On en parleBoston - San Francisco : le match de l'innovation
Actu | Gouvernance, Vie étudiante
Vers des campus durables : les bonnes pratiques des écoles et universités

Un espace de coworking universitaire à Marne-la-Vallée

Pauline Capmas-Delarue  |  Publié le , mis à jour le

1 commentaire

Un espace de coworking universitaire à Marne-la-Vallée
Projet d'espace de co-working à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée

Fin janvier 2014, 100 m2 vont être ouverts à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée pour favoriser les échanges et le travail collaboratif. La concrétisation d'un concept en vogue : le coworking.

D'ici quelques mois, étudiants, enseignants, chercheurs et professionnels pourront se retrouver au sein de Sandbox 212 pour travailler, échanger sur leurs thématiques d’études, trouver des conseils, monter des projets… D'une superficie de 100 m2, cet espace de coworking de l'université Marne-la-Vallée a été créé à l'initiative de Netis, une association étudiante qui vise à promouvoir les projets étudiants et à les aider à se concrétiser.

“Nous avons remporté l’appel à projets ‘télécentres et espaces de coworking’, lancé il y a 18 mois par la région Île-de France, dont l’objectif était d’encourager l’aménagement d’espaces de travail collaboratif à l’école”, explique Marion Phelebon, responsable communication de l’association.

Ce projet a été porté par des étudiants de deux formations de l’université : les masters MITIC (management, ingénierie des services et des technologies de l’information et de la communication) et MIPI (management et ingénierie du patrimoine immobilier).

“Les travaux sont à présent terminés, reste à peaufiner les derniers aménagements. Ce lieu peut accueillir une quarantaine de personnes et se découpe en quatre espaces : travail, détente, meeting et salle de cours. Équipé à la pointe de la technologie, il intègre notamment une imprimante 3D, des ordinateurs, des tablettes numériques, des outils de visioconférence”, énumère Marion Phelebon.

Le tout financé par les 7.000 € de subvention de l’appel à projets, et une seconde subvention de même ordre, attribuée par l’université. Réservé aux membres de l’association pour éviter une trop forte affluence, le projet a toutefois fait gonfler les effectifs de Netis, qui est passé d’une dizaine de membres à 65 adhérents. Et si la communication se fait encore discrète, l’inauguration de cet espace de coworking le 28 janvier 2014 sera l’occasion de faire parler du projet à une plus grande échelle.

Pauline Capmas-Delarue  |  Publié le , mis à jour le

« article précédent

1 commentaire

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :