Lutte contre la précarité et les VSS, ouverture de places, Frédérique Vidal fait sa rentrée 2021

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Lutte contre la précarité et les VSS, ouverture de places, Frédérique Vidal fait sa rentrée 2021
Frédérique Vidal, lors de sa conférence de rentrée le 30 septembre 2021. // ©  Clément Rocher
La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, a tenu sa conférence de rentrée ce jeudi 30 septembre. La ministre a saisi cette occasion pour rappeler les dernières mesures mises en place, notamment dans sa lutte contre la précarité étudiante.

Permettre une rentrée la plus normale possible. C'est le leitmotiv martelé par Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur lors de sa traditionnelle conférence de rentrée organisée le 30 septembre. "Je m'étais engagée à une rentrée en présentiel. La communauté universitaire a pris ses responsabilités et a mobilisé les compétences nécessaires", considère ainsi la ministre.

"Cette anticipation nous a permis de déployer une stratégie pour sensibiliser et accompagner les étudiants vers la vaccination", poursuit la ministre en précisant que plus de 85% des jeunes âgés entre 18 et 25 ans disposent d'un schéma vaccinal complet à ce jour. Depuis le début du mois de septembre, les universités et les grandes écoles ont notamment mené plusieurs actions pour encourager la vaccination des étudiants. La ministre reste néanmoins consciente des efforts à fournir en Guyane et dans les Antilles, deux territoires où le taux de vaccination n'est que de 30%.

Satisfaite du retour en présentiel, la CPU pointe les enjeux liés aux masters et aux études de santé

34.000 places supplémentaires dans le supérieur à la rentrée 2021

La ministre a également rappelé les chiffres de la rentrée. Près de 501.000 nouveaux étudiants ont franchi le seuil de l'enseignement supérieur pour cette rentrée 2021, à l'issue de la procédure Parcoursup. Ainsi, ce sont 2.954.000 étudiants qui ont rejoint une formation dans le supérieur cette année (+2,1% par rapport à 2020).

La ministre a rappelé les deux grandes ambitions de la plateforme Parcoursup: "trouver à chacun sa place et donner à chacun sa chance." A ce jour, 239 lycéens sont encore accompagnés via les CAES (Commissions d'accès à l'enseignement supérieur). En revanche, au 16 juillet, 30.000 personnes avaient quitté la plateforme sans formation.

Dans le cadre du plan de relance économique, la ministre a également souligné que le budget accordé aux établissements a progressé de plus d'1,3 milliard d'euros. L’État a financé la création de 34.000 places supplémentaires à la rentrée 2021 afin de répondre à l'afflux des nouveaux bacheliers. "La massification de l'enseignement supérieur est une réalité", assure-t-elle.

La ministre a également rappelé la mise en place de la réforme de l'accès au premier cycle des études de santé. "La mise en œuvre de ces nouvelles formations [PASS et L.AS] n'a pas été simple. Cette réforme vient décloisonner les parcours de formation et répondre aux enjeux des territoires. Elle a permis de diversifier les profils des étudiants et de mieux définir les capacités d'accueil." Près de 17.660 places ont été ouvertes dans les filières de médecine, maïeutique, odontologie et pharmacie pour la rentrée 2021, soit une augmentation globale de 17,8% par rapport à l'an dernier.

Université de Rouen : un retour "presque à la normale" en cette rentrée

Poursuite de la lutte contre la précarité étudiante

La ministre a également mis l'accent sur la lutte contre la précarité étudiante. "La crise a plongé un certain nombre d'étudiants dans la détresse. Nous avons pris des mesures inédites lors de la crise sanitaire, certaines ont été prolongées." La ministre a notamment cité la revalorisation des bourses sur critères sociaux (une augmentation de 3,3% en trois ans) et le gel des droits d'inscription pour la troisième année consécutive. La ministre n'a pas évoqué la réforme des bourses promise par le Premier ministre Jean Castex, un cheval de bataille des organisations étudiantes.

Le budget du ministère de l'Enseignement supérieur a progressé de 2,4 milliards d'euros depuis 2017 (soit 24,6 milliards d'euros en 2021). Pas moins de 179 millions d'euros supplémentaires seront alloués pour permettre l'amélioration des conditions de vie des étudiants. "Le gouvernement a énormément investi pour la jeunesse et la connaissance. Jamais le gouvernement n'a déployé de tels moyens", certifie la ministre.

L'emploi étudiant continue aussi d'être soutenu : la ministre annonce la reconduite de 21.600 emplois étudiants pour des missions de tutorat dans les universités afin de venir en aide aux étudiants. On se rappelle que c'était une des mesures annoncées par le Premier ministre en novembre 2020 pour accompagner les étudiants de première et deuxième années dans leurs études. "Ce dispositif a fait ses preuves et j'ai souhaité que ce plan perdure", assure-t-elle.

"La réponse et l'engagement sont à la hauteur des enjeux", affirme la ministre Frédérique Vidal. Pourtant, malgré l'ensemble de ces mesures mises en place, la rentrée universitaire n'a pas mis un coup d'arrêt à la précarité étudiante. Ces derniers jours ont été marqués par le retour des files d'attente pour les distributions alimentaires, dans la capitale notamment.

Tolérance zéro envers les violences sexuelles

Sur le volet des violences sexistes et sexuelles dans le supérieur, la ministre de l'enseignement supérieur annonce la mise en place d'un plan national d'action. "La tolérance zéro va devenir une ligne de conduite claire et unanime. J'ai lancé trois missions d'inspection dans les établissements et j’ai confié aux conférences d’établissements la responsabilité de travailler à une action globale", explique-t-elle. La ministre souhaite ainsi franchir une nouvelle étape dans la prévention et la prise en charge de ces situations de violences afin qu'aucun agissement ne passe sous silence.


Clément Rocher | Publié le