Alexandre Steyer (recteur de Rennes) : "Notre projet est d'aider nos bacheliers à aller le plus loin possible dans les études"

Propos recueillis par Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Alexandre Steyer - Recteur Rennes
Alexandre Steyer - Recteur Rennes
A l’occasion du Salon de l’Etudiant de Rennes , les 12 et 13 janvier 2012, nous donnons la parole aux acteurs de l’enseignement supérieur de la région. Professeur des universités et ancien recteur de Reims, Alexandre Steyer, recteur de l’académie de Rennes depuis mai 2011, répond à nos questions.

Quelles sont les caractéristiques de l’enseignement supérieur breton ?

Tout d’abord sa richesse. Un jeune breton, qu’elle que soit sa vocation, peut trouver ce qu’il souhaite dans l’académie. Ce n’est pas le cas partout ! Nous avons en outre la chance d’avoir une répartition des formations sur l’ensemble du territoire, et non pas une grande ville qui concentre tout.

Nous avons aussi des spécialités : la mer bien sûr, mais aussi le domaine des STIC (Services et technologies de l'information et de la communication), grande tradition bretonne.

Enfin, je trouve qu’en Bretagne, l’éducation prend une place très importante : tout le monde se sent concerné : les familles, les associations, les collectivités - villes et Région – qui s’impliquent fortement, ou encore les médias locaux qui s’y intéressent beaucoup.

Vous avez la réputation d’avoir de très bons résultats au bac … qu’en est-il de la poursuite d’études ?

En Bretagne, sur une génération, nous avons 82% de bacheliers, ce qui place l’académie largement en tête en France. Le taux de poursuite d’études d’une génération est également bon. Par contre, les bacheliers ont tendance à privilégier des études courtes, type IUT/BTS, alors qu’ils pourraient aller plus loin. Notre projet est justement de les aider à aller le plus loin possible.

Que faites-vous pour développer cette poursuite d’études plus longues ?

Avec la réforme du lycée, nous essayons de développer, dans les lycées, des cours de préparation à l’enseignement supérieur. Autre exemple d’initiative intéressante : le dispositif "Passion mer" de l’université de Brest, qui fait des cours dans des lycées sur la filière mer.

Sans oublier notre soutien à la poursuite d’études des bacheliers professionnels : en un an, leur nombre a doublé en BTS. Cela grâce à un travail de discussion avec les responsables de BTS, avec qui nous avons reparlé de la réforme et à qui nous avons demandé de prendre en priorité ces élèves, ce qu’ils ont fait ! Aujourd’hui, 1 élève sur 3 en BTS vient d’un bac pro.

Lire aussi

La biographie d'Alexandre Steyer
Le site de l'académie de Rennes
La liste des établissements d'enseignement supérieur de l'académie, qui compte 110.000 étudiants


Propos recueillis par Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires