Newsletter

Code source d'APB : un mystère bien gardé par le ministère

Natacha Lefauconnier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
APB
Le ministère a un mois pour donner suite à l'avis, consultatif, de la Cada. // ©  Patrick Allard / R.E.A
Le ministère de l'Éducation a un mois pour dire s'il communiquera à l'association Droits des lycéens les documents décryptant le code source d'APB. Najat Vallaud-Belkacem a joué la carte de la prudence, mardi 20 septembre, en évoquant la présence de données personnelles dans le code. Un argument qui a fait bondir les informaticiens sur les réseaux sociaux.

La pression s’intensifie pour le ministère de l’Éducation nationale. Depuis six mois, l’association Droits des lycéens lui réclame les documents techniques régissant Admission postbac, le logiciel de préinscription en première année d’enseignement supérieur. L’association soupçonne que certains critères pris en compte pour départager les bacheliers candidats dans les filières universitaires "en tension" relèvent de pratiques de sélection illégales.

Vendredi 16 septembre, la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs), autorité administrative indépendante et consultative chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs, a émis "un avis favorable à la communication de tous les documents sollicités" par l’association.

"On avance, c’est très positif !" se félicite Clément Baillon, président de Droits des lycéens. En juin 2016, après avoir publié un guide des recours APB pour aider les futurs bacheliers, les représentants de l’association avaient été reçus au ministère : ils étaient repartis avec de nombreux documents, mais sans le fameux code source.

Le ministère a désormais un mois pour donner suite à l'avis de la Cada. Un avis qui reste consultatif. “Si le ministère continue de s’entêter dans son refus, nous irons devant le tribunal administratif”, martèle Augustin Ruggieri, vice-président chargé de la communication de Droits des lycéens.

L'ARGUMENT DES dONNÉES PERSONNELLES 

La balle est donc dans le camp du ministère et de son service juridique, qui, selon la Cada, est à pied d'œuvre pour "procéder prochainement à la communication de ces documents au demandeur". 

Interrogée sur la question mardi 20 septembre, lors de la conférence de presse dédiée à la rentrée universitaire, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à souligner que l'algorithme avait été rendu public, et que la difficulté concernant le code source était liée au fait qu'une grosse partie de ce dernier contenait "principalement la gestion de l'interface et les données personnelles des étudiants."

Une phrase qui a suscité de nombreuses réactions sur Twitter :

Le code dans un autre code

Pour Thierry Viéville, chercheur à l'Inria (Institut national de recherche dédié au numérique), "il faut sans doute comprendre derrière cette réponse de la ministre que le code source – le programme, donc – n'est pas intéressant en soi car il ne contient que l'interface utilisateur et non pas les algorithmes calculant les affectations."

Quoi qu'il en soit, "les données des élèves sont bien évidemment ailleurs dans la base de données, quelle qu'elle soit, et non dans le code source", complète le chercheur.

Mais où se cachent donc les règles d'affectation des candidats APB ? "L'algorithme lui-même a été implémenté dans un autre programme, dans un autre code source, et c'est celui-là qui serait intéressant de rendre public !" estime Thierry Viéville.


Natacha Lefauconnier | Publié le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
shweta dubey.

Hi, This is Shweta Dubey Freelancer services provider. Current working for a client who is interested in buying paid advertising articles with links on good casino, gambling, sports betting sites, news and other relevant sites. So, if you are interested in selling article placement on sites so please send me your websites URL with price. Other than that being a freelancer The provided services by me are: · Content writing, · Web Design/HTML/Animation · SEO, SMM, · Media Buying, · Facebook, · Facebook likes, · Twitter working Please let me know if you are interested in my services. Looking for a good business relationship. Thanks and Regards Shweta SEO, SMO, Content writing and Web Designing Service Provider

Serge.

Des données personnelles dans le code ? Quel humour ! Ou alors peut être plus sérieusement dans le « paramétrage » … Mais justement par contre, la publication en temps réel des données personnelles serait la solution contre les petits arrangements : noms des candidats, leurs vœux et scores, nombre de places disponibles. C’est possible : un exemple de transparence est le logiciel CELINE d’affectation des médecins internes (https://www.cng.sante.fr/). 1 - les règles sont claires et publiques. 2 - L’intégralité des vœux ordonnés, identité et classement des candidats ainsi que des places disponibles sont à tout moment consultables dans un grand tableau mis à jour en temps réel. 3 - durant le déroulement du processus d’affectation, toutes les affectations sont publiées en temps réel. Toute tentative de fausser le mécanisme peut ainsi être inévitablement détectée. Ces principes devraient être étendus à beaucoup de domaines : affectation des fonctionnaires, marchés publics, lobbys … Qui a peur de la transparence ? Qui aime le secret et pourquoi ?

forumiste.

Elle n'a pas du faire beaucoup de développement à l'IEP pour sortir pareille ânerie. Soit elle a gobé les sornettes de ses experts soit elle prend vraiment les étudiants pour des idiots... ah la langue de bois administrative ou alors l'algorithme trie les patronymes suivant leur consonance; on peut désormais redouter le pire !