Classement THE : les regroupements français sauvent la mise

Cécile Marchand-Ménard
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Classement THE :  les regroupements français sauvent la mise
L'université Paris-Saclay, issu d'un regroupement, fait son entrée dans le classement du Times Higher Education. // ©  Laurent Grandguillot/REA
Seules cinq universités françaises se positionnent dans le top 200 du classement Times Higher Education 2021 publié ce mercredi 2 septembre 2020. Parmi elles, quatre sont des regroupements d’établissements d’enseignement supérieur. La France est donc le dixième pays le mieux représenté, loin derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Créée en janvier 2020, l’Université Paris-Saclay n’a pas tardé avant d’intégrer le top 200 du classement universitaire Times Higher Education (THE), publié ce 2 septembre 2020. Le regroupement de 14 établissements et organismes de recherche se hisse à la 178e place du classement britannique, soit la meilleure rentrée de ce nouveau cru.

Elle se classe dans le top 200 aux côtés de quatre autres établissements français : l’Université Paris Sciences et Lettres (46e), Sorbonne université (87e), l’École polytechnique (93e) et l'Université de Paris (136e). Si la France devient ainsi le dixième pays le mieux représenté du top 200, elle reste très loin des géants américains et britanniques.

La 17e édition du classement THE prend en compte la qualité des enseignements, de la recherche, les subventions de l’industrie ou encore le rayonnement international des universités.

La France à la troisième place du classement de Shanghai 2020

La stratégie de regroupement porte ses fruits

Pour les établissements français, la stratégie de regroupement semble porter ses fruits. Mi-août déjà, l’Université Paris-Saclay fait une entrée remarquée à la 14e place du prestigieux classement de Shanghai et devient ainsi la 3e université européenne classée. Le regroupement peut désormais compter sur dix médailles Fields, deux prix Nobel et 35 des chercheurs les plus cités dans leur discipline. "C’est une première récompense pour l’énergie collective que nous avons engagée de la conception à la mise en œuvre d’un nouveau modèle qui rassemble universités, grandes écoles et organismes nationaux de recherche", se félicite alors Sylvie Retailleau, sa présidente.

Depuis 2018, le regroupement profite également à l’Université Paris Sciences et Lettres. Même si elle perd une place cette année, elle reste la première université française du classement THE. Sorbonne Université, née de la fusion des universités Paris-Sorbonne et Pierre et Marie Curie, concurrence aussi les plus grands établissements mondiaux. Alors qu’en 2018, Paris-Sorbonne occupait la 196e place et l'UPMC, la 123e, Sorbonne Université se hisse dès 2019 à la 79e place du classement. La fusion reste favorable cette année même si l'université perd sept places par rapport au précédent classement.

Même constat pour l'Université de Paris, née de la fusion des universités Paris-Descartes, Paris-Diderot et de l’Institut de physique du globe de Paris, en 2019. Un an après sa création, l'université fait son entrée dans les classements de Leiden et de Shanghai thématique. "Cela contribue à la visibilité de la recherche française […] et bien sûr à l’attractivité de l’établissement pour les chercheurs et les étudiants du monde entier", applaudit alors Christine Clerici, sa présidente. Cette année, elle s'installe à la 136e place dans le classement THE, soit six places de moins qu'en 2020.

Classements internationaux : le positionnement des universités françaises, un gage d'attractivité

La France toujours loin derrière les USA ou le Royaume-Uni

Malgré le succès de ces regroupements, la France s’impose de justesse dans le top 10. Cette nouvelle édition du classement THE est toujours dominée par les géants américains et britanniques Stanford et Oxford. Le Top 20 compte ainsi 13 universités américaines et quatre anglaises.

Le magazine Times Higher Education note néanmoins que la donne pourrait changer en faveur des universités chinoises, nouvelles concurrentes probables des indétrônables établissements occidentaux. Pour la première fois, une université chinoise, celle de Tsinghua, intègre le top 20 du THE.

Les 10 pays les plus représentés

Rang Pays Universités classées dans le top 200 Université Rang 2021
1 Etats-Unis 59 Stanford University 2
2 Royaume-Uni 29 University of Oxford 1
3 Allemagne 21 LMU Munich 32
4 Australie 12 University of Melbourne 31
5 Pays-Bas 11 Wageningen University & Research =62
6 Canada 8 University of Toronto 18
7 Chine 7 Tsinghua University =20
8 Corée du Sud 7 Seoul National University 60
9 Suisse 7 ETH Zurich 14
10 France 5 Paris Sciences et Lettres – PSL Research University Paris 46
11 Hong Kong 5 University of Hong Kong =39
12 Suède 5 Karolinska Institute =36

Cécile Marchand-Ménard | Publié le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
SaclayVraiment.

Un peu de voyons ! Faites un travail de recherche un peu moins superficiel, en 2 minutes, il est facile de voir que dans le classement 2021 des universités mondiales, le regroupement UPSaclay n'a pas été pris en compte (CentraleSupélec et l'ENS PSaclay sont encore classées séparément). Le terme Université PSaclay utilisé par THE ne reflète juste que le nouveau nom de Paris-Sud !

Ardisson.

MDR! On se rassure comme on peut, mais le rang des universités françaises n'est pas brillant et ce classement est plus sérieux que celui de Shanghai.

media123.

Les regroupements sauvent la mise sauf qu'en l'occurence ici le regroupement Paris-Saclay n'a pas été pris en compte... On peut même voir dans le classement CentraleSupelec, ENS Paris-Saclay, etc... Idem pour l'institut polytechnique de Paris.