Rapprocher le doctorat de l'entreprise : des pistes pour renforcer la compétitivité française

Céline Authemayou et Étienne Gless
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Docteurs-SorbonneUniversités-mai 2011 ©C.Stromboni
Docteurs-SorbonneUniversités-mai 2011 ©C.Stromboni
Une thèse n'est pas un PhD. En France, le diplôme de doctorat souffre d'un manque de reconnaissance de la part des entreprises qui se montrent frileuses à embaucher des chercheurs qui ont passé trois ans, voire plus, à décortiquer un sujet. Résultat : le taux de chômage des docteurs est plus élevé que celui des titulaires de masters. C'est cette spécificité française que pointe une étude du Commissariat général à la stratégie et la prospective, qui propose plusieurs pistes d'action pour remédier à cette situation. De leur côté, après trois ans d'expérimentation, les écoles d'ingénieurs viennent de lancer le parcours "Compétences pour l’entreprise" dont l'objectif est également de favoriser l'insertion professionnelle des docteurs dans le privé.

Sommaire du dossier

  • Rapprocher le doctorat de l'entreprise : des pistes pour renforcer la compétitivité française

  • Céline Authemayou et Étienne Gless | Publié le

    Vos commentaires (2)

    Nouveau commentaire
    Annuler
    * Informations obligatoires
    Dr H. Leyrit.

    Bonjour, On pense toujours que la France est très différente du reste du monde avec son système « Grandes Ecoles / Université ». Voici, par exemple, les données sur le recrutement en Géosciences aux Etats-Unis (voir figure 3.4. sur http://www.agiweb.org/workforce/reports/2009-EmploymentSectors.pdf). Beaucoup seront sans doute surpris de savoir que les entreprises américaines du secteur privé recrutent 50% des diplômés de niveau Bac+5 (Master) et uniquement 11% des docteurs (PhD). Quant au secteur public (Academia), il recrute 67% des Docteurs (PhD) et uniquement 24% des diplômés en Master de Geosciences. Alors, n'est ce pas plutôt de l'opposition "Master pour l'industrie / Doctorat pour le secteur public" dont il faut débattre plutôt que de l’exception française opposant "Grande Ecole / Université" ? Cordialement, H. Leyrit NB. Le secteur d'activité est un facteur qui influe sur le recrutement. Le secteur industriel de la chimie recrute un plus grand nombre de docteurs.

    Docteur Doctor.

    La première phrase de l'article perpétue hélas une idée reçue. Beaucoup de PhD sont bien plus focalisés sur le sujet de recherche que bien des thèses françaises que je connais, ne serait-ce qu'en raison d'une folle pression pour publier des articles de recherche. Les recruteurs français confondent le manque d'un vernis entreprise, certes utile, avec la teneur réelle d'une formation ou les compétences acquises qui se valorisent à moyen terme. Bien sûr qu'un doctorat sera toujours moins normé qu'un diplôme d'ingénieur, les actions pour la formation professionnelle des doctorants sont nécessaires mais c'est aussi aux entreprises françaises de se professionnaliser pour cesser de passer à côté de talents clés pour leur compétitivité de demain. Les clichés sur la mythique opposition doctorat / PhD n'y aideront pas.