Newsletter

Attentats à Paris. L’université Paris-Est Marne-la-Vallée pleure ses morts

Camille Stromboni
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
Universite Paris-Est Marne-La-Vallee - Maison de l'étudiant - Minute de silence - 16 novembre 2015
Les étudiants et personnels de Paris-Est-Marne-la-Vallée se sont réunis pour rendre hommage aux deux enseignants tués lors des attentats à Paris, au Bataclan. // ©  Camille Stromboni

Matthieu Giroud, maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et Nicolas Classeau, directeur de l’IUT, ont été tués au Bataclan le 13 novembre. Les personnels et les étudiants de l’établissement, réunis le 16 novembre pour la minute de silence, sont sous le choc.

Effondrés. Les étudiants et les personnels de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée ont observé ensemble la minute de silence, lundi 16 décembre 2015. Les attentats de Paris ont touché de plein fouet l’établissement francilien. Matthieu Giroud, géographe, maître de conférences de 38 ans, et Nicolas Classeau, directeur de l’IUT, maître de conférences en informatique de 43 ans, ont perdu la vie au Bataclan, le 13 novembre.

Plusieurs sites de l’université ont organisé ce moment de recueillement. À la Maison de l’Étudiant, le président Gilles Roussel a prononcé quelques mots, dans la grande salle aux poutres massives, où défilaient les portraits des deux enseignants en arrière-plan. Les personnels et les étudiants étaient des centaines, à l’intérieur ou sur l’esplanade devant le bâtiment. 

"Des attentats odieux ont frappé durement notre pays et nous laissent encore sans voix. Parmi les très nombreuses victimes, figurent deux de nos collègues et amis", a-t-il introduit. L’universitaire a cité plusieurs messages venant d’étudiants, reçus durant le week-end, pour rendre hommage aux deux enseignants décédés, avec beaucoup d’émotion. "Vous étiez un super professeur, j'étais parmi ces élèves qui la première fois sont arrivés en retard, et qui sont sortis parmi les derniers", a-t-il rapporté.

Matthieu Giroud

Rester unis

"Il est important de rester unis, l’université doit rester unie, a insisté Gilles Roussel. Que la barbarie ne passe pas. Malgré notre douleur, il nous faut continuer à vivre debout, à porter les valeurs de la République et de l’université." Avant de conclure : "Ils auraient été heureux que l’on continue à rigoler, à faire la fête, à faire du rock’n’roll, donc je vous propose de les applaudir…" suivi d'une longue salve d’applaudissements. La salle s’est ensuite vidée. Un cercle d’étudiants a entonné la Marseillaise, sobrement.

Beaucoup sont restés échanger, éprouvant le besoin de se retrouver ensemble face au choc. "C’est difficile de parler en ce moment", reconnaît Stéphane Tassel. L’enseignant en génie mécanique depuis quinze ans à Marne-la-Vallée, ancien secrétaire général du Snesup, connaissait bien Nicolas Classeau. Et rappelle que les deux enseignants étaient engagés dans la vie collective de l’établissement.

SANs voix

"Notre collectif est terriblement touché, souligne Stéphane Tassel. Il faut en appeler aux valeurs de solidarité, de fraternité, ne pas aller vers le repli sur soi. L’université, c’est l’ouverture sur le monde, sur la culture." Que pense-t-il dire aux étudiants lors de ses prochains cours ? "Pour être honnête, je ne sais pas encore, réfléchit-t-il. On va surtout les écouter."

Gilles Roussel lui aussi, reste sans voix : "Je ne sais pas trop. Il faut juste continuer." Une cellule psychologique a été mise en place pour recevoir les personnels et les étudiants. Des registres ont été ouverts à l’IUT et plusieurs espaces d’hommage permettent de déposer bougies et messages.

"Je ne sais pas si on va en parler en cours, on a des matières qui n’ont rien à voir souvent, confie un étudiant en master d’économie-gestion. Mais en parler entre nous, c’est déjà bien. Et venir ici, tous s’unir, c’est symbolique, mais c’est important."

Aller plus loin sur l'Etudiant.fr

Camille Stromboni | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Daniel.

Je me joins aussi à vous, pour ajouter que l'Université Paris-Est est exceptionnelle par différents aspects dont ses enseignants et son personnel administratif. Ces deux professeurs devaient en faire partie, mes condoléances sincères à leur famille. En souhaitant, que demain la bêtise humaine sera remplacée par une mentalité positive, apaisée, pacifique, et respectueuse des civilisations. Il y a des gens exceptionnels dans cette université Paris-Est. Moi aussi, un enseignant exceptionnel de cet université a accepté de me faire confiance pour un projet qui a duré bientôt 4 ans.

Monique Peltier.

Quel choc de voir le nom de Nicolas Classeau sur la liste des morts du Bataclan! J'avais eu l'occasion de croiser plusieurs fois Nicolas à l'IUT et nous avions parlé rock et musique.Je n'ai pas pu être présente hier pour la minute de silence mais croyez bien que je suis avec vous par la pensée , Toute ma sympathie à sa famille.

PHILIPPE LE GAL.

Retenu par mes obligations au lycée et à l'écoute de mes élèves de terminale et de première, j'étais de tout coeur avec mes collègues et mes étudiants de l'Université de Paris Est Marne La Vallée et, par la pensée, me suis à nouveau incliné devant la disparition de Matthieu Giroud. J'ai pu mesurer le respect unanime qu'il imposait à ses étudiants et je lui dois de m'avoir fait confiance en me proposant de prendre part à la préparation des étudiants de master aux oraux et aux écrits du CAPES d'histoire et géographie, puis de me confier des cours en licence. Qu'il repose en paix.