Newsletter

Un appel à projets pour révolutionner la licence

Éléonore de Vaumas
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Un appel à projets pour révolutionner la licence
Les projets portés par les candidats doivent faire la part belle au tutorat pédagogique et méthodologique. // ©  plainpicture/Astrakan
Dans la continuité des AAP "Nouveaux cursus à l’université", qui ont permis de financer 36 projets, le ministère de l'Enseignement supérieur inaugure, le 22 mai 2019, un nouvel appel à projets visant à repenser les cursus universitaires et les adapter à la diversité des étudiants.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation annonce le 22 mai 2019 le lancement de l’appel à projet "Parcours flexibles en licence" (PFL) qui s’inscrit dans le cadre du "Fonds pour la transformation de l’action publique" (FTAP). Doté de 12,4 millions (sur un budget total de 700 millions d’euros) sur trois ans, cet appel à projet s’adresse aux établissements d’enseignement supérieur (regroupements ou consortiums).

Faisant directement écho à la loi du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE), le PFL propose de "soutenir une évolution du modèle pédagogique afin d’améliorer les taux de réussite et d’accès au diplôme de licence en permettant la flexibilisation et la personnalisation des parcours", indique le MESRI. Objectifs : réduire le taux d’échec en licence, accompagner l’augmentation des effectifs étudiants et flexibiliser le modèle de formation en diversifiant les situations d’apprentissage.

Lire aussi : Exclusif. Le nouvel arrêté licence prendra effet au plus tard à la rentrée 2019

Favoriser l'hybridation des parcours de licence

Sont invités à se présenter les établissements qui portent, de façon collective, un projet hybride de construction ou de modernisation d’une ou plusieurs mentions de licence. Les projets devront privilégier une approche par compétences, ainsi qu’une réorganisation modulaire des enseignements grâce au numérique (alternance de l’enseignement en présentiel et à distance, examens programmés et à la carte, inscription à des modules capitalisables, etc.). Une priorité devra également être donnée au tutorat pédagogique et méthodologique, individualisé ou collectif, en mode présentiel et distant.

Il est à noter que les actions déjà financées dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (Dune, NCU, Disrupt campus, Idefi, Idefi N, Idex) sont éligibles à l’AAP, à condition, précise le MESRI, qu’il ne s’agisse pas "d’un simple prolongement mais de l’incrémentation de la transformation en faveur de la flexibilisation".

Lire aussi : Université : la transformation numérique aura son appel à projets

Les candidats ont jusqu’au 15 octobre 2019, à 12 heures (heure de Paris) pour déposer leur dossier. Parallèlement, des temps d’information sont prévus par la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieure et de l’insertion professionnelle), dès le début du mois de juin : deux sessions de webinaire les 3 et 6 juin 2019, une journée de concertation le 12 juin 2019 à Paris, ainsi qu’une journée de finalisation en septembre à Paris, dont la date sera précisée le 12 juin prochain.


Éléonore de Vaumas | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Gilles.

"Révolutionner la licence"? Mais qu'on arrête de prendre les EC pour des imbéciles! La "révolution" en question consiste à leur faire accepter d'endosser - à force de carottes diverses - la responsabilité de la débâcle du primaire et du secondaire réunis... Mais comment les Universitaires peuvent-ils encore se prétendre dépositaires de la "pensée critique"?....