En ce momentBudget 2017 : 331 millions d’euros en moins pour l’Enseignement supérieur et la recherche
On en parleExclusif. Frédérique Vidal : "Le contrat de réussite étudiant devra être le plus personnalisé possible".
Actu | Innovation

Innovation pédagogique : l'AACSB prime l'Essec et l'Edhec

Cécile Peltier  |  Publié le

0

Essec - Imagination week
Lancée en 2012 au sein du programme grande école, l'"iMagination Week" de l'Essec a été étendue en 2015 à l'ensemble des formations. // © Essec / Leslie Delamarre

Pour valoriser les innovations pédagogiques portées par ses établissements membres, l'organisme d'accréditation américain AACSB a lancé le challenge "Innovations that inspire". Les résultats, publiés le 6 février 2017, consacrent 35 écoles, dont deux françaises.

Offrir une vitrine aux innovations pédagogiques déployées ces dernières années par les business schools, sous l'impulsion notamment... des accréditations internationales. C'est l'objectif du challenge "Innovations that inspire", imaginé par l'AACSB. L'organisme d'accréditation américain a dévoilé, le 6 février 2017, à Tampa (États-Unis), les gagnants de l'édition 2017. Parmi les établissements primés, deux Français : l'Essec et l'Edhec.

"Un concours nous a semblé être un bon moyen de mettre en valeur la manière dont nos membres réinventent actuellement la formation dans les business schools", explique Tim Mescon, responsable de la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique pour l'Association.

335 formations en management issues de 33 pays ont concouru à cette deuxième cuvée. Le jury en a sélectionné 35, qui témoignent toutes d'un changement de paradigme : "Le rôle des business schools a évolué. Aujourd'hui, elles se préoccupent d'engagement, d'innovation, d'impact... Notamment sous l'impulsion des étudiants, plus mobiles que jamais, les maquettes, les méthodes pédagogiques sont en train d'évoluer à vitesse grand V", poursuit Tim Mescon.

INTERDISCIPLINARITé à TOUS LES ÉTAGES

Une première grande catégorie d'innovations porte sur l'interdisciplinarité. "Les écoles ont pleinement pris conscience de l'intérêt de croiser les disciplines au service de l'innovation", pointe Tim Mescon.

Exemples aux Philippines, avec l'Asian Institute of management, qui aide les scientifiques philippins à commercialiser leurs innovations ; en Espagne, à l'Esade, avec un audit des processus de créativité inspiré du travail du célèbre chef Ferran Adria, ou encore en France, avec l'iMagination Week de l'Essec.

Ce séminaire d'une semaine, placé sous le signe de la créativité dans une perspective transdisciplinaire, a particulièrement séduit le jury. "C'est une initiative fantastique qui connecte les élèves avec l'entreprise et favorise le travail en commun autour de projets donnés. Le programme plaît beaucoup aux étudiants, il suffit de regarder leurs notes lors des évaluations, et le nombre de vues sur Youtube", poursuit Tim Mescon.

Lancée en 2012 au sein du programme grande école, l'initiative a été élargie en 2015 à l'ensemble des formations, avec un objectif : former des leaders porteurs de changement. 

DES ENTREPRISES SOUCIEUSES D'IMPLIQUER LES ÉTUDIANTS

L'évolution du rôle des business schools se caractérise aussi par une plus grande implication de l'entreprise dans la formation. "Un peu partout, les écoles nouent des partenariats originaux avec les entreprises pour faire travailler leurs étudiants sur des cas réels. Pas totalement nouvelle, la démarche est aujourd'hui incontournable et répond à une vraie demande des étudiants, et des acteurs économiques", remarque Tim Mescon. 

Les écoles ont pleinement pris conscience de l'intérêt de croiser les disciplines au service de l'innovation.
(T. Mescon) 

Jugée "extrêmement créative" par AACSB, la "Fabrique pédagogique" de l'Edhec récompensée dans cette section, est emblématique de cette tendance de fond. Née en 2008 de "la nécessité impérieuse de repenser la salle de classe", mais aussi de favoriser la rencontre et le transfert de compétences entre managers et étudiants, l'initiative mobilise chaque année "2.200 étudiants, une vingtaine de professeurs et une cinquantaine d'entreprises sur une dizaine de projets coconstruits", explique la directrice relations entreprises et partenariats de l'école, Anne Guillon.

Parmi les modules proposés : l'Edhec Open Innovation, le Négo challenge ou le certificat digital Explora by Edhec. Avec, à chaque fois, une démarche de "learning by doing" qui "s'apparente à celle d'un laboratoire, d'une usine, où l'on fabrique quelque chose : des prototypes d'application par exemple, dans le cadre du certificat digital Explora", poursuit Anne Guillon. 

S'OUVRIR À LA DIVERSITÉ

Enfin, dernière tendance et non des moindres identifiée par l'AACSB, la capacité des écoles à "mobiliser une communauté hétérogène". Parmi les projets récompensés, figurent une série de reportages vidéos réalisés par des étudiants de la business school de l'université de Mannheim (Allemagne), sur la responsabilité sociale des entreprises, ou encore l'application mobile et la campagne Facebook imaginées par les élèves de la Turku School of Economics (Finlande), pour faciliter l'intégration des demandeurs d'asile dans ce pays.

AACSB espère que ces projets, "utilisés par certaines écoles pour recruter des étudiants", feront des émules et donneront envie à d'autres établissements de participer... Les amateurs d'entrepreneuriat ont d'ailleurs jusqu'au 18 février 2017 pour participer à l'AACSB Spotlight challenge, une toute nouvelle compétition dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Cécile Peltier  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :