Newsletter

APB 2017 : premier tirage au sort en Paces !

Natacha Lefauconnier
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
APB TAS PACES
Des candidats franciliens ayant choisi la Paces en vœu 1 sont sur liste d'attente. // ©  Capture d'écran
Pour la première fois, un tirage au sort a départagé les candidats franciliens ayant choisi en vœu 1 la Paces sur APB. Une mauvaise surprise pour les 857 recalés, d'autant que Thierry Mandon avait assuré, en avril 2017, qu'il n'y aurait pas besoin de recourir à cette extrémité, du moins pour cette filière.

Pour les candidats APB, le verdict est tombé jeudi 8 juin à 14 heures. Parmi ceux d'Île-de-France ayant choisi en premier vœu la Paces (première année commune aux études de santé), certains ont eu une très mauvaise surprise : ils sont sur liste d'attente.

857 candidats recalés au tirage au sort

Une situation inédite, à laquelle le ministère de l'Éducation nationale pensait pouvoir échapper. En avril 2017, Thierry Mandon, alors secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, se voulait rassurant : tous les candidats de l'académie dont le vœu "UFR de santé en IDF" serait placé en première position auraient une proposition d'admission.

En réalité, il y avait 8.507 candidats pour 7.650 places au total (l'Île-de-France compte sept UFR de santé : les candidats savent s'ils sont pris ou non en Paces lors des phases d'admission d'APB, mais ils n'ont leur lieu d'affectation qu'à la mi-juillet, après les résultats du bac).

Il y a donc eu un tirage au sort parmi tous ces candidats. 857 d'entre eux n'ont pas eu de chance et se sont retrouvés sur liste d'attente, d'après les chiffres communiqués par le ministère jeudi 8 juin à 23h30.

Réunion d'urgence au ministère

Devant l'indignation des candidats, de leurs familles, de leurs professeurs et de proviseurs, le ministère a décidé de réagir "sans attendre les phases suivantes d'admission". Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, "a souhaité rechercher une solution rapide, en lien avec les présidents d’universités et les recteurs concernés", selon le communiqué de presse.

Une réunion se tiendra donc vendredi 9 juin 2017, au ministère, avec l’ensemble des acteurs concernés.

Sonnette d'alarme

Pourtant, depuis plusieurs mois, Frédéric Dardel, président de l’université Paris-Descartes, où se situe l'une des sept UFR de santé, tirait la sonnette d’alarme. "Avec 8.750 vœux 1 en Paces pour 7.600 places, l’Île-de-France a enregistré 400 vœux 1 supplémentaires par rapport à l’an dernier. Dans ces conditions, je ne vois pas comment le ministère peut éviter un tirage au sort", mettait-il en garde avant la fin de la période de classement des vœux.

Avec 40.000 candidats de plus en 2017 par rapport à 2016, et le fait que les candidats en réorientation externe soient désormais traités comme les néobacheliers, il paraissait difficile, en effet, d'éviter le tirage au sort... ce que le ministère a pourtant tenté de faire, avec une astuce technique envoyée la semaine dernière aux universités. Cela n'aura pas suffi.


Natacha Lefauconnier | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (10)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Keiro.

Le tirage au sort est totalement inacceptable pour des jeunes qui ont pour objectif la médecine et qui s'y prépare dès le lycée, certains font même des P0 en terminale, le tirage au sort c'est l'injustice absolue !!! Un peu d'adaptation des fac de médecine parisiennes en s'inspirant de ce qui se fait de l'autre coté du périph, vous savez, l'endroit que l'on appelle la province... Quelques exemples : Marseille, les cours sont retransmis dans plusieurs amphis en visio (3100 étudiants en PACES à la Timone... no problem tout le monde est assis et pas de tirage au sort!), à Montpellier (la doyenne des facs de médecine) les cours sont retransmis en visio à la fac de... Nimes, à Grenoble les cours du premier quad sont sous forme de CD Rom ... etc ... etc... Alors ne me dites pas qu'il n'est pas possible de trouver des amphis ou des halls dans notre belle et grande capitale et ses prestigieuses facultés de médecine. Bref, je ne doute pas que tout cela a une solution, il faut juste sortir un peu la tête du sable, avoir un peu de jugeote, des idées et se retrousser les manches... et de se servir des bonnes expériences déjà existantes. Courage à tous ceux qui sont en liste d'attente.

Question.

Un communiqué de presse sur le site du ministère annonce que tous les candidats ayant placé PACES en voeu 1 absolu se verront proposer une place dans la phase 2 d'APB (ce qui veut dire un nouveau changement des règles durant la partie). Deux remarques intéressantes : 1/ Le 2 juin, pour sauver la circulaire, le juge des référés du Conseil d'État a dit que s'il suspendait, cela nuirait à la sécurité des étudiants, vu l'impossibilité pour le ministère de publier en temps utiles une autre réglementation. Et voilà que le 9 juin la ministre dit que pour PACES tout est résolu, il n'y a plus de problème de places et la réglementation permettra à APB de tourner pour le 26 juin. Il en pense quoi, de ce désaveu, le juge des référés du CE ? 2/ Pourquoi ne traiter que le problème de PACES, et pas celui des autres licences où il y a eu tirage au sort ?

Keiro.

En réponse à votre point 2, il faut préciser que la PACES est la porte d'entrée OBLIGATOIRE à toutes les études de santé, médecine, dentaire, pharma, sage femme, kiné et également pour certaines écoles para-médicale. Il n'y a pas d'alternative et elle se termine par un concours hyper sélectif. Cette filière est un vrai goulot d'étranglement avec des redoublements limités etc etc... Je pense que ces éléments expliquent en partie les aspects hautement sensibles de cette filière.

question.

@Keiro J'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi l'aspect "hyper-sélectif" justifierait qu'on admette tout le monde, alors que ce serait moins justifié dans une filière moins sélective. Je suis tout à fait d'accord que le tirage au sort est scandaleux, mais en quoi le serait-il plus dans une filière à moins de 20% de réussite que dans une filière à 50% ? L'objectif serait-il que plus de monde échoue ? En tout cas, je ne vois qu'une seule vraie différence : plus d'étudiants en PACES, c'est des conditions dégradées à l'université, mais des rentrées d'argent supplémentaires pour les boîtes à colles.

zoubeidi.

Lorsqu'il est dit que tous les candidats ayant placé UFR en IDF auront une proposition d'admission le 26 juin, est ce que cela est aussi adressé aux lycées des centres étrangers? ou uniquement aux lycéens en zone géographique ile de france ?

AA.

Bonjour, Je pense que la fac devrait être payante en fonction des revenus, ainsi les universités pourraient investir d'avantage (locaux, personnel enseignant). De plus pratiquement aucun bachelier de filière autre que S n'arrive à passer en seconde année. Il faut imiter Dauphine (qui est une université sous statut particulier) : faculté payante et sur dossier. Ce système du tirage au sort apprend d'emblée aux futurs étudiants comment ils seront traités dans la vie active, dans les hôpitaux et les entreprises : des numéros :(. Tout cela au moment des révisions du bac alors que cela pourrait être anticipé en avril-mai ou effectué au moment du relevé des notes du bac (comme avant APB).

Yoyo.

Je suis un terminal S qui a mis PACES en premier vœu et je me retrouve sur la liste d'attente. Sachant que si je ne suis pas pris cette année l'année prochaine j'aurai encore moin de chance d'être pris car je serais consideré comme étudiant a l'université donc je n'aurai pas la priorité. Sachant que c'était mon rêve de pouvoir faire des études de médecine je ne pourrai sûrement jamais en faire a cause d'un tirage au sort!!! Et ils s'étonnent qu'il y a de plus en plus de personne en échec scolaire parce qu'on leur à empêcher de réaliser leur rêve!

Romain.

Je suis en PACES cette année, et je suis contre le tirage au sort à l'entrée de la PACES, mais malheureusement les bancs des universités (pour cette filière en tout cas) sont biens pleins... L'article le rappelle encore en parlant des 40 000 candidats de plus cette année... Et concernant le décloisonnement des facs, certaines le proposent, puisque dans l'académie d'Orléans-Tours, il est possible d'être envoyé dans les facs de Limoges et Poitiers... Bien évidemment je ne fait pas l'apologie de la sélection par le tirage au sort, car je suis bien contre, et même contre la sélection à l'entrée de la PACES car ça reste universitaire, dont le but et d'être ouvert à tous... Mais malheureusement on arrive à un moment où les places deviennent chères dès l'entrée en PACES... Et quel que soit le mode de sélection, tirage au sort ou non, il sera injuste pour certains... Beaucoup souhaitent une sélection par dossier, mais il faut savoir que certains peuvent avoir de mauvais dossiers au lycée et être excellents en PACES et d'autres d'excellents dossiers et ne pas savoir justement donner plus pour une année comme cette première année (je peux le dire étant donné que je l'ai vu...). Maintenant ça reste désolant d'en arriver là et je suis bien content de ne pas avoir eu à subir de tirage au sort...

Voir plus de commentaires