Newsletter

Parcoursup : Noëlle Lenoir présidera le comité éthique

Laura Taillandier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Parcoursup : Noëlle Lenoir présidera le comité éthique
Le comité éthique présidé par Noëlle Lenoir aura notamment pour mission de proposer des améliorations de Parcoursup.
L'ancienne ministre et déontologue de l'Assemblée nationale, Noëlle Lenoir, présidera le comité scientifique et éthique de Parcoursup. Cette instance, qui sera installée avant la fin du mois de janvier, regroupera des personnalités d'horizon différent dont des chercheurs, des sociologues ou encore des économistes.
 // © Photo fournie par le témoin

Le comité scientifique et éthique de Parcoursup sera présidé par Noëlle Lenoir, ancienne ministre et déontologue de l'Assemblée nationale. Cette instance, à laquelle est adossée la nouvelle plate-forme d'admission à l'entrée dans l'enseignement supérieur, devrait être officiellement installée dans les prochains jours.

Annoncé à la rentrée 2017 après la mise en demeure de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) sur le manque de transparence d'APB, ce conseil aura trois missions, a précisé Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, le 14 janvier 2018, dans les colonnes du "Journal du Dimanche" : "s'assurer au quotidien du respect par la plate-forme des principes juridiques et éthiques qui la fondent, vérifier son bon fonctionnement et évaluer son impact pour proposer des améliorations". Il regroupera des "personnalités venues de différents horizons : chercheurs de haut niveau, sociologues, économistes…"

Passée par la CNIL

Avocate associée depuis 2011 au cabinet Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP, Noëlle Lenoir est spécialisée en droit de la concurrence, droit public des affaires et de la régulation économique. Elle a commencé sa carrière dans la fonction publique parlementaire, en tant qu'administratrice au Sénat de 1972 à 1982, avant de rejoindre la CNIL comme directrice juridique pour suivre la mise en œuvre de la loi informatique et liberté.

Noëlle Lenoir intègre le Conseil d'État à partir de 1984, en tant que maître des requêtes, puis commissaire du gouvernement au contentieux. En 1992, elle est la première femme à intégrer le Conseil constitutionnel, après sa nomination par le président de l'Assemblée nationale, Henri Emmanuelli. Spécialiste des questions bioéthiques, elle préside dans le même temps le Comité international de l’Unesco de 1992 à 1999, avant de prendre la tête du Groupe européen d'éthique des sciences et des technologies nouvelles, de 1994 à 2001.

Noëlle Lenoir a également exercé des mandats politiques. Maire d'une commune du Val-d'Oise, Valmondois, de 1989 à 1995, puis de 2008 à 2010, elle intègre le deuxième gouvernement Raffarin de 2002 à 2004, au poste de ministre des Affaires européennes. En 2012, elle est nommée déontologue de l'Assemblée nationale, en charge de l'examen des déclarations d'intérêts des députés.


Laura Taillandier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne