Newsletter

Alice Guilhon et François Bonvalet, à la conquête du Chapitre des écoles de management

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Alice Guilhon et François Bonvalet, à la conquête du Chapitre des écoles de management
La directrice de Skema et le directeur de TBS sont candidats à la succession de Loïck Roche à la tête du Chapitre des écoles de management de la CGE. // ©  SKEMA / TBS
Après deux mandats à la tête du club des écoles de commerce de la Conférence des grandes écoles, le directeur de GEM, Loïck Roche, passera la main le 23 mai 2018. La directrice générale de Skema Business school, Alice Guilhon, brigue le poste, aux côtés de son collègue de TBS, actuel vice-président du Chapitre, François Bonvalet.

Alice Guilhon et François Bonvalet. Tel est le duo qui devrait piloter le Chapitre des écoles de management, à compter du 23 mai 2018, tandis qu'après deux mandats (soit quatre ans en tout), le directeur général de Grenoble École de management, Loïck Roche, n’est pas autorisé à se représenter à la tête de l'instance réunissant les 38 écoles de commerce de la CGE (Conférence des grandes écoles).

La directrice générale de Skema, "qui vit à Paris", brigue la présidence, tandis que son collègue toulousain espère garder son poste actuel de vice-président. Ce sont les seuls candidats en lice.

"Les choses ont bien avancé sous la présidence de Loïck Roche, notre projet de syndicat qui s'est traduit par la création d'une cellule de lobbying, qui a notamment permis de faire comprendre à la CGE que, sur certains dossiers, les écoles de management avaient leurs spécificités. Je souhaitais continuer à œuvrer sur ces questions, mais à Toulouse, j'ai beaucoup de travail pour continuer à structurer TBS, et c'est bien d'avoir un relais à Paris. Avec Alice, on se connaît et on s'entend bien, nous nous sommes mis d'accord sur une profession de foi", confie François Bonvalet.

"Le bon moment pour peser ensemble"

Un combat dans lequel, si elle est élue, Alice Guilhon compte s'engager à fond. "On vit une période complexe, avec une grosse concurrence, mais c'est aussi le bon moment pour peser ensemble en faveur d'une meilleure visibilité de nos écoles sur la scène internationale, insiste la directrice de Skema. La ministre [de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal], a une vision constructive des relations entre les écoles et l’État et il faut en profiter pour poursuivre le dialogue. Il faut que le ministère nous fasse confiance et qu’on accepte de lui rendre des comptes en matière de qualité."

Le constat vaut, selon elle, en matière de "financement" des écoles, "d'internationalisation", à travers un accès facilité aux stages ou à l’emploi pour les nombreux étudiants étrangers accueillis par les écoles de commerce, mais aussi de "reconnaissance des diplômes" – à travers le grade de licence, notamment – et, plus largement, concernant la place réservée aux business schools dans les discussions avec l'État.

"Aujourd’hui, quand il y a une réforme, la CGE est consultée du bout des lèvres. Or, il y a une spécificité de nos écoles de management et il ne serait pas idiot que l’on nous écoute", poursuit Alice Guilhon. Autant de sujets que le ticket a placé en tête de ses priorités dans sa profession de foi, diffusée il y a un mois environ aux autres membres du Chapitre. Il n'y a plus qu'à…


Cécile Peltier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

publi-info

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne