Classement de Shanghai 2022 : quatre universités françaises toujours dans le top 100, mais en perte de vitesse

Nalini Lepetit-Chella
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'université Paris-Saclay présente dans le classement de Shanghai 2022.
L'université Paris-Saclay présente dans le classement de Shanghai 2022. // ©  Marta Nascimento / R.E.A
Si quatre universités françaises - Paris-Saclay, PSL, Sorbonne Université et Université Paris Cité - restent dans le Top 100 du classement de Shanghai 2022, elles accusent chacune une perte de deux à huit places par rapport à l’édition 2021. Deux établissements français sortent par ailleurs du classement cette année.

"Les universités françaises maintiennent leur performance compétitive dans le palmarès de cette année, avec 28 d’entre elles classées dans le top 1.000 et 16 dans le top 500", affirme ShanghaiRanking Consultancy à l’occasion de la publication du classement de Shanghai 2022, le 15 août.

Des résultats qui illustrent "le rayonnement scientifique français", réagit la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Sylvie Retailleau sur Twitter. Malgré tout, les positions hexagonales s’infléchissent légèrement dans l’Academic Ranking of World Universities (ARWY) 2022, dit classement de Shanghai. Ainsi, deux universités n’y figurent plus : l’Université Gustave Eiffel – qui était entre la 801e et 900e position en 2021 – et l’Université de Poitiers (901–1000).

Léger retrait des universités françaises du Top 100 du classement de Shanghai

Et en haut du palmarès, les quatre universités françaises du top 100 mondial – Université Paris-Saclay, PSL université, Sorbonne université et Université Paris-Cité – cèdent quelques places à leurs homologues. Issues de regroupements d’établissements mis en place entre 2018 et 2020, elles avaient globalement eu une progression remarquée par rapport à leurs prédécesseurs lors de leur création.

L’Université Paris-Saclay qui se situe à la 16e place du classement de Shanghai, perd trois places par rapport à l'an dernier mais reste la première université française et d'Europe. Pour Estelle Iacona, sa présidente, ce classement traduit "une stabilité" : "nous sommes dans le top 20, ce qui était notre cible depuis la création de l’établissement. Cela conforte notre stature internationale en tant qu’université intensive en recherche."

Nous sommes dans le top 20, ce qui était notre cible depuis la création de l’établissement. (E. Iacona, université Paris-Saclay)

Les trois autres établissements du Top 100 sont aussi en recul : l’université Paris Sciences & Lettres (PSL) arrive ainsi en 40e position (-2), devant Sorbonne Université, 43e (-8), et l’Université Paris Cité, 78e, qui recule de cinq places.

Dans les autres tendances pour les établissements français, deux autres universités sont en perte de vitesse : l’Université Côté d’Azur et l’Université de Rennes 1. Toutefois, quatre autres établissements françaises progressent : l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, l’Insa Toulouse, classée pour la première fois en 2021, l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et l’Université de Lille.

Les universités françaises dans le classement de Shanghai 2022

Etablissement Rang 2021 Rang 2022 Evolution 2021–2022 Sens évolution 2021–2022
Université Paris-Saclay 13 16 –3 Baisse
PSL Université 38 40 –2 Baisse
Sorbonne Université 35 43 –8 Baisse
Université Paris Cité 73 78 –5 Baisse
Aix-Marseille Université 101–150 101–150 0 Stagne
Université Grenoble Alpes 101–150 101–150 0 Stagne
Université de Strasbourg 101–150 101–150 0 Stagne
Université de Montpellier 151–200 151–200 0 Stagne
Université Claude Bernard – Lyon 1 201–300 201–300 0 Stagne
Université Toulouse III – Paul Sabatier 301–400 201–300 Progresse d’un palier Monte
Université de Bordeaux 201–300 201–300 0 Stagne
Université de Lorraine 201–300 201–300 0 Stagne
ENS Lyon 301–400 301–400 0 Stagne
Institut Polytechnique de Paris 301–400 301–400 0 Stagne
Université de Lille 401–500 301–400 Progresse d’un palier Monte
Université Toulouse 1 Capitole 301–400 301–400 0 Stagne
Université de Bourgogne 501–600 501–600 0 Stagne
Université Clermont Auvergne 501–600 501–600 0 Stagne
Université Côte d'Azur 401–500 501–600 Baisse d’un palier Baisse
Université de Nantes 601–700 601–700 0 Stagne
Université de Rennes 1 501–600 601–700 Baisse d’un palier Baisse
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines 601–700 601–700 0 Stagne
Insa Toulouse 801–900 701–800 Progresse d’un palier Monte
EHESS 701–800 701–800 0 Stagne
Montpellier Business School 801–900 801–900 0 Stagne
Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne 901–1000 801–900 Progresse d’un palier Monte
Université Savoie Mont-Blanc 801–900 801–900 0 Stagne
Université de Tours 901–1000 901–1000 0 Stagne
Université Gustave Eiffel 801–900 Sort
Université de Poitiers 901–1000 Sort

Le poids des prix scientifiques internationaux

La présidente de Paris-Saclay ne voit "pas du tout une tendance [dans ces baisses] à ce stade", soulignant la nécessité de prendre en compte le temps long de la recherche "au moins la durée d’une thèse, soit trois ans".

"Dans ce classement, une progression ou un recul de quelques places peuvent se jouer sur la prise en compte d’un seul diplôme obtenu il y a déjà quelques années par le lauréat d’un prix !", commente de son coté Daniel Egret, chargé de mission classements internationaux à PSL Université.

La médaille Fields 2022 d’Hugo Duminil-Copin, enseignant et alumni de Paris-Saclay, qui a également étudié à PSL, devrait ainsi bénéficier à ces deux établissements. Toutefois, cette récompense, décernée début juillet 2022, ne sera prise en compte qu’à partir de l’édition 2023 du classement, précise ShanghaiRanking Consultancy.

Une progression ou un recul de quelques places peuvent se jouer sur la prise en compte d’un seul diplôme obtenu il y a déjà quelques années par le lauréat d’un prix. (D. Egret, PSL université)

Mais au-delà, Daniel Egret s'inquiète de la baisse de production d'articles scientifiques dans l'Hexagone. "La France est en train d’être dépassée par certains pays comme l’Italie ou la Corée du Sud en matière de production d’articles scientifiques", pointe Daniel Egret, citant des publications de l’Observatoire des sciences et techniques (OST). Une "tendance assez inquiétante", selon lui.

Cependant, il rappelle le contexte particulier des deux dernières années, où "la pandémie de Covid a bousculé tous les processus d’organisation de la production des articles et déplacé une partie de la production vers les enjeux de biologie". Daniel Egret recommande donc d’"attendre encore un peu pour faire un nouveau bilan des changements de fond".

Les Etats-Unis dominent toujours le classement de Shanghai

Plus largement, "le classement de Shanghai est extrêmement stable", en particulier son sommet, observe Daniel Egret. Ainsi, 19 des 20 établissements les mieux classés en 2022 étaient déjà dans le top 20 en 2021.

Celui-ci reste aussi dominé par les États-Unis, avec 15 universités. Harvard est en tête pour la 20e année consécutive, suivie de Stanford et du MIT.

Le Royaume-Uni y conserve Cambridge (4e), Oxford (7e) et l’University College London (18e). Quant à l’Université Paris-Saclay, elle garde la tête des établissements d’Europe continentale. Seule l’ETH Zurich (20e) entre dans le top 20 en 2022, après une année au 21e rang.

Top 20 mondial du classement de Shanghai 2022

Etablissement Pays Rang 2021 Rang 2022 Evolution 2021–2022 Sens évolution 2021–2022
Harvard University États-Unis 1 1 0 Stagne
Stanford University États-Unis 2 2 0 Stagne
MIT États-Unis 4 3 1 Monte
University of Cambridge Royaume-Uni 3 4 –1 Baisse
University of California, Berkeley États-Unis 5 5 0 Stagne
Princeton University États-Unis 6 6 0 Stagne
University of Oxford Royaume-Uni 7 7 0 Stagne
Columbia University États-Unis 8 8 0 Stagne
California Institute of Technology États-Unis 9 9 0 Stagne
University of Chicago États-Unis 10 10 0 Stagne
Yale University États-Unis 11 11 0 Stagne
Cornell University États-Unis 12 12 0 Stagne
University of California, Los Angeles États-Unis 14 13 1 Monte
Johns Hopkins University États-Unis 16 14 2 Monte
University of Pennsylvania États-Unis 15 15 0 Stagne
Université Paris-Saclay France 13 16 –3 Baisse
University of Washington États-Unis 19 17 2 Monte
University College London Royaume-Uni 17 18 –1 Baisse
University of California, San Francisco États-Unis 20 19 1 Monte
ETH Zurich Suisse 21 20 1 Monte

Une percée des universités chinoises

Malgré cette stabilité, une tendance est "frappante", pour Daniel Egret : "la progression des universités chinoises, en particulier en matière de publications scientifiques".

Elles sont devenues "les premières productrices au monde", résultat d’un "très fort investissement dans la recherche ". Le pays compte neuf universités dans le top 100, soit deux de plus que l’an passé. Parmi elles, quatre institutions progressent d’au moins dix places : 16 pour l’université du Zhejiang, qui entre dans le top 50 ; 11 pour l’université de Pékin ; 10 pour les universités de Fudan et Sun Yat-sen.

Six critères du classement de Shanghai


Le Classement de Shanghai est basé sur six critères pour évaluer les performances en recherche des universités. Le poids des six critères dans le score global varie :
• le nombre d’enseignants-chercheurs prix Nobel ou médaille Fields (20%) ;
• le nombre de chercheurs très cités sélectionnés par Clarivate en novembre 2021 (20%) ;
• le nombre d’articles publiés dans Nature et Science de 2017 à 2021 (20%) ;
• le nombre d’articles dans le Science Citation Index-Expanded et le Social Science Citation Index en 2021 (20%) ;
• le nombre de diplômés prix Nobel ou médaille Fields (10%) ;
• la performance académique per capita : un score calculé à partir des cinq indicateurs précédents divisés par l’effectif académique permanent (10%).


Nalini Lepetit-Chella | Publié le