière de certification professionnelle, inscrites dans la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel." A noter d'ailleurs que ce phénomène pourrait donc encore s'amplifier dans les années à venir, puisqu'à la rentrée 2018, toutes les écoles de commerce n'étaient pas encore inscrites sur Parcoursup.

Par ailleurs, la note souligne que si la majorité des étudiants qui s'inscrivent en école de commerce pour la première fois ont déjà un niveau bac+2, ils sont de plus en plus nombreux depuis 2018 à s'inscrire directement après le bac, ce qui aussi être l'un des effets de Parcoursup.


Séverine Mermilliod | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Thomas.

Qui va aller faire une formation payante pour ressortir avec un diplôme privé non reconnu par l'Education Nationale, ou par les employeurs?