Newsletter

Exclusif. France Business School: les quatre écoles d'origine vont reprendre leur indépendance

Murielle Wolski
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Campus de Tours de FBS
Campus de Tours de FBS

Explosion en vol pour FBS (France Business School). L'arrivée aux commandes – par intérim – d'Alain Normandon, directeur général de la CCI du Puy-de-Dôme, a pour objectif de redonner leur indépendance aux quatre établissements fondateurs.

Le projet France Business School (FBS) a vécu. À quelques jours de la rentrée, Alain Normandon, directeur général de la CCI du Puy-de-Dôme, s'est vu confier par le conseil d'administration, à compter du 18 août 2014, les manettes de l'école pour "assurer la transition vers une nouvelle gouvernance", selon le porte-parole de l'école multi-campus. En effet, cet établissement né de la fusion de quatre établissements (ESC Amiens, Tours-Poitiers, Brest, Clermont-Ferrand), "n'a pas réussi à convaincre la communauté éducative. Les écoles fondatrices vont donc reprendre leur indépendance juridique, financière et sociale au 1er janvier 2015".

L'aventure FBS n'aura pas duré plus de deux ans. Le premier communiqué de presse annonçant cette fusion date de mai 2012. Et la première promotion a fait son entrée en septembre 2013. Ils étaient 850, avec pour directeur Patrick Molle, qui a quitté l'école en juillet 2014. Pêle-mêle sont pointés du doigt "la politique de prix inappropriée et dissuasive (9.000 euros par an pour le programme grande école), le retrait des banques communes d'épreuves (Ecricome et BCE), la stratégie de rupture en matière pédagogique et le rapprochement d'écoles de rang et de cultures très différents".

Les écoles devraient cependant conserver la marque FBS. Et les 498 étudiants inscrits en cette rentrée suivre les cours "normalement", avec le maintien des programmes sur chacun des campus. Alain Normandon, DG par intérim, a quatre mois pour redonner lisibilité et souffle aux quatre établissements.


Murielle Wolski | Publié le

Vos commentaires (16)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Philippe.

A partir de 1er janvier 2015, je pense que l'ESCEM Tours-Poitiers déjà accrédité AACSB va retrouver son classement au 15ème rang. Pour attirer les candidats issus des classes prépas via le concours BCE, l'ESCEM Tours-Poitiers devrait essayer de récupérer l'accréditation EQUIS qu'elle avait perdue. C'est le moyen le plus sûr de remonter en classement. En tout état de cause, à partir de 2015, l'ESCEM aura intérêt à revenir à la case de départ avant la création de FBS.

fred.

il y a du vrai dans tout ça. Les classements effectués par les journalistes et qui servent à vendre leurs papiers me semble être aussi une grosse arnaque car ils servent la même soupe depuis trente ans. La vérité est que le système est en crise et ceux qui veulent le réformer se font catapulter.

Bounette.

Perso, j'ai aussi eu des boulots mal payés... Depuis le début. J'ai commencé à 1800€. Mais je n'ai pas choisi une filière porteuse comme la finance ou je ne sais trop quoi. Oui la com' c'est bouché et si tu connais pas les bonnes personnes, t'auras beau te défoncer, tu trouveras que des stages à ta portée. Difficile de passer derrière les fils à papa qui font jouer les connaissances... Je suis écœurée de voir que des petits pédants d'à peine 30 ans osent dire que j'ai raté "mon début de carrière" à cause de choix hasardeux, je n'ai rien raté du tout, j'ai juste pris ce qu'on m'a donné. Aujourd'hui je suis en reprise d'études, à 31 ans, pour valider un diplôme à niveau bac+2. Je crois que je serai bien heureuse de faire un boulot qui me plaira enfin, en faisant fi de la pression sociale, qui me disait que je serai plus intelligente en ayant un bac +5. NON je ne suis pas plus conne qu'un merdeux arrogant qui dit qu'il a réussi sa vie parce qu'il est plus intelligent et qu'il gagne un salaire à 40KE. Sur ce A+

BADIES.

Ce que je ne comprends pas c'est que FBS ou ESC Amiens a perdu le grade Master Bac+5 et lorsqu'on va sur le site à la rubrique grande école il est stipulé qu'ils forment à bac+5 ! Publicité mensongère ? Qui contrôle ?

Damien.

Attention, il ne faut pas confondre le grade de master et le Visa à Bac+5 ! Le Programme Grande Ecole fBS est bien visé Bac+5 par le Ministère de l'Enseignement supérieur et sera audité en décembre prochain pour obtenir le grade de Master (car c'est un nouveau programme).

Julien.

Je suis également un ancien de l'ESCEM et n'ai pas à me plaindre de ma carrière jusqu'ici. Je suis déjà passé par trois groupes du CAC40 et mon salaire, sans être astronomique, s'est toujours situé dans la moyenne annoncée par les différentes études qu'on peut voir sur le net. Dans pas mal de filières, les écoles de commerce ont perdu de leur intérêt pour les employeurs c'est une certitude. A moins d'être issus d'une école du top 5 (et encore), les diplômés d'écoles peu réputées ou issus de systèmes comme les IAE sont tous perçus de la même manière par les recruteurs. Et de toute manière, à moins de sortir d'une école de commerce ou d'ingénieur de prestige, une fois les premières années d'expérience acquises, seules ces dernières comptent réellement sur un CV. Quant aux prépas rageux qui s'y connaissent en maths alors que ces imbéciles de passerelle savent à peine faire des additions, c'est marrant mais personnellement c'est en cours de marketing (entre autres) que je me suis fait royalement chier à attendre qu'on vous fasse rattraper ce que j'avais déjà vu en BTS. Pendant ce temps, j'aurais tout autant apprécié de pouvoir approfondir quelque chose qui soit axé sur ma propre filière. Pour revenir au sujet, c'est vraiment dommage pour FBS. Le projet était séduisant quand quand F.Duvergé était encore aux commandes mais son poulain aura voulu faire beaucoup trop de changements en trop peu de temps et s'obstiner dans cette voie malgré l'évidence de l'échec qu'elle allait amener. Je plains sincèrement les étudiants qui ont fait le choix d'y croire malgré tout et j'espère que ce retour au statut d'il y a deux ans pourra vous être profitable.

LeSage.

Même parcours (diplome ESC Tours 1997) et même constat : Je ne regrette aucunement mon cursus et ma situation de carrière se situe dans la moyenne de ce que pourrait escompter un cadre de mon age. La valeur individuelle vaut beaucoup plus que la notoriété du diplôme, et mis à part quelques exceptions , les premières années d'entrée dans la vie active sont très décisives dans la réussite de la carrière , un beau diplôme mais une série d'échecs professionnels remet les prétentieux à leur place.... En 15 ans de carrière, j'ai vu des diplômes de "second rang' surpasser ceux du Top 5 , en termes d'évolution et de salaires. Il n'y a pas de "rente à vie" en entreprise : vous êtes impliqués et efficaces ou vous êtes jetés... Dommage pour FBS, P.MOLLE avait sans doute eu raison... mais trop tôt. Reste à espérer qu'il n'y aura pas trop de dommages collateraux et que l'ESCEM retrouvera sa place de milieu de tableau.

Voir plus de commentaires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne