Les nouvelles technologies pour réviser au lycée et dans le supérieur

Céline Manceau
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les nouvelles technologies pour réviser au lycée et dans le supérieur
Aujourd'hui, c'est dans la rue ou dans les transports en commun que les jeunes révisent, à l'aide de leurs lecteurs MP3, de leurs téléphones portables ou de leurs consoles de jeux. Les cédéroms ludo-éducatifs ont pris un sacré coup de vieux. Ils sont désormais ringardisés par de nouvelles méthodes d'apprentissage plus ludiques... et surtout proches des jeunes.

Soit parce qu'elles utilisent des technologies qu'ils maîtrisent, le Web notamment et les univers virtuels. Soit parce qu'elles fonctionnent sur des outils nomades. À commencer par les téléphones mobiles dont sont équipés 95 % des jeunes à partir de 15 ans (selon un sondage Ipsos publié en février 2009) et 78 % des 13-14 ans.

1. Des cours par SMS

Un pourcentage plus élevé que le taux d'équipement personnel en ordinateur qui a donné l'idée à un professeur d'économie de Montpellier de proposer des cours par SMS, pour le secondaire principalement. Des cours, semblables aux contenus que l'on peut trouver gratuitement sur des sites tels que l'Académie en ligne ou la Boîte à docs , à la seule différence que la technologie permet de les télécharger sur un mobile. Le projet a vu le jour en 2006 et, depuis, a été primé (il a notamment été finaliste avec dix autres concurrents d'un concours européen rassemblant 600 participants).
Tout est gratuit, à partir du moment où le jeune possède un forfait téléphonique incluant un accès Internet (ces forfaits démarrent à 30 € par mois). Il lui suffit alors de se connecter, depuis son portable, sur Wapeduc.mobi et de choisir les cours qui l'intéressent, avec une recherche, par niveau et par matières. Wapeduc propose aussi, depuis peu, des podcasts en anglais (en économie et philosophie à partir de janvier 2010). Sur le même principe, il suffit de télécharger cette fois des enregistrements audio à écouter sur le téléphone.

2. Des podcasts sur ITunes U

Un téléchargement semblable à celui des fichiers son pour lecteur MP3. Comme les cours par SMS, la facilité d'utilisation et la gratuité séduisent tout autant les élèves que les enseignants. Certains ne se font donc pas tirer l'oreille pour diffuser leurs cours, notamment sur ITunes U , l'espace d'ITunes dédié aux savoirs. U comme University, puisque, dans un premier temps, ce sont des universités américaines qui ont alimenté le site, rejointes par des universités françaises (La Sorbonne, Nice, Paris-Descartes), puis par des professeurs du secondaire.
Marie Soulié , enseignante en lettres modernes au lycée Gaston-Fébus d'Orthez, a ainsi eu l'idée d'enregistrer les oraux blancs de français de ces élèves et de les restituer avec son commentaire. Le concept est baptisé « podcastonbac ». D'autres matières (comme les maths) peuvent être révisées gratuitement sur ITunes U. Il suffit pour cela de télécharger l'application.

3. Des jeux éducatifs en ligne

Si les lycéens et les étudiants peuvent être de grands amateurs de jeux en ligne - qui développent aussi des capacités intellectuelles telles que la vivacité d'esprit ou la mémoire -, ils sont peut-être moins friands des jeux éducatifs. À leur corps défendant, les éditeurs ne se bousculent pas non plus sur le marché de l'offre. Nintendo sort du lot avec, pour sa console DS, plusieurs jeux d'apprentissage de l'anglais et surtout une collection « Tout savoir » qui va du CP à la troisième (et n'est autre que l'adaptation des cahiers de soutien scolaire des éditions Hatier). Les jeux dits ludo-éducatifs - qui permettent de résoudre une enquête, par exemple, tout en apprenant - sont, eux, plus nombreux. Et pas seulement pour consoles de jeux, mais aussi pour ordinateurs. Sauf qu'en la matière, il n'est pas toujours nécessaire d'investir. Pour apprendre et jouer en même temps, le Web fourmille de jeux pour tous les niveaux et dans toutes les matières, quelquefois payants... souvent gratuits. Là encore, beaucoup de ces jeux en ligne sont proposés par des enseignants. Impossible de les recenser ou d'en choisir un ou détriment de l'autre.

Citons l'initiative intéressante du collège Le Corbusier de Poissy qui, sur sa page publique Netvibes, présente une sélection des meilleurs jeux éducatifs en ligne dans différentes matières. Ils sont en priorité destinés à des collégiens, mais certains peuvent intéresser des lycéens (notamment en histoire). Sinon, pour les lettres, Weblettres recense de nombreux sites de profs pour réviser. Pour les maths, Sesamath fait partie des incontournables, mais vous trouverez d'autres liens sur le site lorrain .

4. Les langues au bout du fil

Concernant les langues étrangères, les ressources gratuites sont moins nombreuses que pour les autres matières. Mais c'est aussi dans ce domaine que, moyennant finances, toutes les formules de révisions - plus ou moins ludiques - sont possibles : via des réseaux sociaux d'apprentissage linguistique où l'on s'inscrit pour se faire des amis aux quatre coins du monde et dialoguer avec eux, via des cours en ligne (comme ceux de Gymglish - par e-mail - ou de Tell me more - avec un logiciel de reconnaissance vocale qui a été adopté par différents établissements comme le collège et lycée Charles-de-Foucauld à Lyon, ou l'université de Nantes), ou encore (et toujours !) via le téléphone (portable ou fixe) avec Allo Teacher . Ce nouveau service, jusqu'à présent utilisé pour les cadres, est proposé, depuis quelques mois, aux collégiens et lycéens (cf. encadré). Mais là, avec un prof au bout du fil ou derrière un écran d'ordinateur... fini de jouer.

Dans les univers virtuels
Sur Second Life , il suffit de quelques secondes pour créer son avatar (double numérique) et avoir ainsi accès à des cours payants dans tous les domaines, et notamment en langues. Sauf que... ce site marchand est interdit aux mineurs. Les enseignants adeptes des nouvelles technologies n'ont donc pas investi massivement l'endroit. Même si d'aucuns reconnaissent les potentialités de « cet environnement en 3D qui met en place un mode d'apprentissage entre pairs basé sur les réseaux sociaux, une découverte par l'exploration, particulièrement familière pour les jeunes », relèvent Caroline d'Atabekian et Caroline Jouneau-Sion, toutes deux professeurs et respectivement présidente des associations Weblettres et les clionautes . Les différentes expériences menées jusqu'à présent en France l'ont été pour des étudiants uniquement, sous la forme de communautés éducatives dont l'accès est autorisé à certains visiteurs (en l'occurrence des élèves possédant un avatar). L'académie d'Amiens a ainsi mené une expérimentation pour favoriser la pratique des langues avec des élèves de BTS. Un bilan est en cours, mais, compte tenu des contraintes juridiques et techniques, rien ne laisse présager une extension à l'échelle nationale ou à d'autres niveaux scolaires. À moins que l'apparition récente d'une version de Second Life pour les adolescents , à partir de 13 ans, n'inspire les enseignants...

A lire : un dossier sur Educnet.fr sur "la balladodiffusion dans l'enseignement supérieur , enjeux et expérimentation", novembre 2009.


Céline Manceau | Publié le