Newsletter

Exclusif. Écoles de commerce : Olivier Aptel passe de Rennes à Rabat

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Rabat
Olivier Aptel aura pour mission de monter des antennes de Rabat Business School dans les principales villes du royaume, puis dans plusieurs pays d'Afrique. // ©  Francesco Zizola / NOOR /REA
Nouveaux projets, nouveau pays. Le patron emblématique de Rennes School of Business, qui a annoncé son départ jeudi 27 avril 2017, prendra à compter du 1er septembre 2017 la direction du pôle management de l'Université internationale de Rabat.

Olivier Aptel, directeur de l'ESC Rennes School of Business

Certains l'imaginaient déjà à Neoma... mais c'est au Maroc, pays qui se rêve en premier hub de l'enseignement supérieur en Afrique, que le directeur général de RSB (Rennes School of Business), Olivier Aptel,va poursuivre sa carrière. Après onze ans à la tête de l'ESC bretonne, le quinquagénaire, qui a annoncé jeudi 27 avril 2017 son départ de l'école, prendra à compter du 1er septembre la direction générale du pôle management de l'Université internationale de Rabat (UIR)

Un établissement d'enseignement supérieur privé créé en 2010, en partenariat avec l'État marocain. "Depuis le départ, la France a apporté son soutien à ce projet public-privé qui visait à bâtir une université à caractère international, dont le Maroc, qui a une ambition de leadership en Afrique, avait besoin", rappelle Olivier Aptel, qui poursuit : "Lorsque ses responsables m'ont demandé de piloter le nouveau pôle management, j'ai accepté car cela cadrait bien avec mon envie de rester dans le milieu sans pour autant reproduire ce que j'avais pu faire avec beaucoup de plaisir au cours de la dernière décennie."

Olivier Aptel connaît l'établissement marocain depuis sa création. RSB fait partie des institutions internationales qui ont accompagné son développement en proposant des doubles diplômes.

Devenir numéro un au Maroc

Olivier Aptel aura pour mission de monter des antennes de Rabat Business School dans les principales villes du royaume, puis dans plusieurs pays d'Afrique.  

Un budget de 200 millions d'euros, émanant essentiellement d'investisseurs privés, a été débloqué, rien que pour la partie marocaine du projet. 

La première étape sera de constituer des équipes académiques, "l'idée [étant] de recruter des enseignants-chercheurs de haut niveau partout dans le monde", remarque Olivier Aptel.

Construite selon les standards internationaux, cette nouvelle école ambitionne de devenir numéro un au Maroc et numéro trois en Afrique, derrière la BS de l'université Stellenbosch et la Graduate School of Business de l'université de Cape Town en Afrique du Sud, toutes deux accréditées Equis.

"Aujourd'hui encore, beaucoup d'étudiants marocains viennent étudier en France. Il y a quelques institutions de bon niveau dans le royaume, mais pas encore la grande business school de référence", commente Olivier Aptel, qui vise 5.000 étudiants à l'horizon 2027.

Un projet de longue haleine, "non dénué de risques" pour le directeur sortant, qui n'exclut pas la possibilité de passer au Maroc les "onze prochaines années" de sa vie.


Cécile Peltier | Publié le

Vos commentaires (6)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Jean-Philippe Serbera.

Une très bonne nouvelle pour l'UIR. Un beau projet qui se réalise et dont le succès se concrétise. Rabat est une ville de grande attractivité et le Maroc un grand espoir. Mes meilleurs vœux de succès à M. Aptel et à l'UIR.

Jean=Pierre RAMAN.

Je suis très heureux pour nos amis marocains, ils ont la chance de trouver en Olivier la compétence, la volonté de faire, l'humanisme, l'ouverture sur le monde et sur autrui, et surtout le sourire d'un homme, un sourire clé pour la mobilisation des équipes. Excellente nouvelle. JPR

Langlois-Meurinne Arnaud.

Je me réjouis pour Olivier comme pour la Rabat Business School que j'ai accompagnée pendant deux ans. C'est une belle aventure entrepreneuriale qu'il entame sur un continent où tout est à construire pour les business schools en phase avec les énormes besoins de qualification de la jeunesse et de transformation locale des ressources. C'est aussi une belle continuité par rapport à la vision qu'il a eu à Rennes d'établir ce partenariat stratégique avec l'Université internationale de Rabat.

Dufour.

Bravo... un mouvement entrepreneurial ambitieux qui ,souhaitons le ,sera récompensé par le succès comme le travail fait à Rennes.

Les Centaines.

C’est un grand jour pour RSB.

Voir plus de commentaires