On en parleParlementaires et profs dans l'enseignement supérieur : qui sont-ils ?
Actu | Vie étudiante

Université Paris-Saclay : des logements étudiants personnalisés

Gabrielle Rocca  |  Publié le , mis à jour le

1 commentaire

Perspective de la vie sur le campus de Paris-Saclay © MDP-XDGA-FAA Perspective de la vie sur le campus de Paris-Saclay © MDP-XDGA-FAA

Au-delà des collaborations en matière de recherche et de formation, la création de l'université Paris-Saclay, prévue en 2014, comporte un important volet immobilier. L'université doit en effet se préparer à accueillir 48.000 étudiants sur son campus. Une arrivée qui nécessite d‘immenses travaux de construction afin de répondre aux besoins de logement des nouveaux venus.

 Le volet immobilier du campus de Saclay prend peu à peu forme. Outre le déménagement des écoles, inauguré à l'été 2012 par l'Ensta ParisTech, le projet prévoit la construction de 8.000 logements installés au cœur d’une ville campus qui s'étend sur 1.600.000 m². Il faut dire qu'en 2014, l’université comptera près de 48.000 étudiants.

Les logements concerneront tous les étudiants du campus, y compris les apprentis et les stagiaires des entreprises environnantes (Danone, Thalès, et bientôt EDF…). Afin de prévoir au mieux les caractéristiques des logements attendues par les futurs habitants du campus, l’Établissement public Paris-Saclay (EPPS), en charge de la construction, a commandé une étude sociologique sur les caractéristiques et le mode de vie des étudiants. Les logements ne seront donc pas répartis en fonction des écoles d’appartenance, mais en fonction de "profils" d’étudiants établis par l’enquête.

Moineau, albatros ou marmotte ? Les "profils" des étudiants

Le campus habitera une très large pluralité d’étudiants, en termes d’âge, de nationalité, d’habitude de vie, de parcours scolaire, de statut professionnel… Les points communs qu’ils peuvent avoir ne sont donc pas évidents. L’étude, réalisée par trois instituts (Espacité, Babel et Terridev), s’est intéressée à la sociologie des élèves des écoles, présentes et futures, du campus. À partir des résultats obtenus, six profils d’étudiants ont pu être distingués. Ils sont construits selon la place que les étudiants accordent au travail, à la vie sociale et au repos.

Ainsi, avec un fort investissement dans les études et un usage utilitaire du logement, l’étudiant boursier ou étranger, à faible revenu, serait plus proche du premier profil, celui de l’étudiant "écureuil". Dans un tel cas, la logique économique prime.

Les jeunes étudiants de première année, expérimentant leur première décohabitation, correspondraient aux étudiants "marmottes", caractérisés notamment par de fréquents retours vers le milieu familial, et "albatros", ceux qui peinent à se stabiliser dans un logement.

L’étudiant "cigale", quant à lui, profite de sa liberté récemment acquise et s'investit peu dans son logement comme dans ses études : ce profil concernerait plutôt les étudiants étrangers, de 20 à 22 ans, pour lesquels la sociabilité à une importance primordiale.

Enfin, le profil de l'étudiant "moineau", qui s'attache matériellement et affectivement à son logement, ainsi que l’étudiant "chat", tantôt hédoniste, tantôt studieux, qui a besoin d'un logement polyvalent, s’appliquerait aux étudiants plus âgés, doctorants et éventuellement en couple.

Des logements en adéquation avec les profils d'étudiants

De cette définition de profils d'étudiants découlent quatre types de logements possibles : la "maison partagée" (colocations) s'adresse surtout aux étudiants "écureuils", tandis que la "ruche" (studios T1 et T1 bis) concerne davantage les "marmottes" ou les "albatros".
Proposant des studios et appartements en colocation de 4 à 8 étudiants avec salons et cuisines partagés, "l’auberge espagnole" cible les étudiants accordant de l'importance à la sociabilité, type "cigale" ou étudiants étrangers.

Quant à la "micro cité", constituée de résidences d'appartements allant du T1 au T5, elle peut accueillir différents publics, aussi bien les étudiants que les familles.

Concrètement, les premières constructions verront le jour en 2014, et les travaux s’étaleront jusqu’en 2018.

Déménagement des écoles à Saclay : les étapes à venir
2016 : Télécom ParisTech et Ensae ParisTech
2017 : Centrale Paris
2018 : AgroParisTech, ENS Cachan et Université Paris-Sud (pharmacie-biologie)

Gabrielle Rocca  |  Publié le , mis à jour le

1 commentaire

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :