HEC, Saint-Cyr : l’enseignement supérieur français s'implante au Qatar

Maelle Flot, envoyée spéciale à Doha
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Education City à Doha DR
Education City à Doha DR
Après l’INSEAD et la Sorbonne à Abu Dhabi en 2006, HEC devrait être le prochain établissement d’enseignement supérieur français à s’implanter dans un pays du golfe Persique. Nicolas Sarkozy en personne, de passage à Doha, le 18 novembre 2009, en aurait parlé à l’Emir du Qatar. L'ouverture d'une école militaire pilotée par Saint-Cyr est également toujours à l'ordre du jour malgré un contretemps d'ordre politique.

La business school française vient de monter, au Qatar, en novembre 2009, un module de formation, axé sur le leadership, pour les cadres de grandes entreprises, dont Total, qui aujourd’hui soutient le projet de création d’une antenne d’HEC à Doha. « Nous sommes dans une phase très avancé du projet avec la Qatar Foundation , se réjouit Joshua Kobb, directeur du développement international et des partenariats stratégiques à HEC. Les relations entre la France et le Qatar sont fortes et la diversité culturelle intéresse les Qatari dans le domaine de l’éducation ». L’établissement est pressenti pour s’installer en 2010 à Education city , un vaste campus à l’anglo-saxonne aux portes du désert où sont déjà réunis six universités américaines, clones de leurs grandes sœurs outre-Atlantique, ainsi qu’un parc scientifique et technologique.

HEC proposera de l'Executive education au Qatar

Joshua Kobb était présent mi-novembre à Doha, parallèlement au sommet WISE (World innovation summit for education) pour faire avancer le projet. Concrètement, les formations délivrées sur place relèveront de l’Executive education, de la formation continue pour les cadres avec toute une gamme de programmes allant de l’Executive MBA à du non-diplômant. « HEC a tout un portefeuille d’activités mais nous ne développerons au Qatar que de la formation pour les cadres et cadres supérieurs, précise Joshua Kobb. Nous espérons avoir un corps professoral basé sur place, pas uniquement des enseignants qui font la navette ». L’ouverture d’un établissement portant la marque HEC à Doha serait une belle revanche « diplomatique ». L’échec en 2006 de l’implantation de l’INSEAD au Qatar, la business school implantée à Fontainebleau s’étant « vendue » à un voisin plus offrant, Abu Dhabi, aurait été très mal vécu par les Qataris.

Saint-Cyr, un modèle alternatif de formation au leadership

Le projet de Saint-Cyr doit faire face à une situation plus complexe. Un des fils de l’Emir du Qatar a fait ses études à Saint-Cyr Coetquidan et l’Emir a été invité à deux reprises au défilé du 14 juillet à Paris par Nicolas Sarkozy. Francophile, le chef politique du Qatar appuie l’ouverture d’une école francophone à Doha pour former les jeunes officiers de la région du Golfe. D’après nos sources, une complication politique au sein du gouvernement qatari ralentirait le projet. L’ardeur réformatrice de l’Emir n’est pas du goût de tout le monde. Une rumeur de coup d’Etat a ainsi circulé cet été et les comploteurs supposés seraient des militaires.

Saint-Cyr espère néanmoins voir aboutir le projet en 2010, deux ans après la signature de la lettre d’intention. Le Qatar a souhaité que soient proposées une année de formation intense à la langue française, deux années de préparation au concours avant les trois années de formation à Saint-Cyr. Les Qataris y voient, au-delà d'une formation militaire, une véritable école de cadres. Avec HEC et Saint Cyr, le Qatar cherche ainsi un nouveau type de formation au leadership, alternatif au modèle anglo-saxon.

Les réseaux français au Qatar
L’implantation d’HEC devrait être favorisée par les liens privilégiés existants entre la France et le Qatar, tant économiques que politiques. Carla Bruni-Sarkozy est une proche de la femme de l’Emir. La charismatique Sheika Mozah, présidente de la Qatar Foundation, dont le budget tournerait autour de 15 milliards de dollars, aurait fait un don très conséquent à la fondation de la première dame de France. Cette femme intelligente a su s’entourer des meilleurs artistes internationaux, dont un certain nombre de Français ou francophones : le designer Philippe Stark, le compositeur et musicien libanais Marcel Qhalife -connu pour être un contestataire-, etc.
Le film Home du photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand a été coproduit avec des fonds qataris. Ce dernier était à Doha mi-novembre pour financer un projet donnant la parole à des enfants dans les pays arabes. WISE , le sommet mondial sur l’innovation dans l’éducation, qui s’est tenu à Doha mi-novembre 2009, a été entièrement organisé par une agence événementielle française sous la houlette de Jean Rouilly, de Lagardère Media Consulting. Ce dernier a également contribué à la création d’une chaîne éducative au Qatar.


Maelle Flot, envoyée spéciale à Doha | Publié le