En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Opinion | Innovation

Dans la Silicon Valley, le système universitaire au cœur de la matrice

Publié le

1

Dans la Silicon Valley, le système universitaire au cœur de la matrice
Parmi les géants des nouvelles technologies installés dans la Silicon Valley, Google. // © CHRISTIE HEMM KLOK/The New York Times-REDUX-REA

Pourquoi la Silicon Valley est-elle la région la plus fertile du monde en matière d'innovation ? Alexandre de la Roche et Alex Sala, étudiants-entrepreneurs incubés au sein du Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences po, reviennent sur leur voyage d'études américain, réalisé entre le 30 octobre et le 3 novembre 2017. Et se demandent si le modèle californien est réplicable en France.

Au cours des dernières décennies, la Silicon Valley a vu naître les grands géants de la tech – Google, Apple, Facebook – mais aussi les start-up les plus prometteuses, comme Uber et Airbnb pour ne citer qu'elles. Région la plus fertile du monde pour l'innovation et la création d'entreprise, son efficacité suscite autant d'interrogations que de fantasmes.

À l'heure où la France s'oriente vers des transformations favorables à l'entrepreneuriat, le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences po a emmené une quinzaine d'étudiants à San Francisco, afin de mieux comprendre les facteurs clés de l'écosystème local.

Stanford et Berkeley, au cœur de la matrice

Si un enseignement devait ressortir des rencontres menées dans le cadre de cette learning expedition, c'est peut-être celui consistant à considérer les salariés non pas comme un simple ensemble d'individus, mais une communauté d'entrepreneurs prêts à relever sans cesse de nouveaux défis. On parle ici de "talents". Et pour cause, les deux universités prestigieuses de Stanford et Berkeley irriguent la Silicon Valley en diplômés. Quand les uns sont recrutés à prix d'or par les grandes entreprises, d'autres se lancent dans l'aventure entrepreneuriale.

Ce dynamisme s'explique en grande partie par la capacité de ces deux établissements d'enseignement supérieur à concentrer ressources et compétences au sein de structures uniques. Pour Mark Coopersmith, enseignant responsable du module d'entrepreneuriat à Berkeley, la rencontre permanente des différents corps d'étude (ingénieurs, commerce, sciences sociales...) permet de constituer autour de chaque projet d'innovation des équipes capables de surmonter les obstacles inhérents à la création d'entreprise (développer l'idée, concevoir le produit, trouver les investisseurs...). "En France la qualité de la formation est excellente, mais les étudiants sont séparés dans des écoles et des campus différents selon leur spécialité", juge-t-il.

En France la qualité de la formation est excellente, mais les étudiants sont séparés dans des écoles et des campus différents selon leur spécialité.
(M. Coopersmith)

Richesse culturelle... et sonnante et trébuchante

Mais le choc pluridisciplinaire n'est pas la seule source de diversité : il faut également compter sur le facteur culturel. En occupant les premières places des classements internationaux, Stanford et Berkeley attirent les meilleurs étudiants du monde. Un quart environ des étudiants y sont d'origine étrangère, un chiffre qui rejoint ceux des grandes écoles françaises.

Néanmoins, un entrepreneur français à Berkeley tient à nuancer cette comparaison : contrairement à la France, "il existe, sur place, une intégration sociale et culturelle telle que les étudiants étrangers sont amenés à rester dans la Silicon Valley après leurs études, permettant ainsi à la région de conserver les talents qu'elle forme."

La qualité de la formation repose, elle, sur la richesse – au sens propre – de ces universités. À ce propos, Pierre Letoublon, de Parisoma, un accélérateur de start-up du groupe Fabernovel implanté à San Francisco, revient sur une différence fondamentale entre les modèles de financement universitaire français et américain : "Aux États-Unis, les universités conservent la propriété intellectuelle des recherches qu'elles mènent bien qu'elles soient financées par l'État et plus précisément par l'armée qui reste un investisseur majeur dans toute la région." Ainsi, chaque utilisation commerciale de travaux de recherche engendre des revenus pour les universités. Ce modèle a aussi pour conséquence d'inclure dans toute recherche une dimension "business".

Chaque utilisation commerciale de travaux de recherche engendre des revenus pour les universités.
(P. Letoublon)

La recherche, source d'innovation pour les entreprises

D'ailleurs, certains incubateurs comme le Citris Foundry à Berkeley sont exclusivement destinés à des start-up travaillant sur la "deep technology", au plus proche de la recherche fondamentale. Le PhD (équivalent du doctorat en France) ne cloisonne pas les étudiants dans la perspective d'une carrière académique et incite les plus talentueux à emprunter cette voie, valorisant du même fait la recherche dans son ensemble. Des entreprises comme Facebook ou Google vont même jusqu'à participer, en amont, au financement des universités avant de recruter massivement les diplômés.

Pour Laurent El Ghaoui, chercheur-entrepreneur français à Berkeley, les start-up peinent à recruter, incapables de rivaliser avec les offres des grands groupes. Si la recherche est complètement intégrée au paysage économique de la Silicon Valley, elle s'envisage aussi dans une optique de rentabilité et d'application commerciale, et est, finalement, moins la responsabilité de l'État qu'une source d'innovation pour les entreprises.

Investissements : le goût du risque

Hormis les talents, l'autre ingrédient moteur de la Silicon Valley que nous avons déjà évoqué est naturellement le capital. La présence massive d'investisseurs, doublée d'une approche de l'investissement moins rétive au risque, permet aux jeunes pousses de lever des sommes importantes rapidement.

Pour Pierre Letoublon : "Les grands groupes favorisent cette culture de l'investissement en rachetant régulièrement des start-up prometteuses, tout en ayant appris à les intégrer au cœur de leur business." Dans l'ensemble, on a le sentiment que les acteurs de la Silicon Valley ont conscience de faire partie d'un même système dont le bon fonctionnement profite à tous. Alors qu'elles semblaient naturelles à notre départ, à notre retour, nous ne comprenons plus à notre retour les cloisons qui séparent parfois en France recherche et monde économique, grands groupes et start-up, ou entrepreneurs et investisseurs.

Le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences po
Incubateur et centre d'enseignement d'entrepreneuriat et d'innovation, le centre pour l'entrepreneuriat de Sciences po est également un porteur de projets de recherche sur des problématiques liées à l'entrepreneuriat et l'innovation.
La structure a sélectionné 15 étudiants de Sciences po et des grandes écoles d'ingénieur européennes pour participer à une Learning Expedition dans la Silicon Valley, du 30 octobre au 3 novembre 2017. Ce projet leur a permis d'être immergés pendant une semaine au cœur de l'innovation et d'apprendre auprès des entrepreneurs et chercheurs de renom. Il vise aussi et surtout à mener des opérations de sensibilisation à l'innovation au retour du voyage, auprès de la communauté étudiante de Sciences po.

Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :