En ce momentJean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, deux ministres pour l'Éducation nationale et l'Enseignement supérieur
On en parleFrédérique Vidal, première ministre de plein exercice pour l'Enseignement supérieur, la Recherche et l'Innovation
Actu | Politique

Benoît Hamon promet un milliard d'euros supplémentaires par an pour le supérieur

Catherine de Coppet  |  Publié le

2

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle 2017
Le revenu universel d'existence, mesure phare du candidat socialiste, ciblera aussi les étudiants. // © RGA/REA

Réforme du premier cycle universitaire, revenu universel d'existence ouvert aux étudiants, revalorisation du salaire des enseignants-chercheurs débutants... Jeudi 16 mars 2017, Benoît Hamon a précisé son programme, donnant plus de détails sur sa vision de l'enseignement supérieur.

Une "priorité absolue" pour le pays. C'est en ces termes que le candidat socialiste à l'élection présidentielle a introduit, le 16 mars 2017, les propositions de son programme relatives à l'enseignement supérieur et à la recherche.

Pour Benoît Hamon, la première de ces priorités doit être l'augmentation du budget consacré à l'enseignement supérieur et à la recherche, à raison d'un milliard d'euros supplémentaires par an. S'étant déjà engagé à pérenniser plusieurs milliers de recrutements, Benoît Hamon a indiqué vouloir créer 7.500 postes dans les universités et laboratoires, et revaloriser de 10 % le salaire des enseignants-chercheurs débutants.

Concernant la recherche, le candidat socialiste a promis le doublement des doctorats en entreprise, pour "mettre fin aux thèses non financées". Dans ses premiers éléments de programme, Benoît Hamon annonçait en outre sa volonté de créer une section économie et société au CNU (Conseil national des universités) : "À l'opposé de la 'bien-pensance économique' qui nous a menés dans le mur avec la crise des subprimes, nous avons besoin d'économistes capables d'imaginer des politiques diverses, d'éclairer le débat public en ouvrant l'économie sur le monde et sur ses liens avec les autres sciences sociales", estime-t-il.

Réforme du premier cycle universitaire

Concernant le déroulement du parcours universitaire, Benoît Hamon souhaite réformer le premier cycle. Il promet de faciliter l'accueil des bacheliers professionnels et technologiques en STS et en IUT, de supprimer les cours en amphithéâtre en première année de licence, et de mettre en place une "spécialisation disciplinaire plus progressive". Dans les premiers éléments de son programme, il avait défendu un "service public de l'orientation scolaire", ainsi que la mise en place de "conseils d'orientation postbac pour les étudiants non admis dans les filières de leur choix".

En outre, dans le cadre des Comue, "autant de moyens [seront consacrés] aux étudiants des universités qu'à ceux des grandes écoles."

Sur le volet international, le nombre d'étudiants étrangers accueillis à l'université augmenterait de 25 %, et l'asile "scientifique et universitaire" serait garanti aux chercheurs et aux étudiants en danger.

Logement étudiant et revenu universel d'existence

Quant aux mesures relatives à la vie étudiante, elles concernent avant tout le logement étudiant, avec l'engagement de construire et/ou de réhabiliter 60.000 logements sur la durée de la mandature. Benoît Hamon envisage également de rendre possible la validation d'un premier semestre à l'université par un service civique ou "une expérience longue de bénévolat".

Le candidat a enfin indiqué que sa mesure emblématique sur le plan économique, le RUE (revenu universel d'existence), ciblerait aussi les étudiants. Le montant de cette allocation, qui concernerait dans un premier temps les "jeunes et les plus fragiles", s'élèvera à 600 euros. Le candidat a également promis une revalorisation du Smic "dans les premières semaines de son quinquennat". Une mesure qui devrait bénéficier à de nombreux étudiants.

Catherine de Coppet  |  Publié le

2

2 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :