Newsletter

Geneviève Fioraso signe trois contrats de site avec l'Alsace, la Lorraine et Avignon

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Tandis que la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche poursuit son parcours parlementaire au Sénat, la ministre Geneviève Fioraso a signé trois contrats de site - le nouveau format prévu par le projet de loi pour succéder au contrat d'établissement - mardi 4 juin 2013. Avec la Lorraine, l'Alsace et Avignon.

"Vous êtes les pionniers", s'est réjouie Geneviève Fioraso. Non pas pour "essuyer les plâtres mais pour expérimenter", a-t-elle rassuré avec le sourire. La Lorraine, l'Alsace et Avignon ont signé un contrat de site avec le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche mardi 4 juin 2013.

Un nouveau format collectif prévu dans la loi ESR pour succéder aux contrats d'établissement, signés jusqu'ici entre chaque université et l'Etat. Le montant global affecté à ces trois projets pour la période 2013-2017 est de 7,5 millions d'euros, ainsi que 80 emplois cette année (dans le cadre des 1.000 postes créés chaque année dans l'enseignement supérieur).

"C'est la concrétisation d'intentions déjà présentes plus que la réponse à une commande, a décrit le président strasbourgeois Alain Beretz, y voyant une bonne garantie à ce travail en commun avec l'UHA (université de Haute-Alsace), l'INSA et la bibliothèque nationale de Strasbourg.

Avignon dans une situation particulière

"Il faut se sentir libre, a assuré la ministre. Les structures mises en place permettent tout." Fusion, fédération, confédération, association… "Peu importe les termes, l'important est que tout le monde se mette autour de la table", a-t-elle insisté. Elle a rappelé son objectif : passer de plus d'une centaine de contrats à une trentaine de sites, notamment pour développer les mutualisations et rendre lisible l'offre de formation.

Les signataires des contrats de site correspondront aux membres des futures associations ou communautés d'universités et établissements instituées par la loi ESR pour prendre la suite des PRES, a assuré Geneviève Fioraso. Or, Avignon a signé seule ce contrat avec l'Etat - le ministère glisse d'ailleurs qu'il s'agit pour cette dernière d'un "contrat quinquennal d'établissement" dans son communiqué de presse.

Ce qui laisse présager une évolution selon le regroupement que l'université opèrera dans ce cadre. La ministre a, elle, relevé chez cette dernière des "velléités inter-académiques"...

Emmanuel Ethis, président de l'établissement, préfère lui insister sur la véritable "démarche de site" qui a présidé à la réalisation de ce contrat, avec les organismes de recherche et les partenaires du monde socio-économique. "La seule condition pour faire réussir ces contrats de site, c'est de voir les acteurs s'approprier le projet commun. Je suis avant tout dans une logique de projet", prévient-il.

Trois contrats de site
Site de Lorraine : 4 millions d'euros

- Université de Lorraine
- Ecole nationale d'ingénieurs de Metz (ENIM)
La fiche descriptive du contrat (pdf)

Site d’Alsace : 2,5 millions d'euros

- Université de Strasbourg (Unistra)
- Université de Haute-Alsace (UHA)
- INSA de Strasbourg
- Bibliothèque nationale de Strasbourg (BNU)
La fiche descriptive du contrat (pdf)

Site d’Avignon : 1 million d'euros

- Université d'Avignon
La fiche descriptive du contrat (pdf)

Source : MESR
Lire aussi
Sur le blog de Pierre Dubois : Contrat de site : 1,5 Mn € par an et Alsace. Le contrat à grande vitesse

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires