Les trésors cachés des universités : Paris-Diderot rénove sa station de biologie de Fontainebleau

Alix Bottée de Toulmon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Station de biologie végétale et d’écologie forestière de l’université Paris Diderot à Fontainebleau © Vincent Loison
Station de biologie végétale et d’écologie forestière de l’université Paris Diderot à Fontainebleau © Vincent Loison
La forêt de Fontainebleau : un patrimoine biologique de renommée mondiale. C’est dans ce parc écologique que va ouvrir en 2014 la station de biologie végétale et d’écologie forestière de l’université Paris-Diderot.

A l'origine était un botaniste : Gaston Bonnier, qui fait construire en 1889 une station de biologie végétale pour offrir aux étudiants et aux chercheurs un lieu privilégié pour leurs études sur la faune et la flore.

Quatre-vingts ans plus tard, le domaine revient à Paris 7 (Diderot), lors de l'éclatement de la Faculté des sciences de Paris – Paris 6 obtenant, par exemple, de son côté la station de Roscoff. Le site de Fontainebleau est la propriété de l’État, mais en dotation à l’université Paris-Diderot, qui le gère entièrement.

Une tradition scientifique respectée

Depuis 2007, la station subit d’importants travaux de rénovation. Professionnels ou amoureux de la nature pourront y séjourner, faire des analyses dans les laboratoires et également profiter des chambres et de la cantine pour être hébergés à faible coût.
"La forêt de Fontainebleau est un lieu historique pour faire des études biologiques ou climatologiques", explique la responsable du site, Odile Loison, qui souhaite que celui-ci accueille des séminaires et des stages de terrain.
Autre objectif : organiser des formations continues en proposant des cours dispensés par des professionnels. Parfois très pointus, par exemple en arachnologie : "Nous n’avons qu’une seule spécialiste en France, j’aimerais organiser avec elle des formations à la station de biologie", s'enthousiasme Odile Loison.
Les étudiants de Paris-Diderot seront accueillis en priorité, mais d’autres pourront avoir la possibilité d’y séjourner en fonction des disponibilités.

Un site écologique

Pour Odile Loison, étudier la nature ne pouvait pas se faire ailleurs que dans des lieux respectueux de l’environnement. Entièrement construits en bois, les bâtiments posséderont un système de refroidissement naturel ainsi qu'un circuit de récupération des eaux usées. L'achèvement des travaux est prévu pour la fin de l’année 2013.


Alix Bottée de Toulmon | Publié le