Newsletter

Sophie Pène : "La pensée informatique doit devenir une discipline à part entière"

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Class'Code, une initiative portée par l'Inria, propose un programme de formation gratuit à destination de toute personne désireuse d’initier les jeunes de 8 à 14 ans à la pensée informatique.
Class'Code, une initiative portée par l'Inria, propose un programme de formation gratuit à destination de toute personne désireuse d’initier les jeunes de 8 à 14 ans à la pensée informatique. // ©  Simon LAMBERT/HAYTHAM-REA
Quelle place réserver à l’enseignement du code et plus généralement à la pensée informatique dans les classes ? À l’occasion de la Code Week, Sophie Pène, professeure en sciences de l’information à l’université Paris-Descartes et vice-présidente du Conseil national du numérique, revient sur ce qu’elle juge être une nécessité.

Depuis quelques années, les initiatives "grand public" dédiées à l'apprentissage du code fleurissent, à l'image de la Code Week, organisée du 15 au 22 octobre. Qu'apportent-elles ?

Tous ces rendez-vous offrent l'avantage de donner à voir la variété des initiatives et des acteurs qui coexistent sur le sujet, tant en France qu'à l'international. La Code Week, qui est un événement européen, concerne par exemple plus de quarante pays.

À l'image de la Fête de la science, de la Nuit des musées ou encore de la Fête de la musique, ces événements permettent d'accéder au grand public. Toutes les initiatives de popularisation qui sensibilisent les familles à cette question sont essentielles.

Depuis la rentrée 2016, le code est entré dans les familles, grâce aux cours proposés au primaire et au collège. Le CNNum (Conseil national du numérique) plaide en faveur de ce type de formation depuis longtemps. Quel regard portez-vous sur ces programmes ?

Là encore, toutes les initiatives sont bonnes à prendre. Le ministère a fait tout son possible pour intégrer des modules de formation, à divers moments du cursus des élèves. Avec une contrainte que nous comprenons : l'impossibilité de créer des cours supplémentaires. Des heures de technologie ont été reconverties en cours d'informatique, par exemple.

Le code avait jusqu'à présent très peu de place dans les classes. Petit à petit, cela change. Au lycée, la spécialité ISN (informatique et sciences du numérique), proposée en terminale, se renforce et se généralise. Mais il y a tout de même un côté "bout de ficelle" pour toutes ces initiatives. Il manque une entrée cohérente, avec une vraie discipline bien identifiée.

Pour vous, l'informatique ne doit donc pas être cantonnée à une option ou spécialité ?

C'est certain : il s'agit bien plus que d'une option. Nous parlons tout de même de sciences et techniques qui réorganisent l'État, notre façon de consommer, nos rapports sociaux. C'est la pensée de notre époque. Pour faire un parallèle historique, dans les années 1960, on n'aurait jamais imaginé ne pas enseigner la physique... L'introduction de toute nouvelle matière est une bataille.

De plus, nous ne pouvons pas nier le fait qu'il y a un véritable intérêt stratégique national autour de la discipline informatique. La dernière étude Mc Kinsey le dit très clairement : il y a une véritable attente des entreprises autour des profils numériques. En France, nos ingénieurs informaticiens sont très reconnus dans la Silicon Valley, très courtisés. Mais ils sont très peu nombreux.

À l'université, on est malheureux : il existe bien les UFR d'informatique, mais ce n'est pas pour autant qu'elles irradient dans toutes les disciplines.

On parle des cours au primaire, au collège. Mais quelle est la situation dans l'enseignement supérieur ?

À l'université, on est malheureux : il existe bien les UFR d'informatique, mais ce n'est pas pour autant qu'elles irradient dans toutes les disciplines. Les humanités numériques constituent un mouvement très intelligent et sont une première réponse à cette transformation de la société. Mais il n'y a pas encore de transformation massive des enseignements.

Pour faire de la culture informatique une véritable discipline, encore faut-il que les enseignants soient formés...

C'est en effet l'un des obstacles pointés du doigt par le ministère. Il y a un manque de compétences, au sens où on ne va pas demander aux professeurs d'enseigner des disciplines qu'ils ne maîtrisent pas. C'est pourquoi nous plaidons en faveur de l'arrivée de nouveaux profils venus du monde de l'ingénierie, de l'éducation populaire, d'associations... C'est pour nous l'une des voies de transformation des métiers de l'enseignement.

Aujourd'hui, l'offre de formation dédiée aux enseignants ne vient pas de l'Éducation nationale mais d'organismes tiers. Est-ce un problème ?

Beaucoup d'initiatives se sont en effet mises en place, notamment dans le cadre de l'appel à projets "Culture de l'innovation et de l'entrepreneuriat" porté par le PIA 2. Je pense par exemple à l'Inria, qui produit un Mooc, Class'Code, à destination des professeurs. Simplon propose aussi des formations. Il faut absolument soutenir ces projets.

Il faut continuer d'introduire au cœur des cursus tous les changements sociaux que l'informatique a amplifiés.

Vous le dites, l'informatique, ou plutôt la pensée informatique, est plurielle et concerne tous les pans de la société. Il peut être complexe pour les professeurs de savoir comment, à quoi, former leurs élèves ?

Nous sommes en effet face à l'émergence de nouvelles formes sociales et nous avons bien du mal à les rattacher entre elles. C'est le travail des politiques de mettre en cohérence tout cela. On est sur une puissante recomposition sur laquelle on attend que le politique donne du sens.

Quelle éducation voulons-nous pour cette nouvelle société ? On parle de démocratie ouverte, 3.0. Où cela se voit-il dans les formations ? Nous pensons, au sein du CNNum qu'il faut continuer d'introduire au cœur des cursus tous les changements sociaux que l'informatique a amplifiés : travail collaboratif, coconception, goût pour l'entrepreneuriat, créativité... Toutes ces pratiques entérinent la pensée informatique.

Certaines voies s'élèvent tout de même contre l'enseignement de cette "pensée informatique", parlant parfois de lobbying. Comment réagissez-vous à cela ?

Ces critiques me laissent de marbre. Il ne s'agit pas de promouvoir l'informatique mais de réfléchir à des formations critiques et lucides, qui permettront aux jeunes de ne pas subir l'informatique.

D'où l'adage "programmez, pour ne pas être programmé" ? Une phrase qui prend tout son sens dans le dossier APB, par exemple...

L'exemple d'APB est emblématique ! Il faut ouvrir les données, pour que les citoyens puissent s'en emparer. C'est la seule solution si nous ne voulons pas que ce soit les informaticiens qui reconfigurent le monde de demain...

Aller plus loin
À lire sur letudiant.fr : Cours de code au collège : un combat de robots-sumos au programme

Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Damnjanovic.

Je reprends la question posée dans l’article : Depuis quelques années, les initiatives "grand public" dédiées à l'apprentissage du code fleurissent, à l'image de la Code Week, organisée du 15 au 22 octobre. Qu'apportent-elles ? Elles nous laissent désemparés… Il faudrait exiger, au minimum, dans les entreprises, dans les écoles, des rencontres pour nous présenter de façon ponctuelle les innovations qui fleurissent trop loin de nous… Les formations sont le plus souvent réservées à l’initiative personnelle, ce qui n’est pas très efficace sur le plan collectif … il n’y a pas de mobilisation de la part des enseignants… Il faut cesser de s’en prendre aux politiques.

Mais où va le web ?.

Alors oui, il faut des humanités numériques, même si la discipline est encore assez mal délimitée. Le numérique ne se limite évidemment pas à l'apprentissage du code (ça serait trop beau), ni à mettre des tablettes dans les mains des élèves (Cf rapports PISA depuis 2012, OCDE, etc.), ni à signer des partenariats avec de sociétés américaines et par la même occasion réduire à néant toute possibilité pour le logiciel libre d'émerger (coût cognitif important à sortir d'une solution logicielle pour une autre)... Je ne sais pas si la "pensée informatique" existe. On parle de sociologie de la technique, à la limite. Idem, ça ne se limite pas à l'informatique. Par ailleurs, les meilleurs ingénieurs sont avant tout ceux qui font des maths à l'école (cf PISA), pas ceux qui codent dans des langages qui bougeront très vite dans des pays à bas-coûts. Mais je chipote, je ne peux qu'être en phase de manière générale avec ce qui est dit. Hormis peut-être la place des lobbies balayée du revers de la main... Est-il encore besoin de préciser que l'école, a fortiori pour les plus jeunes, est une fabrique à citoyens avant d'être une fabrique à travailleurs. Réfléchir sur le numérique aujourd'hui, c'est réfléchir sur le politique en général, et pour cela, les sciences humaines feront un bien meilleur job que des "cours de code". Ne cédons pas aux sirènes numériques. Au passage, au delà des élèves, se focaliser sur les enseignants est essentiel (c'est dit dans l'article). Bien souvent, ils n'ont pas attendu les pouvoirs publics pour digitaliser leurs pratiques.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne